Catégories
Pierre Dubois

Masters 2007. Combien de cadres ?

Suite des chroniques “Masters 2007 : chômage en hausse” et “PAP de la MIRES : cible d’insertion“. Les universités atteignent-elles la cible d’insertion définie par le PAP de la MIRES pour 2010 ? 86% de cadres et de professions intermédiaires chez leurs diplômés 2007 de masters ? Les résultats de l’enquête DGESIP et ceux de l’enquête CEREQ “Génération 2007″ n’étant pas encore publiés, on ne peut que se référer aux enquêtes des observatoires universitaires. J’ai retenu les mêmes que dans la chronique d’hier dédiée au taux de chômage.

Classer une profession déclarée par le répondant à l’enquête dans telle ou telle PCS de l’INSEE n’est pas chose aussi facile qu’il y paraît. Le classement est simple pour celles et ceux qui déclarent être fonctionnaires ou ingénieurs. Il est, par exemple, plus difficile pour la profession “formateur” : selon le contenu réel de sa profession, sa responsabilité et son salaire, le diplômé “Formateur” pourra être classé “cadre” ou “profession intermédiaire” ou même “employé” ! Les pratiques de classement des professions par les Observatoires peuvent, dans les faits, diverger.

Une différence de quelques points d’une université à l’autre pour le taux de cadres et professions intermédiaires (PI) ne peut être interprétée comme une différence de performance. Et donc : un problème pour le financement des universités selon la performance de l’insertion de leurs diplômés. Etre récompensé parce qu’on a dépassé 86% de cadres et de PI et être sanctionné parce qu’on n’atteint que 85% serait évidemment absurde ! Il est fort improbable qu’on en arrive rapidement à un financement selon la performance de l’insertion : chronique “Valérie, le couac“.

Dix universités : taux de cadres et de professions intermédiaires chez les diplômés de master 2007 ? La cible de performance est de 86%. Pour 3 universités, le taux ne peut être calculé. 4 universités dépassent la cible. 3 universités sont en-deçà. Le taux de cadres et de PI est-il le même pour les diplômés 2004 et 2007 ? Quel sera le taux pour les diplômés de la crise, ceux de 2008, 2009 et 2010 ? L’enquête de l’APEC sur le devenir des diplômés de 2009 (cliquer ici) indique que “la proportion de jeunes qui accèdent au statut de cadre ne baisse que d’un point par rapport à 2008 (63% vs 64%). Ce sont notamment les sortants de l’université qui sont le plus fortement touchés par ces baisses (52% seulement ont obtenu le statut de cadre)”.

Cergy Pontoise (enquête de l’Observatoire de la vie étudiante). 608 inscrits en 2007 en master professionnel et 208 en master recherche. Taux de cadres et de fonctionnaires de catégorie A, 18 mois après l’obtention du diplôme : 75% pour les masters professionnels et 61% pour les masters recherche. Taux de professions intermédiaires (agents de maîtrise ou fonctionnaires de catégorie B) : 12% pour les masters pros et 17% pour les masters recherche. L’université de Cergy Pontoise n’a pas atteint la cible de performance de 86%. Certes, elle la dépasse de peu pour les masters professionnels (75% + 12% = 87%) ; mais elle est assez loin en-dessous pour les masters recherche (61% + 17% = 78%).

Grenoble 1 Joseph Fourier (enquête de l’observatoire des formations et du suivi des étudiants). 914 diplômés de master professionnel. Globalement, l’université dépasse nettement la cible de performance attendue (86%) : 84% de cadres et ingénieurs et 12,4% de techniciens agents de maîtrise, soit un taux global supérieur à 96% (page 36). Cependant les taux varient fortement d’un master à l’autre. Plus de 90% de cadres et d’ingénieurs chez les masters de sciences, mais seulement 58% chez les masters de sciences du territoire (13% d’employés et d’ouvriers) et 40% chez les masters de sport, santé et société (20% d’employés et d’ouvriers).

Lille 1 Sciences et Technologies (enquêtes de l’OFIP). 997 diplômés de Master professionnel. L’université dépasse la cible de 86% : 71% de cadres et 21% de professions intermédiaires en 2010 chez les diplômés de 2007, soit un taux global de 92%. Ecarts importants de taux de cadres d’une discipline à l’autre : 94% de cadres pour les masters “Mathématiques, informatique, mécanique, électronique” mais seulement 66% en sciences humaines, 58% en biologie-géologie, 58% en physique-chimie. Le statut “Cadre” est plus fréquent chez les diplômés en emploi stable que chez les diplômés en contrats à durée déterminée.

Lille 3 Charles de Gaulle (enquête de l’OFIVE. 967 diplômés de master. L’université dépasse, elle aussi, la cible d’insertion avec un score de 90% (67% de cadres et 23% de professions intermédiaires) ; le taux de cadres a reculé de 4 points par rapport à la promotion des diplômés 2006. Le taux moyen de 90% est dépassé par les diplômés qui ont obtenu leur master en formation post-initiale (95% de cadres et professions intermédiaires). Les diplômés “Hommes” sont plus souvent cadres (72%) que les diplômées (66%). Mais le principal facteur de différenciation est le type de master obtenu : le taux de cadres et de PI voisine ou atteint 100% pour les masters de psychologie, de sciences de l’éducation et de la société, de lettres, de sciences du langage, de MIASHS. A l’opposé, le taux est inférieur à 70% pour les masters d’art contemporain et culture, de sciences historiques. 

Limoges (enquête du Carrefour des Etudiants). 483 diplômés. Comme l’université de Cergy Pontoise, l’université de Limoges n’a pas atteint la cible de performance : 51,6% de cadres parmi ses diplômés de master, 9,1% de professions intermédiares, soit un taux global de 60,7% très en-deçà de 86%. 39,3% de diplômés de master n’ont qu’un statut d’employé. Le taux de déclassement est encore plus fort pour les diplômés de master en droit, économie et gestion (50% d’employés). Ce taux faible reflète-t-il la réalité uo est-il un artefact de la classification des professions déclarées et ensuite codées ?

Lyon 3 Jean Moulin (enquêtes du SCUIO). Difficile de dire si l’université atteint la cible de performance tant les différences d’insertion sont importantes d’une filière à l’autre. 96% de cadres et de professions intermédiaires chez les diplômés de master de l’IAE : 68% de cadres et 28% de professions intermédiaires. Le taux est fort élevé. Il atteint même 100% pour les diplômés des masters en management des opérations, en ressources humaines et organisation, en système d’information… Mais le taux de cadres (68% en moyenne) est inférieur à 60% en entrepreneuriat et management des PME (54%), en pratiques manageriales (27%), en commerce extérieur (52%) (page 20 du rapport). A l’opposé, les titulaires d’un master de Langues ne sont que 30% à déclarer être cadres (et même 18% pour le master LEA Langues et gestion) et 42% à déclarer être professions intermédiaires ; 72% de cadres et de PI, un taux nettement inférieur à 86%.

Marne-la-Vallée (enquête de l’OFIPE). 858 diplômés de master. L’OFIPE ne publie plus que des taux de tableau de bord ! Taux de cadres chez les diplômés 2007 : 71%, taux à peu près stable par rapport aux années antérieures (taux pour les diplômés 2006 : cliquer ici). Taux de professions intermédiaires : non publié pour les diplômés 2007. L’UMLV atteint-elle la cible de performance ?

Saint-Etienne (enquête de l’Observatoire de la vié étudiante. 315 diplômés. L’université n’atteint pas la cible de performance :  74% de cadres et PI pour les diplômés de master employés hors fonction publique et 86% de fonctionnaires de catégories A et B pour la minorité de diplômés travaillant dans la fonction publique (page 9 du rapport). La cible d’insertion est cependant atteinte dans certains masters (hors masters aux effectifs très faibles) : Administration des entreprises et des organisations (option entrepreneuriat), Comptabilité, contrôle, audit.

Strasbourg (enquête de l’ORESIPE à 30 mois). 2.050 diplômés enquêtés. L’université dépasse globalement la cible de performance : 91% de cadres et de PI chez ses diplômés 2007 (71% de cadres et 20% de professions intermédiaires). Les écarts à la moyenne sont importants. 98% de cadres et PI en sciences économiques et de gestion, 96% en sciences fondamentales. A l’opposé, 21% d’ouvriers et d’employés en arts, lettres et langues, 20% en sciences humaines et sociales (page 4 du rapport).

Toulouse 1 Capitole (enquête de l’OVE à 30 mois ; ici). Aucune donnée en ligne.

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *