La solitude du blogueur de fond

Publier ou ne pas publier sur ce blog une information, un évènement de l’actualité ? Je suis en permanence devant ce dilemme. Libre et responsable, mais seul à décider. La solitude du blogueur de fond. L’envie chaque jour de lever le pied pour me recentrer sur le projet de ce blog : Universités et Instituts d’enseignement supérieur en 20 propositions. Projet ignoré mais dont j’aimerais qu’il soit un jour porté ou critiqué par un collectif de contributeurs, de commentateurs du blog parmi les plus fidèles depuis 2009.

Le choix de publier ou non des informations, des communiqués, des commentaires qui me sont parvenus dans la période récente. Font-ils référence à des évènements dont je crois qu’ils peuvent impacter positivement l’avenir de l’enseignement supérieur et de la recherche ? Ou sont-ils des non-évènements qui seront oubliés dans les semaines qui suivent ? Événements ou non évènements ? Le plus souvent, je ne sais pas trop. Devoir de modestie et d’humilité que j’oublie trop souvent, emporté par la satisfaction d’un lectorat qui, chaque année, est plus nombreux et/ou par le respect que je dois à toutes celles et à tous ceux qui me font confiance ? Ce soir, comme tous les soirs, le blogueur doute !

P1060731

Prochaine chronique : évènements ou non-évènements des deux dernières semaines ?

Tags:

Article du on Jeudi, février 13th, 2014 at 23:24 dans la rubrique A. Débattre. Pour suivre les flux RSS de cet article : RSS 2.0 feed. Vous pouvez laisser un commentaire , ou un trackback sur votre propre site.

8 commentaires “La solitude du blogueur de fond”

  1. Anthony G. dit:

    Il y a au final très peu de blogs consacrés à l’ESR où l’on peut s’exprimer simplement, suivre l’actualité et en débattre.

    Il faut donc continuer ;) !

  2. Michel Abhervé dit:

    Il n’y a pas d’autre solution que de faire comme on le sent, d’écrire quand on a le sentiment que ce qu’on écrit ne se trouvera pas ailleurs
    Bon courage

  3. Basic reader dit:

    Dans un environnement ESR envahi par la langue de bois commercialisante de ceux qui font la promo de leur établissement et les dirigeants qui ne jouent pas cartes sur table, bref face à l’abondance de propos un peu calculés, votre parole est utile et appréciée, quel que soit le type de billet.

  4. Pascal Maillard dit:

    SOLITAIRE-SOLIDAIRE, disait Hugo. Ces deux mots résument pour moi le grand œuvre de ce « blogueur de fond » qu’est Pierre Dubois. Unique et infiniment précieux. Le choix de la publication est l’exercice d’une liberté à laquelle a renoncé la majorité des médias, quand les services de communication des universités sont devenus des agences de publicité. Ceux-ci ont désappris le doute et oublié que les questions importent plus que les réponses. Chaque billet de Pierre Dubois est une question. C’est rare. « Histoires d’universités » est devenu un part de l’historicité de l’Université française et du combat pour le Service public de l’ESR. Ce blog restera. On ne peut plus s’en passer. Merci Pierre!

  5. calibri dit:

    Le long et difficile chemin de la recherche n’est-ce pas d’acquérir le courage d’affronter le doute et le questionnement, de cultiver l’audace de provoquer ce doute et ce questionnement pour enfin comprendre, avec humilité, que les certitudes si rassurantes aux premier abords ne sont que mirages ou écrans ? Ce chemin dont on veut fermer l’accès…. Cette solitude, souvent lourde à porter, est essentielle à la réflexion collective.
    Merci à Pascal Maillard de dire que le tandem « solitaire-solidaire » caractérise la démarche du blogueur Pierre Dubois.
    Cette témérité dans la collecte des informations, cette veille attentive des faits, cette analyse minutieuse de la déconstruction effrayante de l’ESR doivent être saluées. Oui, Pierre, votre blog est précieux.

  6. BERNARD dit:

    M Dubois est sans doute l’une des rares plumes qui osent dire, ce qui se dit et se qui se pratique réellement dans l’ESR en France. Je m’étonne que L’establishment ne profite pas de ses compétences et de ses analyses prospectives. hélas, on est en France et on aime pas les analyses, pourtant argumentées et illustrées, qui sortent du cadre. Dans le management de projet, on enseigne pourtant aux étudiants de savoir sortir du cadre pour innover. Mais ces recommandations ne sont pas suivi d’effet au haut de l’échelle de la gouvernance de l’ESR. Notre système est dépassé et l’oeuvre de Pierre Dubois est un formidable travail de réflexion et d’analyse empirique qui tend à déconstruire le modèle actuel de gouvernance et de nous inviter à se méfier des discours qui tendent à légitimer en force un « soit disant le bon modèle de gouvernance de l’ESR » en France.
    Que l’on soit d’accord ou non avec ses recommandations savantes, les échanges avec Pierre Dubois sont d’un niveau scientifique et éthique incomparable.

  7. GGD dit:

    D’accord avec les hommages de tous les commentateurs. Pierre Dubois est le quatrième pouvoir qui fait vivre de la démocratie universitaire. Son blog est nécessaire et vital pour maintenir l’esprit de la communauté universitaire tel que nous l’avons toujours connu et auquel nous adhérons à la différence de « gerrymandering » qui est en cours. « Three cheers to Pierre » donc et merci surtout pour contributions artistiques.

  8. Martinville dit:

    Courage et continuez… la liberté n’a pas de prix, même si elle est fortement menacée dans notre dictature douce de servitude volontaire, de bien-pensance, de doxa généreuse, de politiquement correct, de messages de com et d’absurdité de ceux qui nous gouvernent…

Laisser un commentaire