Lettre ouverte aux lecteurs

Le blog Histoires d’université commence une 3ème vie, après un an et demi sur Le Monde.fr, trois ans et demi sur EducPros.fr. Adresse du nouveau blog.

Après la censure du blog par le Directeur de la rédaction d’EducPros et malgré son maintien comme blog dissocié, j’ai été déstabilisé. Que faire ? Aller à Canossa ? Arrêter de bloguer ? Publier un livre, un Journal de 5 années d’enseignement supérieur et de recherche ? Rejoindre une plate-forme de blogs sur un autre média ? Tenter avec d’autres de créer un blog collectif ? Me lancer dans l’aventure d’un blog personnel mais coopératif ?

J’ai choisi cette dernière voie. Les commentateurs de la chronique Attaques ad hominem m’ont incité à poursuivre les chroniques en toute liberté et responsabilité, à garder une approche documentée, critique voire caustique…

Article du on Samedi, mars 15th, 2014 at 23:04 dans la rubrique A. Débattre. Pour suivre les flux RSS de cet article : RSS 2.0 feed. Vous pouvez laisser un commentaire , ou un trackback sur votre propre site.

4 commentaires “Lettre ouverte aux lecteurs”

  1. Fidèle lecteur dit:

    Très bien !
    voilà qui laisse plus libre. De toute façon, avec les réseaux sociaux, il n’est pas vital d’avoir une entrée sur educpros. Par contre, je vous suggère de créer un petit compte twitter pour informer de vos nouveaux billets.

  2. Nicolas dit:

    Courage ! L’Université a besoin de voix libres et fortes comme la vôtre. Les censeurs et les laquais du pouvoir n’ont pas d’importance.

    Un collègue

    P.S. Je m’associe à la suggestion de « Fidèle lecteur » sur la création d’un compte twitter.

  3. LB dit:

    OK nous avons bien pris note de la nouvelle aventure, nous sommes avec vous.
    Bon courage et à bientôt sur le nouveau site.
    LB

  4. ASES dit:

    Paris, le 26 mars 2014.

    Comme le rappelait à juste titre Pascal Maillard dans un billet du 2 mars sur Mediapart : “Le blog « Histoires d’universités » de Pierre Dubois, hébergé par le site d’information en ligne EducPros, est devenu au fil des années une source d’informations et d’analyse irremplaçable pour tous les sujets relatifs à l’Enseignement supérieur et la Recherche”. Après un rappel à l’ordre du directeur d’EducPros, Emmanuel Davidenkoff, le 19 février, publié par l’animateur du blog, Pierre Dubois, le blog “Histoires d’universités” est dissocié le 3 mars, du site internet EducPros. Autrement dit, il n’est plus reconnu comme une source de référence sur l’enseignement supérieur et la recherche et sa visibilité sera fortement amoindrie.

    Si l’ASES n’a pas toujours partagé les opinions et les prises de position diffusées sur ce blog, nous considérons néanmoins qu’il représentait une importante source d’informations non disponibles ailleurs (en particulier sur la santé financière des universités) et jouissait d’une liberté de ton rare. En outre, rappelons que Pierre Dubois a exercé professionnellement comme sociologue, chercheur au CNRS de 1969 à 1980 puis professeur de 1980 à 2008 dans trois universités (Lille 3, Paris 10 Nanterre, Marne-la-Vallée).

    Le choix de la direction d’EducPros de pratiquer la “dissociation” du blog pour en affaiblir la portée critique n’honore pas la valeur d’indépendance à l’égard du pouvoir politique, régulièrement invoquée comme principe cardinal de l’éthique professionnelle des professionnels de l’information.

    Il y a deux ans, dans un discours prononcé à Nancy sur l’enseignement supérieur et la recherche, l’actuel Président de la République appelait à “restaurer la confiance avec les enseignants-chercheurs et les chercheurs”. Outre la dégradation générale des conditions de travail dénoncée récemment par l’ASES et souvent par Pierre Dubois, nous considérons que la dissociation de ce blog du site EducPros est un obstacle supplémentaire au bon déroulement de nos activités pédagogiques et scientifiques dans les universités publiques. C’est plutôt une défiance vis à vis du nécessaire débat sur l’avenir de l’ESR.

    Nous nous réjouissons de sa résurgence ailleurs sur Internet et nous continuerons à le suivre.

    Le CA de l’ASES

Laisser un commentaire