Visite désastreuse à l’université !

Les élèves de terminale ont jusqu’au 20 mars 2014 pour saisir et hiérarchiser, sur Admission Post Bac, leurs vœux de poursuite d’études supérieures. Encore un mois pour se décider ! Se déplacer dans un Salon, participer aux Journées Portes Ouvertes, consulter les informations données par Admission Post-bac, les fiches de l’ONISEP, les publications du Groupe l’Étudiant…

Un proviseur de lycée a décidé de faire le maximum pour les élèves de 1ère et de terminale préparant le baccalauréat Économique et Social : il a invité un directeur d’école de commerce à donner une conférence sur le marketing et a organisé une visite des lycéens dans la faculté d’économie et de gestion de l’université voisine (celle-ci n’est pas située en Alsace).

Dans l’amphi du lycée, le directeur de l’école de commerce a fait un tabac : il a donné l’envie aux lycéens de faire des études commerciales, leur exposant clairement les défis du marketing contemporain, mais sans jamais faire de la publicité pour sa propre école. Répondant à un court questionnaire distribué en fin de conférence, les futurs bacheliers ont marqué un grand enthousiasme. Ils ont été rassurés par les conditions d’études : les effectifs des classes sont les mêmes qu’en lycée ; les professeurs suivent de près les élèves… Mais les droits d’inscription sont élevés.

Rendez-vous est pris à l’université pour une présentation de la licence Économie et Gestion. Le jour venu, parvenus avec leur centaine d’élèves sur le campus de l’université, les professeurs se renseignent pour trouver la salle où doit avoir lieu la présentation de la licence. La personne présente dans le box d’accueil de la Faculté n’est pas au courant ! 20 minutes plus tard, les lycéens sont enfin au bon endroit.

Ils y trouvent deux étudiants : l’enseignant va nous rejoindre pour faire la conclusion de la visite. Nous attendons vos questions. Celles-ci partent évidemment dans tous les sens. Les professeurs du lycée s’énervent. Mais ouf ! Voici l’enseignant. Je vais faire court : il s’est donc lancé dans un monologue d’une heure et quart ! Impossibilité de poser des questions : il était temps de regagner le lycée ; l’heure du déjeuner approchait.

L’effet de cette visite est désastreux pour l’université : pas un des lycéens n’a envie d’aller se perdre en licence d’économie et gestion. Tout sauf l’université ! Je ne peux m’empêcher de rappeler aux lectrices et aux lecteurs du blog que le Ministère finance cette année une campagne de communication de 700.000 euros dont le slogan est : l’université : un choix qui me réussit.

Chronique à suivre : le casse-tête des formations post-bac en commerce et gestion. 87 chroniques du blog sur Admission Post Bac.

Tags: , , , ,

Article du on Mardi, février 18th, 2014 at 10:14 dans la rubrique A. S'indigner, E. Economie, gestion. Pour suivre les flux RSS de cet article : RSS 2.0 feed. Vous pouvez laisser un commentaire , ou un trackback sur votre propre site.

11 commentaires “Visite désastreuse à l’université !”

  1. Damien dit:

    Quel effectif en L1 Economie-Gestion dans cette université ? Quand on a des amphis surchargés, on ne cherche pas vraiment à communiquer…

  2. Pierre Dubois dit:

    Bonne question, mais impossible de trouver la réponse sur le site de l’université. En juillet dernier, j’ai interviewé les responsables de l’observatoire : ils finalisaient un suivi de cohorte des néo-entrants, bacheliers de l’année, en vue de fournir aux futurs étudiants une information clé : taux de passage immédiat en L2 après la L1, taux d’obtention de la licence en 3 ou 4 ans. Ce type d’information n’est toujours pas en ligne pour la rentrée 2014. Raison de plus pour fuir cette université !

  3. Manuel dit:

    Communiquer ce n’est pas uniquement « remplir », communiquer à bon escient peut aider l’université à « choisir » ses étudiants et les lycéens à choisir l’université.
    C’est en s’y prenant de la manière décrite dans ce post que l’on génère du choix par defaut, le choix du perdant/perdant.

  4. Univers Cité dit:

    Ah bon ben si les amphis sont trop chargés pas besoin de nouveaux arrivants….!!!??? :/ Dommage pour l’université qui dispense une formation en économie bien loin des « marketeurs » des écoles de commerce….

  5. Damien dit:

    @Pierre
    « Raison de plus pour fuir cette université ! »

    Tous les UFR ne sont pas responsables du travail de l’observatoire, ou de la communication d’un enseignant d’Eco-Gestion.

    @Manuel

    « communiquer à bon escient peut aider l’université à « choisir » ses étudiants et les lycéens à choisir l’université. »

    Vrai, sauf que l’université ne peut pas « choisir » ses étudiants. L’absence de communication peut parfois donner l’impression qu’on fera fuir les moins motivés et qu’on gardera seulement les plus motivés. Sauf erreur, le domaine Droit-Eco-Gestion est celui qui a le plus fort taux d’échec en L1 actuellement. On peut interpréter cela de différentes façons, mais je pense que ça traduit au moins en partie le fait que que les EC de ce domaine n’ont pas « besoin » d’attirer plus en L1 (soit qu’ils ont déjà assez d’étudiants réussissant leur parcours, soit qu’ils ont d’autres « entrées » en L3 ou M1, je ne connais pas assez le domaine pour juger).

    @Univers Cité

    Mon but n’est pas justifier la mauvaise communication, mais de l’expliquer. Il n’est pas difficile de constater, dans mon UFR (qui n’est pas du même domaine) que les départements qui ne manquent pas d’étudiants s’investissent plutôt moins dans la communication vers les lycées.

  6. quillien dit:

    Manifestement, certains enseignants n’ont pas compris qu’en ces temps de disette budgétaire le recrutement d’étudiants (et les dotations qui vont avec) est une priorité si on ne veut pas venir pleurer dans quelques mois quand telle ou telle option sera supprimée.

    Plus la base est large en post-bac plus on a des chances d’avoir des masters bien remplis…

    Au-delà des enseignants, on ne peut que s’interroger sur l’incompétence du département relations qui fait semblant d’organiser ce type d’événement et ne se donne pas la peine d’accueillir les prospects.

    Ils avaient probablement piscine…

  7. LB dit:

    Cependant notre Ministre et le gouvernement souhaitent favoriser l’Universités en forçant les élèves de CPGE en échec à s’inscrire en L1, par des quotas scandaleux obliger les bons élèves des bacs généraux à contourner les IUT et les BTS….Pour notre Ministre, il preferable de favoriser le système déficient et moribond (l’Université) ….le credo pour l’ESR français : la médiocrité ….c’est désespérant

  8. Martinville dit:

    On communique, on « munique » plutôt, et on ne trouve pas la salle… triste réalité… il faut prendre le parti d’en rire…

  9. Fabien dit:

    Je suis d’accord sur le fait que l’organisation d’une visite nécessite une organisation sinon inutile de l’organiser. Aucune excuse ne peut être trouvée. J’ai personnellement suivi la mise en oeuvre de ce type de rendez-vous à l’Université, clairement, c’est chronophage mais si on le fait, on le fait un minimum bien. Là, les faits sont clairs, c’est un gros loupé… et les effectifs pléthoriques ou non de la licence en question n’a aucune espèce d’importance, l’université en question n’était pas obligée de, elle a pris un engagement, elle doit le faire correctement.

    En revanche pour répondre à LB : si l’Université est bel et bien un système moribond et déficient comme vous le prétendez alors il faut aller au bout de cette vision nihiliste en retenant ce que vous retenez des autres filières : la sélection ! seul point commun ! (Même si en y regardant de plus près le U de IUT veut dire Universitaire [j’y enseigne, je connais !]). Si le système est mauvais alors mettons la sélection à l’Université et regardons comment se comportent dès lors le système ! Bon évidemment, il faut renoncer à l’accès libre aux études mais à près tout, puisque seules les licences universitaires y participent est qu’elles sont si mauvaises, c’est certainement que le principe sous-jacent n’est pas très bon non plus…

  10. Aredius dit:

    Ah ah ! bon c’est du marquetinge moderne. Ce n’est pas de la vieille organisation ! c’est une université qui fait dans l’agile ! Une université en avance sur les théories post-modernes du manadgement. Le président et le directeur de l’UER devaient être dans la suite de notre François en Calif. Ne pas confondre la stratégie et l’intendance.

  11. Olivier dit:

    Les choses sont simples. Les écoles de commerce ont une incitation à avoir un étudiant en plus, car comme indiqué, elles coutent cher. Un étudiant en plus représente donc des ressources de plus et il y a donc une incitation à aller les chercher.
    C’est exactement l’inverse à l’université, où un étudiant de plus n’apporte à peu près rien : frais d’inscription directs quasi nuls et transfert de l’Etat très opaque. En revanche, un étudiant de plus coûte en termes financiers, en termes d’organisation et diminue la qualité des conditions d’accueil des autres étudiants.
    C’est un raisonnement coûts-avantages de première année d’économie.

Laisser un commentaire