Attaques ad hominem (2)

Suite de Attaques ad hominem (1). Du 1er au 29 mars 2014, cette chronique a été commentée 131 fois et vue 7.717 fois. Merci aux fidèles lectrices et lecteurs du blog.

La situation de mon blog a empiré depuis le 1er mars. Elle exige, de ma part, quelques mises au point. Elle m’imposera par ailleurs de rappeler, dans une chronique à suivre, le projet que porte Histoires d’universités - depuis janvier 2009 sur le Monde et depuis septembre 2010 sur EducPros – en matière de structuration de l’enseignement supérieur et de la recherche dans notre pays. J’estime en effet que le choix, imposé par la loi ESR de juillet 2013, entre 3 formes de regroupement des universités et établissements (Fusion, COMUE, Association), ne résout en aucune manière LE problème clé : celui de la lisibilité, de l’efficience et de l’efficacité de son premier cycle, éclaté entre les universités et les lycées.

Pour celles et ceux qui découvrent le blog : qui est Pierre Dubois ? Je ne suis pas Saint Sébastien !

P1100375

1. La réponse au Quiz d’auto-dérision a été trouvée par Marie-Albane (commentaire 101 de la chronique Attaques ad hominem) et par Magali (commentaire 110). La peinture représentant Saint Sébastien est la pièce centrale d’un triptyque conservé à l’Accademia dell Arte de Venise ; elle est l’œuvre de Jacopo Bellini en 1464.

Le 1er Quiz a été trouvé. Et donc, conformément à l’engagement pris le 1er mars, j’ai supprimé du blog des images qu’Emmanuel Davidenkoff pense être d’un goût parfois plus que douteux (commentaire 42). J’estime, pour ma part, qu’elles font partie de la liberté de la presse, dans la mesure où elles ne portent pas atteinte à la vie privée. Les ai-je toutes effacées ? Je ne sais ! Le directeur de la rédaction d’EducPros n’a pas eu la courtoisie de m’indiquer quelles caricatures l’avaient choqué ! Par ailleurs, les personnalités publiques qui auraient été affectées par ces images ne se sont pas manifestées ; ont-elles fait pression sur le directeur ? Je ne sais ! Si elles me le demandent, je leur présenterai publiquement des excuses.

Je réitère la question posée le 1er mars : je critique souvent les décisions, les propos, voire les manipulations ou les mensonges de personnalités de l’enseignement supérieur, en particulier en matière de regroupements à marche forcée des universités et des établissements. Sont-ce des attaques ad hominem ?

2. 3 mars, 10 heures 17, commentaire d’Emmanuel Davidenkoff (n°42 à la fin). Je cite : Chacun comprendra qu’arrivé à un tel degré d’incommunicabilité, il me semble préférable pour Pierre Dubois comme pour educpros que chacun poursuive sa mission séparément ; Pierre y conservera la liberté absolue à laquelle il aspire, educpros continuera à privilégier le débat d’idée sans cautionner, de facto, des attaques ad hominem qui ne correspondent pas à ses valeurs. Afin que les lecteurs d’Histoires d’université, dont nous sommes et que nous demeurerons, puissent continuer à profiter de ses points de vue, nous maintiendrons évidemment le blog ouvert. Pierre conservera ainsi, comme depuis le premier jour, son entière liberté de l’animer comme il l’entend. Mais nous le dissocierons désormais du site.

Décision de dissociation sans échange préalable, sans préavis : oui, un haut degré d’incommunicabilité. Le statut de dissocié est nouveau, ne figure pas dans la Charte du blog. La conséquence – sanction, punition – est immédiate : je ne fais plus partie de la liste des blogueurs et mes chroniques récentes ont été supprimées de l’actu. Le lectorat du blog va mécaniquement diminuer puisque mes chroniques à venir seront cachées sous le tapis. Sanctionné ou censuré ? Emmanuel Davidenkoff, vous n’êtes pas naïf ; dissociant Histoires d’universités, vous avez ouvert un boulevard à de nombreux commentateurs : censeur ! Depuis ce 3 mars, je partage leur avis : oui, vous êtes un censeur !

3. 28 février 2014, retour en arrière. Le blog se veut coopératif depuis le début. J’ai ainsi donné la parole aux partisans de l’université confédérale en Ile-de-France (ou Association). Je n’en suis pas moi-même partisan. Geneviève Fioraso, dans une lettre adressée à la Conférence des présidents d’Université, rend l’Association impossible en Ile-de-France. Loi ESR, loi bavarde et non dénuée de contradictions. Incommunicabilité de la Ministre et de ses conseillers.

4. 4 mars 2014. Emmanuel Davidenkoff a dissocié mon blog.  Mais cela ne lui suffit pas. Il faut qu’il le dise à tous vents. Il publie donc un billet sur EducPros : Aux lecteurs du blog Histoires d’universités (5 commentaires). Une de ses affirmations est erronée : ma dite note du jour date non pas du 4 mars mais du 1er mars (1ère chronique Attaques ad hominem).

Une seconde affirmation est une manipulation : la décision [de dissocier le blog] résulte de l’impossibilité d’ouvrir une discussion calme et posée avec l’auteur à propos d’attaques ad hominem textuelles et visuelles. Quand j’ai reçu, le mercredi 19 février dernier, un premier courriel, j’ai répondu immédiatement que je souhaitais une discussion en face à face à Paris (je vis à Strasbourg). J’ai réitéré deux fois cette demande dans la même journée (le commentaire 42 dans Attaques ad hominem le prouve). Je n’ai pas obtenu de rendez-vous. C’est donc moi qui suis responsable de l’incommunicabilité ? Intéressant ! A noter qu’une discussion portant sur l’accusation d’être porteur de la campagne d’opposants (à qui et à quoi ?) ne m’est pas proposée.

Minolta DSC

Interlude. A ce stade de la lecture, la lassitude vous gagne, chers lectrices et lecteurs et lectrices. Vous vous dites. Querelle entre égos surdimensionnés. Querelle entre un journaliste et un universitaire. Querelle entre un jeune et un vieux. Match de boxe qu’aucun des combattants ne veut perdre. Combat de coqs sur un tas de fumier. Querelle entre un cadre et un soutier précaire, dissocié caché dans un placard, travaillant gratuitement et devant payer lui-même ses reportages et ses outils de travail. Éternel combat du pot de terre contre le pot de fer. Bien sûr, ces différentes dimensions sont présentes dans le conflit !

5. 6 mars 2014, 23 heures. Le blog demeure ouvert : j’ai pu y ajouter cette 2.348ème chronique. Je confirme ce que j’ai écrit le 1er mars : je publierai plus rarement sur mon ex-blog EducPros.

Et demain ? De nombreux commentateurs m’encouragent à poursuivre mes chroniques, me donnent des conseils, me proposent des perspectives dont celle d’ouvrir un blog indépendant ; je les en remercie sincèrement. Ce soir, j’avoue que je ne sais pas ce que je vais décider en toute liberté et responsabilité, pour garder une totale liberté de ton.

Me vient une idée. Et si je créais un MOOC en Histoire de l’Art sur la plateforme FUN du Ministère ? Et si je déposais un projet sur le thème : représentations du martyre de Saint-Sébastien du 4ème siècle à nos jours, peintures, sculptures, vitraux… ? Quiz : trois nouveaux Saint Sébastien : nom de l’artiste ? titre de l’œuvre ? date ? lieu où elle se trouve aujourd’hui ?

Minolta DSC

Tags: , , , ,

Article du on Jeudi, mars 6th, 2014 at 18:36 dans la rubrique A. Débattre, A. S'indigner, B. Quiz, C. Ile-de-France, E. Arts, Lettres, Langues. Pour suivre les flux RSS de cet article : RSS 2.0 feed. Vous pouvez laisser un commentaire , ou un trackback sur votre propre site.

6 commentaires “Attaques ad hominem (2)”

  1. bernard-desclaux dit:

    A la demande de Pierre Dubois je met en commentaire un message que je lui ai envoyé hier :

    Bonjour Pierre,

    Je suis en effet les développements sur ton blog et ailleurs du conflit avec Emmanuel Davidenkoff. J’ai d’ailleurs signalé ce conflit hier sur la revue de presse des Cahiers pédagogiques. Mais je n’y ai pas pris part jusqu’à présent.

    S’il me semble un peu curieux de reprocher à un blogueur de défendre « son » point de vue, et uniquement celui-ci, il me semble normal que le directeur de publication rappelle la règle de l’absence d’attaque personnelle.

    Maintenant, il est toujours délicat de faire la part entre une position intellectuelle personnelle, et la représentation d’un groupe de pression. Je pense que Davidenkoff était simplement inquiet de ce glissement. Mais je pense également que l’usage des caricatures est très déplacé sur cette fédération de blogs.

    Donc de mon point de vue, « un point partout et la balle au centre ».

    Mais visiblement la balle ne veut pas revenir au centre. Et la nature des commentaires qui se sont engouffrés à la suite de ton article ne peuvent que t’inciter à ne pas « revenir au centre ». Ils semblent également donner raison à Davidenkoff de rester sur sa position. Peut-on parler de « censure » de sa part ? Un très rare commentateur de ton blog, PMartin, pose la question (commentaire 75).

    Donc un peu de silence vous permettrait de calmer le jeu, de reprendre tes chroniques pour alimenter le débat et revoir ton blog « associé » à nouveau à Educpros très rapidement.

    Bien cordialement, Bernard Desclaux

  2. Pascale DLG dit:

    A propos de ce formidable projet de MOOC mijotant sur le FUN, voici un premier corpus libre de droit, y compris le droit de protester : http://commons.wikimedia.org/wiki/Saint_Sebastian

    Mais de quelles attaques personnelles s’agit-il ? Pourquoi les caricatures seraient-elle déplacées sur EducPros ?

  3. Marie-Domitille Porcheron dit:

    Cher Pierre, j’aime autant vos fines analyses et pertinents commentaires que vos Saints Sébastien « trafiqués »; tellement que je me suis permise de les reproduire sur ma page face-book!
    Amicalement

  4. Magali Guénot dit:

    Un MOOC histoire de l’art : l’idée du siècle !

    Quant aux nouveaux Sébastien… Je suis obligée de participer, c’est affreux ! La sculpture en ronde bosse me pose problème : on est dans du 16e siècle, je dirais, à vue de nez. Italie ?
    Ensuite, vient une peinture de Bellini, également à Venise, avec au centre une splendide Vierge à l’Enfant.
    Et pour terminer, un vitrail 19e siècle, conservé en France, avec vue sur la mer… mais je laisse jouer les autres !

    En espérant une issue favorable à tout cela !

    Bien à vous,
    Magali

  5. Philippe Vervaecke dit:

    Bonjour Pierre,
    Lecteur régulier de votre blog, je n’ai pas souvenir que vous vous soyez un jour livré à des attaques ad hominem.

    Merci à vous pour votre liberté de parole et de ton.

    Tous mes voeux pour la suite du blog, quel que soit le format sous lequel vous jugerez utile de le faire exister.

    Bien à vous,

    PV

  6. Philippe Rousseau dit:

    Cher Pierre,

    J’ai eu l’occasion déjà de te faire part de ma surprise, ou plus proprement de mon indignation, devant la censure que Davidenkoff a exercée à l’égard de tes chroniques. La précision des informations que tu nous a communiquées de chronique en chronique, la liberté et la perspicacité de tes analyses et de tes critiques, étaient précieuses. J’espère que cette « dissociation » n’aura pas pour effet de te faire taire.

    Bon courage

    Philippe Rousseau

Laisser un commentaire