Singapore Ed lines

iMaginez un pays où le vote d’adhésion amenuise l’abstention

Sans titre

Aux dernières élections de 2015 à Singapour le parti du gouvernement (People’s Action Party), représenté par le premier ministre Lee Hsien Loong – fils du fondateur de la cité du Lion – a obtenu un score permettant de détenir 83 sièges à l’assemblée sur 89. Un succès considérable, une véritable gifle pour l’opposition le Workers’ Party, mais aussi pour tous ceux qui voyait venir le déclin du célèbre PAP. L’opposition a pourtant bénéficié de son temps de parole et les critiques faites au gouvernement sur les questions de liberté d’expression et plus globalement de démocratie dans un contexte de ralentissement économique auraient pu permettre une envolée du second parti de l’île.

Dans le même temps il ne faut jamais négliger que l’une des valeurs fondamentales de Singapour est le pragmatisme et pour les citoyens le constat est simple : compte tenu des résultats sociaux-économiques des dernières années, le PAP a t-il été un bon parti politique ? Difficile de répondre par la négative lorsque l’on voit les conditions dont bénéficient les habitants que ce soit en termes d’éducation, de santé, de confort et de qualité de vie. Tous les signaux sont au vert sur ces critères et place Singapour en tête de tous les classements. Autrement dit quelles décisions, idées ou programmes pourraient améliorer la situation ? Quasiment aucun et finalement les questions de liberté d’expression et de liberté individuelle sont tout simplement reléguées au second plan car elles ne pèsent pas lourd face aux avancées concrètes réalisées grâce au gouvernement. C’est ce que l’on appelle un vote d’adhésion – aux idées, au programme, à l’expérience passée – car malgré les points sombres qui sont présents dans l’action gouvernementale – 70% des citoyens singapouriens souhaitent cette continuité.

Si le gouvernement, et donc le parti, n’était pas à la hauteur des attentes, si une dégradation des conditions se faisait sentir de manière significative, il n’y a aucun doute que les citoyens en leur âme et conscience voteraient pour un parti d’opposition avec une meilleure feuille de route. Et ce qui est assuré, c’est que dans un pays où la transparence est une valeur, où la corruption n’existe pas, où seuls ceux qui ont prouvé leurs compétences et ne redoutent pas d’être évalués comme dans n’importe quelle organisation peuvent accéder aux postes à responsabilités, un candidat mis en examen, ayant détourné de l’argent public ne serait pas en mesure de se présenter. Un candidat populiste, clientéliste qui promet sans preuve, qui annonce sans démonstration, n’aurait lui non plus aucune chance d’être élu. Pas plus un candidat qui oppose les citoyens en fonction de leurs origines ou de leurs religions aurait une chance d’accéder à une fonction gouvernementale dans ce pays où l’on a conscience que la construction d’un pays se fait sur la diversité. Ce sont pour toutes ces raisons que l’abstention n’existe quasiment pas à Singapour alors que le vote n’est pas obligatoire.

Cela pose nécessairement la question de l’absence d’adhésion, mal récurrent dans les dites « grandes démocraties ». Que faire lorsqu’aucun candidat ne correspond à ses attentes ? Faut-il voter pour le moins corrompu alors que c’est contre ses valeurs ? Faut-il voter pour celui qui a détourné le moins d’argent public ? Faut-il voter pour celui qui promet l’impossible et que nous le savons ? Faut-il voter pour celui qui ne sera jamais un exemple ni dans son pays, ni dans le reste du monde ? Quelqu’un en qui nous avons honte, quelqu’un qui ne respecte finalement ni le peuple, ni son pays, ni son histoire ? Faut-il tout de même voter en faisant semblant que ce vote soit un vote d’adhésion, ce que d’ailleurs affirmera le candidat élu ?

Et s’il restait une voie pour ces nations ? Et s’il restait la voie de s’abstenir ? la voie de ne reconnaître ni les candidats ni le système qui permet de bafouer la démocratie par des actes malveillants envers celle-ci ? N’est-ce pas l’étape nécessaire – la destruction créatrice – pour refonder une démocratie ? L’abstentionniste-éclairé d’aujourd’hui n’est pas moins le révolutionnaire de demain et même le votant d’après-demain, sous d’autres formes, d’autres systèmes, d’autres usages. C’est d’ailleurs peut-être lui qui s’opposera à un parti extrême et pas nécessairement par les urnes, c’est peut-être lui qui proposera des méthodes alternatives de gouvernement, c’est peut-être lui qui se préoccupe au quotidien de faire de la Cité un meilleur lieu de vie que ce soit dans les associations, à travers l’éducation, dans les interstices de la politique locale.

N’est-il pas présomptueux de qualifier parfois la république singapourienne de « non-démocratique » quand ses valeurs sont la transparence, l’absence de corruption, la protection et le développement du peuple sous tous ses aspects ? Les singapouriens dont l’obsession est tournée vers la réussite individuelle au profit de tous ne sont-ils pas en train de montrer la voie d’une autre forme de démocratie ? Même si celle-ci ne convient pas à l’esprit occidental, est-elle pour autant si critiquable ?

Commentaires (2)

  1. Caroline

    Article fort instructif. Malheureusement l’idée centrale est bien peu partagée par les démocraties occidentales, à commencer par les citoyens eux-mêmes. Le déroulement des élections présidentielles cette année en France s’est traduit par un « vote utile » massif dès le premier tour, accompagné d’une véhémence systématique vis-à-vis des abstentionnistes. Loin de penser que l’abstention est une autre forme d’expression parfois plus juste que le choix par défaut d’un candidat sur une liste, les citoyens des démocraties occidentales ne sont pas prêts à se déposséder de leur droit de vote qu’ils revendiquent coûte que coûte, ignorant finalement qu’ils se hâtent souvent de se déposséder de leur droit d’expression.

    Répondre
    1. singapore-ed-lines (Auteur de l'article)

      Merci Caroline de votre commentaire, tout à fait d’accord avec vous. XP

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>