E-Learning : avons-nous réussi la révolution numérique de l’éducation ?

Je ne tiendrai pas le suspense bien longtemps : il est patent que nous n’avons pas réussi à intégrer le numérique dans l’éduction.
Pourtant les efforts financiers n’ont pas été ménagés depuis maintenant plus d’une décennie. Les « plans Campus Numériques » et autres programme de financement se sont succédés à un rythme soutenu. Les établissements, du primaire au supérieur, ont été équipés en solutions logicielles et matérielles : environnement numérique de travail, portail de ressources numériques (Université thématiques,…), équipement en Wi-Fi, plan de financement des ordinateurs portables des étudiants, tableaux blancs interactifs,…. Mais en fin de compte, il convient de faire le constat que, malgré ces équipements massifs, le système éducatif n’a pas su intégrer le numérique aux pratiques des enseignants. L’on dénombre toujours des expériences pédagogiques novatrices de la part de nos collègues mais il n’y a pas eu de massification des usages numériques en pédagogie.

Les financements d’équipements numériques connaissent en outre les contrecoups de la crise des finances publiques. Il y a aujourd’hui une baisse significative de l’effort budgétaire pour le numérique, et, la situation ne semble pas réellement devoir s’inverser dans les années à venir. Mais finalement cette « crise » du financement du numérique peut s’avérer salvatrice. Elle nous amène à nous remettre en cause, nous, acteurs du système éducatif. Ces nouvelles contraintes peuvent nous faire sortir de l’état de « Geek », qui n’est finalement qu’un consommateur forcené de produits High Tech, pour enfin nous centrer sur les usages pédagogiques de ces produits. Autrement dit nous ne collectionnerons plus tablettes, TBI, Smartphones comme des trophées mais nous commencerons peut-être (et enfin) à les utiliser à bon escient. Encore faut-il pour cela que nous œuvrions collectivement pour une remise en cause, voire une révolution, de nos pédagogies issues d’un temps où les élèves et étudiants ne possédaient qu’un crayon et un cahier.

Innovons dans nos pratiques pédagogiques !

Innover n’est pas inventer. Nous ne devons pas inventer de nouvelles méthodes pédagogiques simplement par ce que le monde est nouveau. Pour reprendre Edwin Herbert Land, l’inventeur du polaroïd, « Innover, ce n’est pas avoir une nouvelle idée mais arrêter d’avoir une vieille idée. » Mais « pour arrêter d’avoir de » vieilles idées, il est nécessaire de repenser notre rôle en tant que formateur, ne plus adopter la posture de l’unique média du savoir et de la connaissance. Il convient de contextualiser l’acte d’enseigner dans l’environnement numérique. Pour cela nous avons à notre portée des approches qui sont bien connus des spécialistes des sciences de l’éduction : pédagogie par projet, approche réflexive, et plus récemment le connectivisme développé par George Siemens et Stephen Downes (qui n’est au final que la mise en perspective de théories de l’apprentissage à l’heure du numérique) pour n’en citer que quelques unes.

Innovons pour rendre l’enseignement à nouveau efficient.

L’efficacité est le critère à l’aune duquel nous serons jugés par nos tutelles et nos usagers. Toutefois efficacité ne signifie pas productivité comme nous serions tentés de le croire en lisant les déclarations de nos responsables successifs et de tout bord. Faire du E-Learning ne doit pas revenir à remplacer des enseignants par des machines. Ce serait suicidaire, les machines ne sont pas intelligentes.

L’E-Learning est-il efficace ?

Les pionniers du numérique, dont je fais partie, le pense mais c’est bien souvent le fruit d’une approche empirique. Toutefois notre expérience, lorsque nous sommes confrontés aux apprenants dans un contexte d’usages numériques, ne constituera pas une preuve irréfutable de cette efficacité. Nous avons besoin d’outils, de méthodes et de référentiels pour mesurer « scientifiquement » cette efficacité. Ils nous manquent cruellement mais poser la question a le mérite d’amorcer la réflexion.affiche_petit

 

Cette question de la réussite et des usages numériques sera le thème central des prochaines Journées du E-Learning, à Lyon, les 27 et 28 juin prochains. Nous œuvrons depuis maintenant 8 ans à alimenter la réflexion et à changer les approches pédagogiques à l’heure du numérique avec une démarche volontairement pragmatique et prospective.

 

« Réussir en E-Learning » : www.journees-elearning.com

 

 

Be Sociable, Share!

Tags: , , ,

This entry was posted on vendredi, mai 3rd, 2013 at 11:17 and is filed under Non classé. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

5 Responses to “E-Learning : avons-nous réussi la révolution numérique de l’éducation ?”

  1. modiboboundy Says:

    bonjour,
    l’avenir de la formation en ligne se trouve en afrique.

  2. Alex Says:

    Bonjour,

    Je dirais plutôt qu’elle est en cours ! La France est un peu lente à s’y mettre, mais les nouveaux formats offrent de telles possibilités cognitives et pédagogiques que des foyers d’innovation comment à émerger. Un exemple que je connais bien : le Collège international de philosophie, qui s’est toujours voulue un pôle d’ouverture et de libre accès à la connaissance, vient de publier un livre numérique en téléchargement gratuit, « Intersections », destiné peu à peu à servir d’outil pédagogique d’initiation à la philosophie et aux sciences humaines dans les lycées et ailleurs : ponctué d’archives sonores et vidéo, arborant une frise chronologique 3D et intégrant un système de questions/réponses avec les auteurs, il transforme en expérience virtuelle ludique la rencontre de contenus intellectuels exigeants. On peut espérer que ce genre d’initiative soit destiné à se répandre jusqu’à enrichir (sans remplacer) nos modes d’enseignement actuels.

  3. Yann Bergheaud Says:

    Bonjour,

    Etant donné les enjeux de formation dans l’enseignement supérieur (démographie) je pense que vous avez raison.
    Cordialement

  4. Yann Bergheaud Says:

    Bonjour,

    Oui effectivement c’est en marche mais à très faible vitesse. Je suis d’accord qualitativement il existe des expérimentations très intéressantes dans tous les domaines. Il faudrait commencer à massifier les usages si nous voulons rattraper les pays innovants.
    Cordialement

  5. Direct Etudiant Says:

    Oui c’est important que ce soit un mouvement généralisé, que tout le monde se sente concerné et que tout le monde puisse comprendre les nouveaux enjeux de ce siècle !

Leave a Reply