Le rôle des agences d’urbanisme dans la connaissance mutuelle des acteurs de l’ESR

Educpros publie un article très intéressant, suite à l’étude menée par la FNAU (association nationale des agences d’urbanisme), quant aux rapports qu’entretiennent les villes et les universités. Ce rapport « Université et stratégie urbaine » est accessible ici.

C’est l’occasion de rédiger quelques lignes sur l’expérience nancéienne en la matière, dont il est d’ailleurs question dans le rapport. 

Lorsque le Conseil de la Vie Etudiante du Grand Nancy a été créé en 2009, ses membres (dont j’étais alors, avec à l’époque la « casquette » de VP Etudiant de feue l’Université Henri Poincaré) s’étaient trouvés confrontés, dès la première réunion, au besoin de pouvoir conduire des enquêtes, de disposer de données et d’informations pouvant guider leurs travaux. Comme structure « experte », le CVE souhaitait pouvoir disposer d’éléments pour argumenter dans la construction de ses demandes auprès des élus locaux. Ce besoin concernait des questions comme le logement, les transports, ou encore la situation sociale des jeunes.

Aussi l’une des premières proposition du CVE fut-elle de demander la mise en place d’un « Observatoire », porté par l’ADUAN (Agence D’Urbanisme de l’Aire urbaine Nancéienne), susceptible d’être sollicité par les acteurs de l’agglomération afin de pouvoir bénéficier d’enquêtes relatives à la vie étudiante, et plus largement à l’Enseignement Supérieur.

logo_ADUAN lorraine

Je ne m’attarde pas trop sur les productions issues de cette démarche, car j’en ai déjà mentionnées plusieurs comme par exemple une enquête sur les mobilités, une sur le logement étudiant, ou plus récemment une sur les jobs étudiants (que je mettrai en ligne bientôt). Ces travaux sont riches et nous permettent effectivement d’alimenter nos débats. Mieux encore, ils peuvent être appropriés par l’ensemble des acteurs du territoire.

Logement étudiant

Extrait de l’enquête « Logement étudiant » réalisée par l’ADUAN en 2010 en lien, notamment, avec le CROUS

Au delà du « matériel » utile au débat public que représentent ces productions, il faut également considérer le potentiel structurant que représentent les agences d’urbanisme pour les relations entretenues entre le Territoire et ses acteurs, ici dans le cas de l’Enseignement Supérieur et la Recherche. Ce faisant, ces agences jouent un rôle dans leur connaissance mutuelle.

Prenons une question en apparence « basique » : combien y-a-t-il d’étudiants dans l’agglomération ? Question tout sauf anodine puisque depuis des années, j’ai tout entendu en matière de réponse … Certains répondaient 75000 (chiffre de l’académie), d’autres 53000 (effectifs de l’Université de Lorraine) etc. Bref, difficile d’y voir clair.

Nous avons donc confié à l’ADUAN le soin de réaliser une enquête, la plus exhaustive possible, quant aux effectifs étudiants de l’agglomération : BTS, Classes Prépa, formations privées comme publiques, IFSI, école d’ergothérapie, de kiné, et bien sûr formations universitaires. L’occasion aussi de structurer une vision complète du champ de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur et d’actualiser la conception qu’en ont les uns et les autres. Par exemple de rappeler que les IUT et les IUFM, bien qu’en apparence « sortis de l’Université » dans beaucoup de publications officielles, font bien partie de l’Université. Il en est de même pour la grande majorité des écoles d’ingénieurs de l’agglomération.

Ces travaux sont aussi l’occasion de s’interroger sur « l’étudiant ». De quels étudiants parle-t-on ? Ceux en formation initiale post-bac ? Les alternants ? Les apprentis ? Les contrats de professionnalisation ? Ceux relevant de la formation continue ? Des questions en apparence anodines mais auxquelles chaque acteur a logiquement tendance à répondre en fonction de son propre regard et de ses propres activités.

Les effectifs étudiants (toutes formations post-Bac) dans le Sillon Lorrain et en Lorraine en 2009-2010

Les effectifs étudiants (toutes formations post-Bac) dans le Sillon Lorrain et en Lorraine en 2009-2010

Il en est de même quant aux bourses : s’agit-il des boursiers du CROUS sur critères sociaux ? Des titulaires du FNAU ? Ceux relevant de la Région car étudiant en formation paramédicale ? Des boursiers Erasmus ?

Les établissements d’Enseignement Supérieur sont donc pro-actifs dans cette démarche (l’Université de Lorraine dispose par ailleurs de son propre et excellent observatoire, dont les missions sont néanmoins différentes de celle d’une agence d’urbanisme bien entendu) et peuvent contribuer ainsi à re-structurer et consolider la vision « statistique » et « experte » qu’en ont les partenaires de l’agglomération, au travers de leur agence d’urbanisme. Une belle opportunité de se faire mieux connaître et d’être plus justement appréhendés par leurs partenaires.

Pour ce qui est de l’Université par exemple, sa contribution peut par ailleurs aller au delà de la seule « fourniture de données » mais aussi intervenir dans la co-construction des diagnostics et études, soit au travers de son propre Observatoire, soit en faisant appel à ses formations, ses étudiants, ses enseignants-chercheurs.

Plus largement, je me rappelle d’une discussion avec Camille Galap (ancien Président de l’Université du Havre), qui évoquait alors la chance que représentait l’agence d’urbanisme du Havre pour construire des diagnostics partagés par les acteurs quant au poids socio-économique de son établissement. A Nancy par exemple, les travaux de l’ADUAN permettent d’appréhender et d’anticiper les conséquences de l’opération Campus, dont une partie consiste en une série de déménagements de formations (création d’un pôle « Santé » à Brabois). Ils ont également pu être ré-employés par l’Université de Lorraine pour l’élaboration de son schéma d’orientation immobilier.

Carte des perspectives (en 2010) des évolutions des campus dans l'agglomération nancéienne

Carte des perspectives (en 2010) des évolutions des campus dans l’agglomération nancéienne – ADUAN

L’étude de la FNAU est donc l’occasion d’inviter les établissements d’Enseignement Supérieur et les collectivités à se saisir du bel outil que constituent leurs agences d’urbanisme : compte-tenu de l’éclatement du paysage de l’ESR et plus largement de l’action publique, une meilleure connaissance mutuelle des acteurs est un passage indispensable. En particulier afin de structurer un langage et des concepts davantage partagés, en amont de la construction de schémas directeurs, qu’ils soient locaux ou régionaux. Avant de discuter et de construire, autant parler la même langue …

Be Sociable, Share!
This entry was posted in Recherche et Enseignement Supérieur, Vie Etudiante and tagged , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

4 Responses to Le rôle des agences d’urbanisme dans la connaissance mutuelle des acteurs de l’ESR

  1. Pingback: Le rôle des agences d’urbanisme dan...

  2. Comment structurer une vision complète du champ de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur ?

  3. Comment nonnait le rôle des agences d’urbanisme dans la connaissance mutuelle des acteurs de l’ESR?

  4. Pingback: Etudiants et territoire(s) : enquête | Le blog de Romain Pierronnet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *