RERS 2012-2013 : « La bible » est parue !

Parmi les publications statistiques très attendues par les acteurs de l’Education en France, figure bien entendu « Repères Et Références Statistiques » (RERS), publication estivale de la DEPP (Direction de l’Evaluation, de la Prospective et de la Performance).

Pour qui s’intéresse à l’Education (et à la Recherche et l’Enseignement Supérieur), c’est un document à garder sous le coude pour avoir quelques repères sur les effectifs étudiants par (filières, établissements, académies etc.) ou encore sur les moyens, budgets etc.

J’aurais pu intituler cet article « RERS : qu’en retenir ? » mais il faut reconnaître que cela aurait été prétentieux étant donné la richesse en informations de cette production de plus de 400 pages. Je vous en propose néanmoins quelques faits saillants.

– sur les effectifs globaux de l’Enseignement Supérieur, + 1,5 % en moyenne pour la France. La Lorraine est sous la moyenne, avec une croissance de + 0,7 %.  On note quelques chutes importantes dans les académies de Nice (-2,9%) et Clermont Ferrand (-2%) pour ce qui est de la France Métropolitaine. Outre la notion « d’accès à l’Enseignement Supérieur », c’est également en termes de démographie qu’il convient d’analyser ces dynamiques.

– pour ce qui est des universités, leurs effectifs se sont accrus de 0,8% (baisse de 0,4% en Lorraine) alors que l’évolution globale des effectifs est de +1,5%. A qui profite donc la hausse ? On constate justement un peu plus loin dans le document que les écoles de « commerce, gestion, vente », ont vu leurs effectifs s’accroitre d’1,4% depuis l’année dernière. C’est même une hausse de près de 32% depuis 2007-2008 …

Source : RERS 2012-2013 - DEPP

Source : RERS 2012-2013 – DEPP

A noter également que les effectifs globaux de l’Enseignement Supérieur privé augmentent sur une année (de 2011 à 2012) de 3,3%, là où il n’augmente globalement que d’1,5% … En 2012-2013, 18,3% des effectifs étudiants étaient inscrits dans l’Enseignement Supérieur privé. Ils étaient 12,8% en 2000-2001 …

– quant aux filières, on note bien entendu que la filières « PACES » (Première Année Commune des Etudes de Santé) a attiré 1,3% d’étudiants supplémentaires par rapport à l’année précédente, soit 700 étudiants. Parallèlement, les formations scientifiques universitaires ont perdu près de 2000 étudiants

– l’engouement pour les classes prépas se poursuit : +1,7% depuis 2010 pour les classes prépas publiques relevant du MESR. +1,9% pour les classes prépas privées …

– on a beaucoup parlé ces derniers mois de la typologie des bacheliers dans les IUT. RERS nous indique justement qu’en 2012-2013, les IUT ont recruté 2,9% de plus de bacheliers généraux, +9% de bacheliers pros, mais 2,8% de moins de bacheliers technos. Des résultats qu’il conviendrait de raffiner par filières d’études

en matière d’aides sociales, 35,8% des étudiants sont « boursiers » (ou équivalent). Ils sont 27,8% en classes prépas et 45,4% en STS

Source : RERS 2012-2013 - DEPP

Source : RERS 2012-2013 – DEPP

– donnée intéressante également : la répartition en proportions des différents échelons de bourses. Environ 21% des boursiers relèvent de l’échelon 0, c’est à dire une « simple » exonération des droits d’inscription et de sécurité sociale. RERS contient par ailleurs des informations très intéressantes quant aux proportions de boursiers selon les filières

Source : RERS 2012-2013 - DEPP

Source : RERS 2012-2013 – DEPP

Nous pourrions nous lancer dans une longue litanie de chiffres, mais le plus intéressant est que chacun décortique ces données avec son propre regard et surtout son propre esprit critique. Les nombreuses précisions méthodologiques apportées par la DEPP sont très d’ailleurs bienvenues pour cela.

Pour ma part, je reste notamment marqué par la progression de l’Enseignement Supérieur privé, qui semble continuer à absorber une part accrue de l’augmentation des effectifs étudiants. La progression des effectifs étudiants en PACES est également à considérer, notamment en se rappelant que la PACES se termine par un concours : sachant cela, les étudiants continuent à s’y engager. Un tel constat doit nous pousser à nous interroger sur le concept d’orientation, arlésienne des politiques publiques en France dont tous les gouvernements depuis 20 ans ont promis de s’occuper … On voit pourtant bien que la mise à disposition d’informations sur les filières ne suffit pas à permettre des « choix éclairés » par les jeunes et disons le, par leurs familles … (la faute doit-elle en incomber aux CIO et Conseillers d’Orientation ? Je ne le pense pas : de nombreux jeunes et leurs familles attendent souvent d’eux qu’ils répondent à leurs questions à leur place, ce qui n’est pas leur vocation).

Prochaine publication à attendre : les résultats « macro » de l’enquête triennale de l’Observatoire de la Vie Etudiante (site de l’OVE, sa page facebook, son compte twitter) sur les Conditions de Vie des Etudiants. L’Observatoire publie d’ailleurs le questionnaire qu’il a adressé aux étudiants, ce qui permet de se faire une idée des études qui pourront être réalisées grâce à lui.

Be Sociable, Share!
This entry was posted in Politique, Recherche et Enseignement Supérieur and tagged , , . Bookmark the permalink.

2 Responses to RERS 2012-2013 : « La bible » est parue !

  1. FP says:

    « onnée intéressante également : la répartition en proportions des différents échelons de bourses. Environ 21% des boursiers relèvent de l’échelon 0, c’est à dire une « simple » exonération des droits d’inscription et de sécurité sociale. RERS contient par ailleurs des informations très intéressantes quant aux proportions de boursiers selon les filières »

    => 40% d’entre eux (soit 55 000 étudiants) passent échelon 0 bis, et toucheront donc 1000€/an ! 😉

    • Pour le coup, on devine qui est « FP » 😉
      Et oui il est bon de le préciser : l’introduction de l’échelon 0 bis va en effet permettre d’accroitre le nombre d’étudiants aidés directement en complément de leur exonération des droits d’inscription et de la sécu étudiante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *