Besoin de compétences internationales ? Non merci !

Voilà une enquête qui en dit long sur notre économie et ses contradictions. L’enquête Eurobaromètre vient de passer au crible 7036 entreprises européennes de plus de cinquante salariés (dont 404 en France) sur la question des compétences requises et de l’employabilité des jeunes diplômés au niveau européen (« Employers’ perception of graduate employability » Commission Européenne, Eurobaromètre, Novembre 2010).

Il en ressort que les entreprises françaises se désintéressent totalement des compétences spécifiques que les jeunes diplômés peuvent développer dans une perspective internationale.

Peu d’intérêt pour les langues étrangères
Seules 41% des entreprises interrogées considèrent la maîtrise d’une langue étrangère comme importante contre 61% pour la moyenne des entreprises européennes. La France apparaît ainsi au 30ème rang des 32 pays étudiés, précédant seulement l’Irlande (32%) et le Royaume Uni (22%), bons derniers de la classe pour des raisons que l’on comprend aisément. En comparaison, 70 % entreprises allemandes accordent de l’importance à la maîtrise des langues par leurs futurs collaborateurs.

Expérience internationale : pas mieux !
De même, une large majorité d’entreprises françaises interrogées ne voient pas l’utilité pour un jeune diplômé d’avoir une expérience à l’international qu’elle soit par le biais d’un stage (77%) ou dans une période académique (82%). Quand on sait l’importance de l’expérience interculturelle dans le développement international, on ne peut que constater que ces entreprises se privent d’un atout précieux pour aborder les marchés à l’export.

Collaborateurs internationaux : non merci !
Enfin les entreprises françaises sont moins enclines que leurs consœurs européennes à recruter des collaborateurs venant d’autres pays. Seules 17% des entreprises françaises déclarent recruter des jeunes diplômés européens contre 28% des entreprises allemandes (moyenne européenne à 27%).

Les résultats de cette étude sont à nuancer pour les entreprises déjà investies à l’international, pour lesquels la prise en compte lors des recrutements de jeunes diplômés des compétences linguistiques et d’expérience internationale est réelle.

Par contre, ils mettent en lumière la situation alarmante de la majorité des PME françaises qui n’ont pas du tout pris la mesure des compétences de base indispensables pour assurer le succès à l’international. Or ce sont bien souvent ces marchés internationaux qui leur permettent de trouver des relais de croissance. A l’heure où l’État français porte aux nues le Mittelstand allemand, ce n’est sans doute pas demain que nous aurons ces moyennes entreprises qui performeront en nombre à l’international.

Pour en savoir plus : « Des PME françaises en mal d’international« , tribune publiée le 20 juin 2011 sur LeMonde.fr.

Tags: , ,

Article du on Mardi, juin 21st, 2011 at 12:38 dans la rubrique Compétences, International, PME. Pour suivre les flux RSS de cet article : RSS 2.0 feed. Vous pouvez laisser un commentaire , ou un trackback sur votre propre site.

3 commentaires “Besoin de compétences internationales ? Non merci !”

  1. briffaut dit:

    L’état des lieux décrit par Stéphan Bourcieu explique les résultats de la France en matière de performances économiques:
    -86.8 milliards sur 12 mois fin mai 2011(balance commerciale)
    -60.7 milliards sur 12 mois fin mai 2011(comptes courants)
    Les chiffres correspondants pour l’Allemagne sont +188.4 milliards et +191.9 milliards respectivement, pour les Pays-Bas +52.5 milliards et 61.8 milliards, pour la Belgique (sans gouvernement!) +17.2 milliards et +2.7 milliards respectivement.

  2. RABARISON Orimbato dit:

    Bonjour ,
    Je m’appelle Haja et je suis malgache, je souhaiterai être intégré dans une école de manager de foot ball, alors que ici à Madagascar, ce filière n’existe pas, est ce que je peut compter sur vous?
    je vous remercie beaucoup.

  3. chevrier jean-luc dit:

    bonjour,

    Créateur d’un site collectif sur la problématique des langues dans l’entreprise je recherche un groupe d’étudiants intéressés par débattre et écrire un article (sujet d’un TP par exemple) pour présenter un exemple de méthodologie de choix de la ou des langues de l’export d’un pays sur le site. A titre d’exemple en cours http://www.langues-export.fr/vente_ukraine/
    C’est un exercice concret qui peut être formateur et ludique.
    l’Inde est un cas simple en apparence (mais « piègeux ») et pourrait être un choix d’étude.
    merci de me contacter si cette idée vous intéresse,

    jean-luc Chevrier

Laisser un commentaire