Diffusons nos connaissances… enfin!

Le retour des beaux jours est souvent porteur de bonnes nouvelles. Cette année ne dérogera pas à la règle. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, ce sont deux signaux très positifs qui viennent d’être annoncés à propos de la diffusion de la recherche. Comme vous le savez, la diffusion de la recherche auprès de la société civile et la contribution des enseignants-chercheurs aux débats de société sont pour moi des enjeux majeurs, pour lesquels je milite depuis plusieurs années sur ce blog:

• « La recherche peut apporter des solutions à la crise économique »
• « Diffusons notre capital intellectuel »
• « Exprimez-vous! »

La première nouvelle est venue du front des Grandes Écoles de management, à l’occasion de la deuxième conférence de recherche sur l’enseignement supérieur organisée par l’EFMD (Fondation Européenne pour le Développement du Management), les 23 et 24 mai 2013, à l’université Paris-Dauphine. Cette organisation fédère les Business Schools au niveau international et joue un rôle central dans l’évolution de l’enseignement du management. Lors de cette conférence, Richard Staub (Directeur des services Corporate de l’EFMD, en charge des affaires européennes) a fait une intervention remarquée sur la place de la recherche en management dans la société:

« Or, lors des débats publics, dans la presse, à la télévision, nous entendons des économistes, des sociologues, mais jamais des spécialistes du management. Pourquoi n’y sommes-nous pas? N’avons-nous rien à dire sur la gestion des services publics? Sur les effets cachés de l’outsourcing? Et sur d’autres sujets encore qui concernent directement le management? »

Plus loin, Richard Straub invite l’auditoire à réfléchir à « qui est le client de la recherche en management, le public académique ou les entreprises? » , et suggère aussi de « trouver des critères nouveaux et plus pertinents au regard de la pratique que les seules « citations » pour juger la production de recherche » (1).

Quelle évolution de la part d’une institution qui, jusqu’à présent, considérait avant tout la recherche en management au travers de sa production scientifique (peer review journals mais aussi case studies, dans une démarche de lien entre recherche et entreprises)! Il ne s’agit évidemment pas de nier l’importance de ces productions scientifiques, bien au contraire. Simplement, la diffusion de la connaissance issue de la recherche en management ne saurait se limiter aux seules revues scientifiques et études de cas. La place grandissante des entreprises dans la société doit en effet amener les chercheurs à diffuser leurs connaissances, analyses, résultats auprès de la Société et à s’inscrire dans le débat public.

L’autre bonne nouvelle est venue des plus grandes institutions françaises d’enseignement supérieur: Sciences po, l’École polytechnique, l’ENS Cachan, HEC Paris et l’UPMC.

Comme le souligne Olivier Monod (2), ces institutions prestigieuses viennent en effet de « s’associer avec Le Huffington Post pour une opération de promotion de la recherche intitulée « Têtes Chercheuses » . Le concept est simple : il s’agit de permettre à des étudiants et des chercheurs de publier un article de vulgarisation sur le thème de leur recherche. La tribune devra être liée à un travail de recherche disponible en ligne » . « L’opération a vocation désormais à être ouverte à toute université, grande école ou institution de recherche qui hébergerait des projets de recherche innovants et souhaiterait les faire connaître » , précise Le Huffington Post. « Tête Chercheuses » est une plateforme d’expression pour les chercheurs mais aussi pour les étudiants en deuxième ou troisième cycle universitaire, toutes disciplines confondues. »

Je me réjouis de ce signal donné par les institutions les plus prestigieuses de l’enseignement supérieur français. Les travaux des chercheurs issus de ces institutions peuvent en effet éclairer la Société, que ce soit dans ses dimensions économiques, sociales, culturelles, scientifiques, technologiques, etc. Leur contribution au débat public, par la vulgarisation de leurs recherches dans le cadre de tribunes publiées dans Le Huffington Post est un levier majeur pour la Société.

Je me réjouis également de cette orientation qui conforte les choix que nous avons faits il y a maintenant trois ans à l’ESC Dijon-Bourgogne d’inciter nos enseignants-chercheurs à diffuser leurs travaux de recherche dans le cadre de tribunes de presse dans Le Huffington Post, Le Monde, Les Echos ou encore Le Figaro. En 2013, nous allons fêter la 100ème tribune publiée par les enseignants-chercheurs de notre École: autant d’occasion de participer au débat public et de contribuer aux réflexions sur la place du management dans la Société.

C’est bien là un rôle essentiel que doivent jouer nos institutions au service de la Société. Soyons en convaincus.

(1) AEF (2013), « L’EFMD se penche sur l’impact à long terme des business schools sur la société », n°183245, 28 mai 2013.
(2) Olivier Monod (2013), « Un nouveau média pour parler de la recherche », Educpros.fr, 10 juin 2013.

Be Sociable, Share!

Tags: , , , , , , , , , , , , , ,

Article du on mercredi, juin 12th, 2013 at 22:52 dans la rubrique Business Schools, Communication, Enseignement Supérieur, Presse, Recherche, Société. Pour suivre les flux RSS de cet article : RSS 2.0 feed. Vous pouvez laisser un commentaire , ou un trackback sur votre propre site.

Laisser un commentaire