Catégories
Pierre Dubois

Copier / coller sans guillemets (3)

Troisième chronique “Copier / Coller sans guillemets” et 14ème chronique sur le plagiat (cliquer ici). Cette nouvelle chronique établit deux plagiats d’Ali Aït Abdelmalek. Mais d’abord : retour sur les chroniques précédentes.

La chronique du 2 décembre 2010 (cliquer ici) établit les preuves de 87 copiés-collés sans guillemets dans les pages 84 à 93 du livre d’Ali Aït Abdelmalek, “Edgar Morin, sociologue de la complexité“. L’auteur est professeur de sociologie à l’université de Rennes 2 et vice-président de la 19ème section du Conseil national des universités (CNU). Ces copiés-collés, qui constituent 80% des 10 pages mentionnées, sont issus du livre d’Edgar Morin, “L’identité humaine“. Le livre est un hommage à Edgar Morin qui, d’ailleurs, le préface. Un lecteur du blog, qui a repéré ces copiés-collés, me demande un avis : “est-ce un cas de plagiat ?

Ali Aït Abdelmalek répond “non (commentaire 8 de la chronique 1 : “Edgar Morin m’a demandé d’enlever les guillemets”). Le directeur de la collection, Philippe Labbé, répond également non (commentaire 3 de cette même chronique : “il n’est ni un tricheur, ni un menteur”). Et Edgar Morin, contacté immédiatement par l’auteur, qu’en pense-t-il ?

La réaction d’Edgar Morin se fait attendre. Je publie, le 6 décembreune 2ème chronique “Copier / coller sans guillemets” » (cliquer ici) : elle n’apporte pas de faits nouveaux, mais elle mentionne le site “Internet : fraude et déontologie selon les acteurs universitaires” qui a repris l’information et pose plusieurs questions : aux lecteurs d’y répondre.

Le 15 décembre, je publie un texte de Claude Dubar : “Sociologie. Pourquoi en sommes-nous arrivés là ?” (cliquer ici). Le 17 décembre, le groupe Google des sociologues de l’enseignement supérieur publie la réponse d’Edgar Morin, communiquée par Ali Aït Abdelmalek et datée du 6 décembre. Elle est citée par le directeur de collection sur son blog dans la chronique “Tempête dans un verre d’eau”: cliquer ici). Je demande à Edgar Morin de me confirmer être l’auteur de cette réponse. 

Dimanche 19 décembre à 18 heures, Edgar Morin m’envoie ce courriel : “cher collègue, j’ai effectivement envoyé un message à Ali Abdelmalek où je lui disais qu’il ne peut y avoir plagiat pour un auteur dont on fait l’éloge dans un livre, quand certaines citations sont dépourvues de guillemets. Le plagiat lèse le plagié, que le plagieur ignore et fait ignorer. Ali Abdelmalek fait un livre utile à mon oeuvre sociologique, qui vous le savez, est particulièrement ignorée chez les sociologues. Très cordialement à vous. Edgar Morin”.

Ali Aït Abdelmalek se défend d’être un plagiaire. Philippe Labbé, son directeur de collection, et Edgar Morin, préfacier du livre, affirment également qu’il ne l’est pas. Les trois sociologues sont donc d’accord: il n’y a pas plagiat. Je prends donc la responsabilité de publier ce soir deux plagiats d’Ali Aït Abdelmalek. J’emploie le terme ”plagiat” selon la définition même d’Edgar Morin : les copiés-collés sans guillemets sont des phrases d’auteurs qui ne sont pas mentionnées dans la bibliographie. “Le plagiat lèse le plagié, que le plagieur ignore et fait ignorer”

Plagiat 1 (mars 2008). “La profession : de la notion au concept sociologique” (cliquer ici). Le paragraphe 1 et le début du 2ème paragraphe de la page 2 sont des copiés-collés sans guillemets des 3ème et début de 4ème paragraphe de l’introduction d’un séminaire de Florent Champy, daté de février 2004 (cliquer ici). Ce chercheur de l’EHESS n’est pas mentionné dans la bibliographie. Ironie de l’histoire : Ali Aït Abdelmalke cite Claude Dubar, l’auteur du texte publié sur ce blog le 15 décembre.

Plagiat 2 (novembre 2009). Ali Aït Abdelmalek organise un colloque à Rennes 2 sur les croyances populaires, contes et légendes (cliquer ici). Les 4 premières lignes du 2ème paragraphe de présentation du colloque se retrouvent dans un ouvrage de Dieudonné Liely Kamatou, La musique au coeur de la société congolaise (L’Harmattan, 2010), dans le premier paragraphe complet de la page 68 (cliquer ici). L’auteur congolais, publiant en 2010, aurait-il plagié le professeur rennais ? Non, car la phrase est mise entre guillemets et renvoie à une note. L’auteur cité en note est-il le vice-président de la 19ème section du CNU ? Non, l’auteur congolais impute la citation à Raymond Boudon, Dictionnaire de sociologie, Larousse, 1999.

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *