Nouvelles frontières de la formation

La semaine passée, une annonce importante vous a peut-être échappé. Linkedin a fait une offre de rachat du portail de formation en ligne Lynda.com pour 1,5 milliard de dollars.

Outre la fait que le montant de la transaction est inhabituel sur la marché de la formation en ligne, ce rapprochement interroge les professionnels de la formation sur les mutations en cours dans le domaine de la formation provoquées par l’irruption du numérique dans le secteur.

Les acteurs

Avant de revenir sur les questions principales que soulève cet évènement, examinons ensemble les acteurs en présence.likda

Linkedin est bien connu en France. Il s’agit d’un réseau social professionnel dont la vocation première est la facilitation des échanges entre des employeurs en recherche de collaborateurs et des individus cherchant du travail. Le réseau compte aujourd’hui 350 millions de membres et véhicule 3 millions d’offres d’emplois. Il a une vocation mondiale. Aujourd’hui les motivations de ses membres dépassent la seule recherche d’emploi. Des groupes de discussions très actifs sont notamment présents sur le réseau. La notion de personnal branding est également au centre des motivations de bien des membres.

Lynda.com est un opérateur intervenant sur la marche de la formation en ligne depuis 1995. Il s’agit d’un des acteurs les plus anciens du secteur. Les utilisateurs du service payent un abonnement et peuvent accéder à une large bibliothèque de cours en ligne de qualité dans des domaines assez variés même si les sujets IT sont très présents. 2/3 des utilisateurs sont des individus, 1/3 des entreprises qui abonnent leurs collaborateurs. C’est une société rentable depuis l’origine qui réalise environ 150 millions de dollars de chiffre d’affaires, sur la base d’un business model BtoB et BtoC classique et solide.

Les motivations de l’achat

Les dirigeants de Linkedin ont motivé leur décision en indiquant qu’il y a un alignement stratégique entre les 2 activités. Linkedin permet aux utilisateurs de trouver le job qu’ils visent. S’ils constatent un écart de compétences pour atteindre cet objectif, Linkedin proposera un service de formation en ligne permettant à chacun d’atteindre son but. Il s’agit pour Linkedin de devenir le plus grand réseau de développement professionnel du monde, et donc de disposer de toute la gamme de services associés.

Quelques réflexions

Tout cela est très logique et cohérent d’approche stratégique et de logique de marché. Toutefois cet évènement m’inspire plusieurs réflexions.

La formation en ligne est légitime

La bonne nouvelle pour quelqu’un comme moi qui œuvre dans le domaine du e-learning depuis 20 ans, c’est que le montant de la transaction valorise la formation en ligne à un très haut niveau (environ 10 fois le chiffre d’affaires). En 20 ans Lynda.com a développé une activité qui l’a mené à un chiffre d’affaires de 150 millions de dollars, ce qui en fait un acteur majeur dans le monde la formation en ligne professionnelle. Aujourd’hui on peut penser raisonnablement qu’il va y avoir un effet d’accélération sur son activité grâce à son accès privilégié aux membres du réseau Linkedin.

Le montant de la transaction montre que la formation en ligne est légitime. Il y a une logique entre l’offre de service en ligne de Linkedin et le fait que les formations permettant de progresser dans sa carrière soient en ligne également. C’est cohérent mais c’est un signe fort au monde de la formation. La formation est multimodale et provient de sources variées.

Les investissements viennent de groupes qui ne sont pas des opérateurs historiques

Ce rachat est effectué par une entreprise qui n’est pas un opérateur de formation traditionnelle ou de la formation en ligne. La formation n’est pour Linkedin qu’un élément dans un écosystème plus vaste de services rendus à ses clients. On peut même pousser l’analyse un peu plus loin. En réalité Linkedin est un opérateur de formation. En effet, au travers des groupes notamment, des échanges entre professionnels se développent et véhiculent un contenu parfois très riche. Il s’agit donc de formation informelle, par socialisation, connexions et frottements…. Des professionnels échangent des bonnes pratiques, effectuent leur veille avec un souci d’opérationnalité très grand.

Il y a beaucoup d’entreprises, dans de très grands secteurs d’activités, qui ont comme prolongements possibles la formation ou l’éducation : les recruteurs, les éditeurs, les entreprises de conseils,… Ce rachat n’est que le début de l’arrivée en nombre de nouveaux acteurs d’envergure sur le secteur de l’éducation et de la formation.

L’important ce n’est pas le contenu mais le service

On peut également constater que la stratégie conjointe de Linkedin et Lynda.com réside dans l’amélioration du service rendu à l’utilisateur. Ce qui est important ce n’est pas le contenu, c’est le contexte. Lynda propose des modules de très bonne facture sur des sujets qui sont largement répandus sur le Web et souvent en accès gratuit. Alors ou réside la valeur qui incite ses clients à payer ? Dans la qualité des ressources bien entendu, mais la valeur va résider de plus en plus dans le service global rendu. Les clients ne veulent pas se former, ils veulent accéder à un nouvel emploi, ou évoluer dans leur carrière, ou tout simplement se maintenir à niveau. L’intégration avec Linkedin se situe sur ce terrain. Linkedin répond à un besoin plus large dont la formation est une des composantes. La valeur augmente par la combinaison des services rendus par ces deux entreprises et surtout dans la qualité de leur intégration. C’est le pari de cette opération. Dans la stratégie numérique des services de formation des entreprises, des écoles, des universités cette réflexion sur la valeur produite pour le bénéficiaire doit progresser en cherchant également à dépasser les frontières habituelles de la formation.

La formation fait bien partie du travail

La formation fait bien partie du travail, notamment si on la considère tout au long de la vie. Les sociologues du travail nous montrent que le temps passé à se former dans les économies développées va dépasser le temps de « production » au cours d’une vie, pour devenir le temps majoritaire d’activité. Cela va donc amener à repenser l’éducation et la formation dans un continuum mais aussi dans le cadre des autres activités de vie des personnes. Le numérique qui intervient dans tous les compartiments de la vie des gens est un excellent véhicule pour cette formation intégrée. Les professionnels de la formation doivent s’emparer très rapidement de cette dimension, en allant à la conquête de ces nouvelles frontières.

La formation payante fonctionne

La dernière réflexion que m’a inspirée ce cas, concerne la dimension économique de la formation en ligne. A l’heure des réflexions sur le modèle économique des MOOC ou de la notion d’investissement qui sous-tend le développement de dispositifs numériques dans la formation, Lynda.com nous montre que si le modèle est cohérent, on peut faire vivre un système de formation en ligne en étant rentable. Il est même possible de le faire en traitant de sujets largement répandus sur le Web. Ce n’est pas un cas isolé.  Aussi, dans la réflexion stratégique c’est bien la notion de valeur produite pour l’utilisateur qui doit être au centre. Il existe de nombreuses équations économiques permettant d’arriver à un résultat positif. Là aussi il faut déplacer les frontières. On peut imaginer que le prix très important payé pour l’acquisition de Lynda.com anticipe un accroissement de revenus et de la valeur important pour les 2 acteurs, ne générant qu’une augmentation des charges faibles donc une rentabilité accrue.

Le débat est ouvert

Il me semble que cet évènement représente un signe fort. Il s’agit donc pour les acteurs de la formation quel que soit leur statut d’être créatif et ambitieux. Le numérique est un formidable outil d’accroissement de la valeur produite pour peu qu’on s’en empare.

Mais je suis un incorrigible optimiste, n’hésitez pas à commenter, amender, contredire, c’est le moment d’entrer dans ce débat.

1 Comment

Filed under Non classé

One Response to Nouvelles frontières de la formation

  1. Bonjour Sylvain,

    Je me demande si je n’aurais pas inversé les propositions de ton article ? Je me permets cet argument, parce que tu as évoqué un terme central LE CONTINUUM. Le rachat de Lynda par Linkdin est le symptôme de cette évolution sociétale. C’est parce que la société se transforme que ce rachat devient possible (pas l’inverse). L’évènement fort n’est pas le rachat mais la transformation de nos frontières (je reprends ton titre). J’ai utilisé dans un article la notion de « far web », je crois que nous sommes ici dans cette configuration d’ extension des espaces.

    Notre modèle de formation est en train de muter radicalement . Il fut un temps ou la fin de la période de formation initiale signifiait, peu ou prou, la fin du cycle de formation. Elle permettait d’entrer dans le cycle du travail (je grossis le trait mais c’était presque cela) qui menait jusqu’à la retraite. One job, one life. Nous sommes inscrits dans un continuum permanent qui fait que la réflexion va bien au-delà du bac -3 / Bac + 3. Le continuum c’est aussi celui de L’université / Monde professionnel. Nous serons amenés à aller de l’un vers l’autre de façon de plus en plus fréquente.

    Depuis que nous sommes entrés dans la société de l’immatériel, la connaissance est l’or noir de ce début du 21ème siècle (pour les cadres comme pour toutes les autres professions d’ailleurs.) Nul n’est capable de dire quelle forme aura notre métier dans 5, 10 et 15 ans. Existera t-il encore d’ailleurs ? Nous sommes contraints d’entrer dans le cycle de la formation continuée, le LLL des américains.

    La confrontation des temporalités des changements va donner du grain à moudre à la formation en ligne. Les changements rapides des technologies, des process vont entrer en tension avec une forme d’inertie des structures (sachant qu’elles deviennent de plus en plus grandes) lorsqu’elles veulent réagir.

    La formation devrait de plus en plus être externalisée, je ne doute pas que les grands comme linkdin sauront s’y engouffrer.

    Je ne sais si mon propos est clair mais ton article m’aura permis de phosphorer.

    Bien amicalement

    jpm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>