Armes sur les campus : faut-il combattre le mal par le mal ?

Après l’Utah et le Colorado, le Texas envisage à son tour d’autoriser le port d’arme dans les universités. Cette initiative, soutenue par le Sénat local et une majorité à la Chambre des Représentants, bénéficie également de l’approbation du gouverneur du Texas, Rick Perry.

En armant les étudiants et les professeurs, les pouvoirs publics espèrent éviter de nouvelles tragédies telles que celle de Virginia Tech en 2007, au cours de laquelle trente-deux personnes avaient été abattues par un étudiant en Lettres de 23 ans, Cho Seung-Hui. Selon certains témoins, le tueur aurait pu être stoppé si des personnes armées avaient été mesure de riposter.

Pour avoir suivi de près le drame de Virginia Tech (Pamplin College étant un de nos proches partenaires), je crois que nous mesurons mal de ce côté-ci de l’Atlantique l’ampleur du choc généré par ce drame auprès de la population américaine, des étudiants et personnels de l’université et des autorités.

Pour autant, faut-il soigner le mal par le mal et faire de la légitime défense le rempart de la société contre la violence ? D’un point de vue moral, cela heurte bien évidemment notre sensibilité d’européens. D’un point de vue légal, cela semble également difficile tant la légitime défense est un concept délicat à apprécier. On le voit dans le cadre d’affaires judiciaires impliquant parfois des représentants des forces de l’ordre, qui sont pourtant des professionnels formés aux armes à feu et à leur bon usage. Quelle serait la réaction d’étudiants ou de professeurs confrontés à telle ou telle situation de violence ?

Nous sommes heureusement loin de ces problématiques dans nos établissements d’enseignement supérieur en France. Toutefois, ce cas peut par exemple nous amener à réfléchir à la question de la sécurité de nos élèves envoyés en échange ou en double-diplômes aux États-Unis. Surtout et plus largement, le risque majeur à mon sens serait de voir l’émergence d’un modèle sécuritaire qui irait à l’encontre de la philosophie d’ouverture de nos établissements. Nous n’avons pas besoin de ça.

Pour en savoir plus :
• « Texas poised to pass bill allowing guns on campus« , Jim Vertuno, Associated Press, 20 février 2011.
• « Feu à volonté », Robert Solé, Le Monde du 23 février 2011.

Be Sociable, Share!

Tags: , , , , ,

Article du on jeudi, mars 3rd, 2011 at 15:00 dans la rubrique Enseignement Supérieur, Société. Pour suivre les flux RSS de cet article : RSS 2.0 feed. Vous pouvez laisser un commentaire , ou un trackback sur votre propre site.

3 commentaires “Armes sur les campus : faut-il combattre le mal par le mal ?”

  1. Martin dit:

    Très bonne analyse, à laquelle je suis d’accord à 100%. Par contre, étant étudiant actuellement aux USA, je ne me sens pas en sécurité. Le risque 0 n’existe pas mais avec un minimum de prudence, je n’ai eu aucun soucis 🙂

  2. Le blog de Stéphan Bourcieu » Blog Archive » Feu à volonté dit:

    […] Il y a dix huit mois sur ce même blog, j’évoquais l’intention du Texas, après l’Utah et le Colorado, d’autoriser le port d’armes à feu sur les campus universitaires. Avec le Mississippi, l’Oregon et le Wisconsin, ce sont désormais cinq États américains qui ont adopté une loi légalisant le port d’armes sur les campus. […]

  3. Le blog de Stéphan Bourcieu » Blog Archive » Des armes sur les campus américains, on y est! dit:

    […] y a quelques années sur ce même blog, j’évoquais la question des armes sur les campus américains. L’État du Texas projetait alors de promulguer une loi légalisant le port d’armes de poing […]

Laisser un commentaire