Éducation et innovation en direct de l'Asie

iMaginez une méthode innovante pour apprendre les mathématiques

160624132617-china-math-genius-yu-jianchun-super-tease

A chaque évaluation internationale des systèmes éducatifs, Singapour est en tête des classements, c’est le cas avec PISA (Programme for Internation Student Assessment) ; et plus particulièrement en ce qui concerne les mathématiques avec le TIMMS (Trends in International Mathematics and Sciences Studies), au point de nommer celle-ci la « méthode singapourienne ». Cette méthode émerge dans les années 1980 quand le gouvernement a décidé de faire de cette discipline une priorité pour une raison fidèle à ses principes pragmatiques : il y avait besoin d’ingénieurs pour développer la ville et donc des mathématiciens. La façon de créer la méthode d’apprentissage des mathématiques a été élaborée comme toute chose à Singapour : s’inspirer de ce qui se fait à l’extérieur, prendre le meilleur et l’adapter aux problématiques locales. Ainsi pendant quinze années la méthode d’apprentissage singapourienne des mathématiques a été testée, améliorée, éprouvée pour obtenir celle qui est enseignée dans les classes aujourd’hui. Et des derniers rangs des classements Singapour s’est retrouvé en première ligne.

La méthode est inspirée du psychologue américain Bruner qui consiste à faire passer du concret à l’abstrait, d’une représentation physique à une image mentale, d’où le nom « concrète, imagée et abstraite ». La méthode consiste tout d’abord à faire manipuler concrètement des objets aux enfants, des cubes par exemple pour qu’ils puissent les dénombrer (combien de cubes sur la table, combien dessous, etc.). Ces objets sont ensuite dessinés au tableau, 2 cubes dessus par exemple et 3 en dessous (on sort du concret en gardant les mêmes références). Ensuite on additionne les chiffres. De fait cette méthode est bien plus concrète, parlante pour un jeune élève que s’il doit spontanément additionner 2+3 et même s’il doit additionner 2 pommes d’un côté et 2 pommes de l’autre. Le passage initial de la manipulation est déterminant. S’il ne fait aucun doute que cette méthode prend plus de temps, elle permet d’être parfaitement ancrée dans l’esprit de l’enfant.

Il est intéressant de voir que ce sont les valeurs de Singapour qui transpirent à travers la méthode mathématique développée dans l’ile-état. C’est le pragmatisme, la capacité d’adaptation, l’excellence et le travail acharné qui a permis de réussir la création d’une méthode de mathématique qui désormais inspire le monde entier. Que ce soit aux Etats-Unis, en Israël, au Chili, aux Pays-Bas, au Brésil, en Afrique du Sud ou au Royaume-Unis, cette méthode est désormais enseignée.

Si l’articulation théorie et pratique, concept et mise en œuvre est quelque chose de courant dans l’apprentissage à travers le monde, l’inverse est moins d’usage et tirer de la pratique des enseignements plus abstraits est quelque chose de plus complexe mais non moins efficace.

Rappelons pourtant que les plus grandes découvertes, notamment en mathématiques s’appuie sur la pratique. A titre d’exemple l’article certainement le plus célèbre d’Albert Einstein “De l’électrodynamique des corps en mouvement”, ce texte qui établit la théorie de la relativité, est fondé sur une illustration et une représentation on ne peut plus concrète, celle d’un train qui arrive à 7 heures et cela signifie nous dit Einstein « que la petite aiguille de ma montre qui pointe exactement le 7 et que l’arrivée du train sont des évènements simultanés ». Peut-on faire plus simple pour expliquer le temps ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>