L’e-pédagogie ou vers l’enseignant 2.0

L’e-pédagogie est une notion nouvelle apparue avec le développement du E-learning. Pour les spécialistes de la pédagogie elle se différencie des approches plus anciennes du phénomène d’apprentissage étudiées depuis longtemps : béhaviorisme, cognitivisme ou le constructivisme.

L’e-pédagogie n’est pas encore une science ou une théorie, faute d’étude théorique et en raison de sa « jeunesse », elle n’est qu’une « somme » d’usages pédagogiques élaborés par les pionniers du e-learning.

L’e-pédagogie est foncièrement influencée et même conditionnée par les changements de l’environnement technique du Web. L’apparition de ce que nous appelons, un peu abusivement, le Web 2.0 a bouleversé les schémas d’apprentissage que nous connaissions :

  • L’apprenant devient producteur de ressources, avec l’apparition de services tels que Dailymotion ou Youtube, l’internaute n’est plus uniquement consommateur d’informations mais il est également créateur de contenus;
  • Les outils collaboratifs ont donné naissance à une nouvelle notion qui est « l’intelligence collective ». Sans porter de jugement sur la qualité intrinsèque des contenus élaborés collectivement il est indéniable que des sites comme Wikipédia sont une réelle réussite et même une référence;
  • L’e-réputation, aujourd’hui si l’on nous ne sommes pas présent sur le Web nous n’existons pas. Le référencement est aussi, voire plus, important que le contenu de l’information référencée;
  • L’apparition de la notion de communauté. Face à la pléthore d’informations sur le Web nous faisons plus confiance à notre communauté pour valider une information. Signe des temps, aux Etats-Unis la fréquentation de FaceBook a été plus importante le mois dernier que celle de Google ! Les réseaux sociaux ou les flux RSS sont aujourd’hui une source majeure d’information pour les internautes.

Par ailleurs des facteurs purement techniques expliquent également le foisonnement de services Web 2.0 : l’augmentation des débits et des capacités de stockage sur le réseau. Enfin tous ces changements n’auraient pas été aussi sans l’adoption de standard technique ouverts. Comme le disait en substance un personnage enseignant à l’université dans le film « Les Voleurs » de Téchiné : les étudiants ne vieillissent pas, seul l’enseignant vieillit ! Ou dit autrement, nous devons, enseignants, sans cesse nous renouveler pour faire face à un nouveau public.

Les changements technologiques ont affectés les nouvelles générations d’apprenants. Nous désignons cette nouvelle génération qui a grandi avec le Web 2.0 la « Y generation » ou les « Digital Natives » . Une des grandes spécificités de cette génération étant qu’elle n’apprend plus comme nous le faisait les générations précédentes. Elle sait chercher mais mémorise peu le savoir, elle utilise les moteurs de recherche (Google,…) mais va peu en bibliothèque,… Les étudiants ne sont ni meilleurs ni plus mauvais, ils sont différents.

Ce qui est d’autant plus déstabilisant pour les enseignants, c’est qu’il n’y a pas eu de changement progressif des usages des étudiants. Bien au contraire cette nouvelle génération succède à la génération précédente qui ne maîtrisait pas ce nouveau média. Il y a une dizaine d’année nous devions apprendre aux étudiants à maîtriser un ordinateur. Une bonne part des étudiants n’avait bien souvent jamais ou très peu utilisée un ordinateur. Aujourd’hui la donne est différente, nous devons intégrer le Web 2.0 dans nos enseignements.

Il nous faut aujourd’hui modifier le schéma classique du transfert de savoir dans l’enseignement supérieur dans lequel l’étudiant est simplement un récepteur passif. L’interactivité et le dynamisme du e-learning doivent servir de base pour repenser la pédagogie dans l’enseignement supérieur. Au niveau structurel le fait d‘avoir dissocié artificiellement les Technologies de l’Information et de la Communication, c’est-à-dire l’outil, du message qui est diffusé, en d’autres termes la pédagogie, est une erreur fondamentale. Nous devrions, enseignants et utilisateurs d’elearning, reprendre la main sur ces outils. La pédagogie n’est pas au service de la technologie bien au contraire la technologie est un outil au service de la pédagogie !

Les 24 et 25 juin prochains les Journées du Elearning auront pour thème «Au-delà des plates-formes, la e-pédagogie » – Pour plus d’informations : www.lyon-elearning.com

Be Sociable, Share!

Tags:

This entry was posted on mercredi, mai 5th, 2010 at 17:21 and is filed under Non classé. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

17 Responses to “L’e-pédagogie ou vers l’enseignant 2.0”

  1. L e-pedagogie ou vers l enseignant 2.0 | le Blog de Yann BERGHEAUD | Information Mining R&D Says:

    […] more: L e-pedagogie ou vers l enseignant 2.0 | le Blog de Yann BERGHEAUD Share this […]

  2. Revue du net du 5 mai 2010 au 6 mai 2010 Says:

    […] L e-pedagogie ou vers l enseignant 2.0 | le Blog de Yann BERGHEAUD – […]

  3. olivier ertzscheid Says:

    Bonjour et merci pour ce texte auquel j’adhère à 200%. Puisse votre message être entendu. En écho et en illustration à votre propos, ce texte pourrait vous intéresser.
    http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2010/03/pourquoi-je-suis-ami-avec-mes-etudiants.html
    Cordialement

  4. François Taddei Says:

    Entièrement d’accord avec cette analyse, je serai ravi de prolonger l’échange par mail voir de visu à Lyon ou à Paris où nous avons créé un lieu pour tenter de faire avancer ces idées combinant pédagogies innovantes et nouvelles technos. http://www.cri-paris.org/en/accueil-cri/education-2.0/

  5. L. Louis Says:

    Bonjour,
    Il n’y a rien d’abusif dans l’utilisation de l’appellation Web 2.0.
    Le web 2.0 introduit tout simplement la notion de contribution de la part des internautes. Plus clairement, le web 2.0 donne la possibilité à l’internaute d’interagir et de s’identifier à une communauté.

    Vous êtes bien en retard Monsieur. Voila déjà 10 ans que le ELearning est utilisé en France, je ne parle pas du Canada ni de l’Amérique.
    Votre discours se résume à du copier/coller des questions qui animent la communauté d’apprentissage en ligne composée depuis fort longtemps d’enseignants et de chercheurs.
    Vous citez mal les propos de M. Lebrun, enseignant à l’université de Louvain et fondateur de la plateforme pédagogique Claroline, dont une des conférences datant de 2008 portait l’intitulé : « dans le Elearning ce n’est pas le e qui compte », que vous transformez de manière médiocre en : « La pédagogie n’est pas au service de la technologie bien au contraire la technologie est un outil au service de la pédagogie ! ».

    Enfin Monsieur pour m’être renseigné à votre sujet auprès de votre établissement, vous n’êtes pas un enseignant mais un administratif. Vous donnez des cours par-ci, par-là en tant que formateur indépendant, mais vous n’avez pas le statut d’enseignant à proprement dit. Alors cessez de vous présenter comme tel.

  6. ybergheaud Says:

    @olivier ertzscheid
    Merci pour le lien donné, ce retour d’expérience est des plus intéressants.
    Cordialement

  7. ybergheaud Says:

    @François Taddei
    Je retiens votre proposition et je vous contacte d’ici peu
    Cordialement

  8. ybergheaud Says:

    @L. Louis
    Lorsque je qualifie « d’abusif » l’appellation Web 2.0 c’est en raison de l’idée véhiculée d’une cassure voire une révolution comme si celle-ci pouvait être datée. En effet le Web 2.0 n’est rien qu’une suite d’innovations technologiques. A vérifier, mais il me semble que l’appellation « Web 2.0 » désigne au départ la sortie de la crise issue de l’éclatement de la bulle de la Net économie.
    Je ne pense pas être en retard sur l’elearning puisque ce la fait bien 10 ans que j’en fais !
    Je vous invite à relire mon article car je ne cite pas Marcel Lebrun et je n’ai en aucun cas la prétention de me comparer à lui.
    Enfin pour finir de vous répondre en ce qui concerne mon statut, il est vrai, et je ne m’en suis jamais caché, que le je n’ai pas le statut « d’enseignant-chercheur » mais j’enseigne et pas seulement quelques heures. Sur ce point vous êtes mal renseigné. En revanche en ce qui vous concerne je n’ai trouvé sur le Web 😉
    Enfin je comprends mal le ton de votre message et surtout le sous-entendu : pour parler d’elearning il faudrait bénéficier d’un sacro-saint statut !

  9. L. Louis Says:

    @ m. Bergheaud
    >> Vous écrivez : A vérifier, mais il me semble que l’appellation “Web 2.0″ désigne au départ la sortie de la crise issue de l’éclatement de la bulle de la Net économie
    >>>> Faux, il désigne l’apparition de nouveaux services multi-supports (ordinateur, pda, téléphone), c’est aussi l’accent mis sur l’interaction entre les internautes (blogs, wikis, social networking, partage de photos et de vidéos, réactions), et les informations (rss, journaux citoyens, tags) grâce aux technologies Ajax (du javascript amélioré permettant de changer du contenu dynamique sans recharger la page web mixé avec du xml). Allez donc voir du coté de Netvibes créé en 2005 (soit 5 ans déjà !).

    >>Vous écrivez : En revanche en ce qui vous concerne je n’ai trouvé sur le Web
    >>>> C’est normal je sais gérer ma e-réputation

    >>Vous écrivez : Enfin je comprends mal le ton de votre message et surtout le sous-entendu : pour parler d’ELearning il faudrait bénéficier d’un sacro-saint statut !
    >>>> Il ne s’agit absolument pas de bénéficier d’un quelconque statut sacro saint Monsieur, simplement de savoir de quoi on parle et d’avoir les compétences requises. Votre discours est un amalgame d’idées ou de principes, soit vieux, soit énoncés par d’autres que vous, qui sont survolés, remodelés et parfois déformés jusqu’à désinformé les internautes qui pourraient vous lire.

  10. ybergheaud Says:

    @L. Louis
    Relisez vos « classiques » l’appellation web2.0 date de 2003 !
    Vos propos me font penser que la critique est toujours facile. En tout état de cause j’ai hâte de pouvoir lire vos développements si lumineux concernant l’e-learning ou même vos créations 😉

  11. L. Louis Says:

    en réponse à M. Bergheaud :

    >> Relisez vos “classiques” l’appellation web2.0 date de 2003 !

    En effet elle date de 2003 et à été formulée par par Dale Dougherty, puis diffusée par Tim O’Reilly en 2004 et consolidée en 2005. Je n’ai jamais écrit le contraire, relisez mon commentaire. Je vous incitez juste à visiter un site full web 2.0 qui existe depuis 2005 : Netvibes.

  12. ybergheaud Says:

    @L. Louis
    Netvibes ! Je connais depuis un certain temps (et même un temps certain) : http://www.netvibes.com/bergheaud
    PS : attention aux fausses manip’ « copier-coller » depuis Wikipedia : « formulée par « par Dale Dougherty, puis diffusée par Tim O’Reilly en 2004 et consolidée en 2005. » » 😉

  13. Misery Says:

    Monsieur,
    La e-pédagogie, que je préfère appeler le blended learning, n’est pas récente. Nous la mettons en oeuvre dans notre école depuis 1994, bien avant le web. Les technologies, et nous sommes une école d’ingénieurs en TICE, étaient et doivent toujours être au service de la pédagogique, de l’enseignement et de la formation. Les technologies du WEB 2.0 ne font qu’augmenter le potentiel des « possibles » ; à nous de les utiliser intelligemment.

  14. ybergheaud Says:

    Tout à fait d’accord avec vous. Je suis ravi de voir que la pédagogie appliquée au Web 2.0 intéresse des enseignants, je vous avoue qu’à la suite de mon article j’avais quelques doutes. Ou du moins j’avais l’impression que la pédagogie devait rester une affaire de spécialistes de la pédagogie, un discours de savants en fin de compte. Je suis un peu plus rassuré 😉

    Cordialement

  15. P. DERVIS Says:

    Bonjour, je suis chercheur en TICE à Aix en Provence et je mène une enquête pour rendre compte des usages et de l’influence des blogs d’enseignant dans leur quotidien : leur appropriation, leur pédagogie, leur pratique, etc. Comme vous êtes enseignant et comme vous avez un blog, je vous remercie de prendre quelques minutes pour répondre à l’enquête en ligne que vous trouverez sur le lien suivant :

    http://lambesc.educaix.com/blogs_enseignants/
    En vous remerciant d’avance pour votre participation.
    Philip DERVIS

  16. ybergheaud Says:

    Bonjour,
    Je n’utilise pas de blog dans le cadre de mes enseignements. J’utilise d’autres outils en revanche, mais je crois avoir noté que votre enquête concerne spécifiquement le blog.
    Cordialement

  17. Elearning Says:

    L’e-pédagogie ou vers l’enseignant 2.0

Leave a Reply