Catégories
Henri Audier

Budget 2010 : erreur de la banque en votre défaveur

Somme toute, Xavier Darcos a eu une idée géniale quand il a exigé que l’école mette l’accent sur les acquis fondamentaux : lire, écrire, compter. Oui, les trois à la fois, et ce n’est pas de trop ! Car prenez l’exemple de Valérie Pécresse, il est incontestable qu’elle sait lire et écrire. Plus encore, elle sait parler, surtout quand il y a des micros ou des télés. Mais sait-elle vraiment compter ? On peut en douter.

Déjà pour l’opération la plus simple, l’addition, elle n’est pas encore au point. Et de loin ! Si vous considérez le budget de l’enseignement supérieur et de la recherche, chaque année elle se trompe de un ou deux milliards dans le calcul de l’augmentation. Cela fait tout de même une erreur importante sur un accroissement réel qui, au mieux, tourne autour de quelques petites centaines de millions (voir sur ce blog : Budget2010@Pécresse.com).

Pour la soustraction, c’est bien pire : là, elle est quasiment nulle. Au point que, de peur de se tromper, elle n’ose même pas en parler, ce qui pour elle doit être très, très dur. Tenez, en janvier dernier, 125 millions ont été supprimés du budget 2010 de l’enseignement supérieur et de la recherche … budget pourtant voté trois semaines plus tôt. Mais elle l’a joué modeste : pas de conférence de presse, pas de passage à la télé, pas même de rapport de l’Académie des sciences ou de professeur à Harvard sur ce sujet. Pourtant, cette première annulation ramène la croissance de son budget 2010 à 1,9 % seulement. Cela à supposer qu’il n’y ait ni inflation, ni nouvelles suppressions en cours ou en fin d’année (ces dernières sont devenues traditionnelles), ni annulation des nombreux crédits déjà « mis en réserve » à cette fin.

Bon, pour cette année, elle a une excuse : elle est en campagne électorale, campagne où la candidate régionale Valérie promet tout ce que n’a pas financé la ministre Pécresse, ce qui lui donne un très vaste champ de propositions à faire. Mais en décembre 2008 ? Elle n’avait pas cette excuse. Pourtant, 379 millions ont été annulés du budget 2008 dans le silence-radio le plus total. Une paille transformant le budget initial en légère progression en un budget final en récession. Et en décembre 2009 ? 150 millions ont été annulés du budget 2009 (ramenant sa « forte croissance » à seulement 0,9 %). Valérie Pécresse a souffert alors d’une nouvelle crise d’aphonitude.

Mais faut-il la critiquer pour cela ? Ne pourrait-on y voir au contraire une formidable innovation, dans un pays où l’on nous dit que l’innovation est trop faible ! En fait Valérie Pécresse s’est inspirée de la météo, où les spécialistes distinguent la température « exacte » et la température « ressentie ». Elle a astucieusement découplé le concept de « budget réel » vécu par les scientifiques et les étudiants, en croissance autour de zéro, du « budget ressenti » par la presse et l’opinion en progression de 1,8 milliard chaque année. Si bien que quand vous avez 50 000 précaires, grelottant dans le blizzard, le grand public les imagine dans un paradis douillet, sous les cocotiers ; ça, c’est de l’innovation !

Tout compte fait, Valérie Pécresse est donc une excellente ministre et il faut tout faire pour la garder à ce poste.

Gardarem lou Pécresse !

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *