Catégories
Pierre Dubois

Président Jean-Emile Gombert

Jean-Emile Gombert, professeur en psychologie cognitive des apprentissages, a été élu président de l’université de Rennes 2, ce vendredi 10 décembre 2010 : communiqué de l’université. Il était le seul candidat (c’est hélas de plus en plus fréquent dans le cadre de la loi LRU). Il succèdera à Marc Gontard dont le mandat prendra fin le 12 janvier 2011. Le nouveau président est âgé de 60 ans ; il pourrait donc candidater à un second mandat dans 4 ans, les professeurs pouvant exercer leurs fonctions jusqu’à 68 ans ! On n’en est pas là ! Université de Rennes 2 (site): 17.000 étudiants en Langues, Sciences humaines, Sciences sociales, Activités physiques et sportives, Arts, lettres et communication.

La trajectoire professionnelle de Jean-Marc Gontard n’est pas classique, comme le révèle sa page personnelle. Il ne devient enseignant qu’assez tardivement. De 24 à 34 ans, il est en effet technicien au laboratoire de psychologie de l’université de Rouen. Mais il a certainement envie de devenir enseignant : dès 27 ans (en 1977) et pendant sept ans, il fait des vacations au département de psychologie et de mathématiques et à l’école normale de Rouen.

Cette expérience, certes ancienne, de technicien / enseignant est fort intéressante : en tant que président, il sera certainement amené à traiter deux questions difficiles : celle des vacataires enseignants et celle de la possibilité pour les BIATOSS qui en ont les compétences d’assurer des heures des cours ou de travaux dirigés.

Cumuler un emploi et faire des vacations d’enseignement n’a pas dû être totalement satisfaisant au bout de quelques année. Titulaire d’une thèse, Jean-Emile Gombert est recruté, à 35 ans en 1985, comme maître-assistant, puis maître de conférences de psychologie génétique à l’université de Bourgogne. Il est donc mobile et n’a pas fait l’objet d’un recrutement “localiste”. La carrière commence donc et elle est rapide : nommé professeur dans cette même université, cinq ans après en 1990 (il a alors 40 ans), il y exerce pendant 7 ans.

Né à Bernay dans l’Eure (Haute-Normandie), l’air du pays lui manque-t-il ? Toujours est-il qu’il demande sa mutation et l’obtient en 1997 (47 ans), non pas à Rouen mais à Rennes. Rouen, Dijon, Rennes : mobilité réussie. A Rennes, il est professeur de psychologie du développement cognitif. Ses “recherches concernent essentiellement le développement du langage et l’apprentissage de la lecture chez l’enfant tout-venant et dans des populations ”spéciales” (dyslexiques, faibles lecteurs, illettrés, sourds, trisomiques)”. 

Le CV liste un très grand nombre de publications : articles dans des revues à comité de lecture, ouvrages et directions d’ouvrages, chapitres d’ouvrages collectifs, articles dans des revues spécialisées et article de diffusion des connaissances… Jean-Marc Gombert applique la nomenclature de l’AERES. Je suis impressionné par une grande unité de la thématique depuis les débuts : en 1983, ne publie-t-il pas un article intitulé “Ordre d’énonciation et compréhension d’énoncés entre 3 et 6 ans” ? Cette continuité est toujours pour moi le signe d’une approche scientifique rigoureuse ; la psychologie cognitive n’est pas une science “molle” ; elle appartient au champ des sciences “dures”. 

Que fait un professeur de 47 ans quand il arrive dans une nouvelle université ? Il prend, tout naturellement, des responsabilités. Si la trajectoire professionnelle de Jean-Marc Gombert n’est pas classique à son début, la trajectoire de “responsabilités dites administratives” qui le conduit aujourd’hui à la présidence de l’université est, elle, dans la norme des présidentiables. Il est rare qu’un président le devienne sans avoir eu des responsabilités dans son université. La page personnelle les indique : 1er vice-président de l’université, vice-président en charge du conseil scientifique, directeur de la Maison des sciences de l’Homme en Bretagne (site), président de l’Institut Confucius de Bretagne (site).

Félicitations et mandat efficace, président Gombert ! Vous ne prenez pas la tête de votre université dans un contexte facile pour l’enseignement supérieur et la recherche en France. Dommage que le site de votre université n’ait pas mis en ligne votre programme pour la présidence : la fusion des deux universités de Rennes y figure-t-elle ?  Et si vous avez le temps, jetez donc un coup d’oeil à une chronique récente de mon blog : un cas de ”copiés-collés sans guillemets” repéré à Rennes 2.

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *