Catégories
Pierre Dubois

Sécession contre l’Académie

1897. Un groupe d’artistes viennois, autour de Gustav Klimt, s’insurge contre le conservatisme et l’académisme de la Société des Artistes. Ils osent la ”Sécession” et font naître l’Art moderne (Source : “Notices de salles”, Fondation Beyeler). Ci-contre : Gustav Klimt, Judith II Salomé, 1909.

Jusqu’au 6 février 2011, exposition à la Fondation Beyeler (Rihen, Bâle) : “Vienne 1900. Klimt, Schiele et leur temps“. 55 photos du 16 janvier 2011 (dont des reproductions d’oeuvres exposées, tirées du Calendrier 2011 en vente à la Fondation) : cliquer ici.

Objectifs de la Sécession viennoise (cliquer ici). ”L’oeuvre d’art totale”, “L’utilité sociale de l’oeuvre”. Foin des frontières entre les arts patentés et les arts appliqués. Coopèrent les architectes, les peintres, les musiciens, les sculpteurs, les écrivains et tous les ”artisans” d’art (textiles, meubles, verreries, bijoux…). Oeuvres exposées à la Fondation : Gustav Klimt, Egon Schiele, Oskar Kokoschka, Richard Gerstl, Arnold Schönberg, Otto Wagner, Joseph Hoffmann… 

Les Sécessionnistes choisissent d’appeler leur revue “Ver Sacrum“, “Printemps sacré”. Ver Sacrum, “hommage à l’antiquité, référence à un rite consistant, chaque nouveau printemps, à pousser les jeunes hors de leurs cités afin qu’ils puissent eux-mêmes fonder la leur” (Wikipédia).

Pourquoi aucun président d’université ne s’est-il insurgé contre la politique des investissements d’avenir ? Pourquoi aucun président d’université de Lettres, Langues, Arts, Sciences humaines et sociales ne s’est-il révolté contre les initiatives d’excellence (IE) qui, par des regroupements de fait imposés, mettent à mal leurs disciplines (seule la Présidente de Montpellier Paul Valéry a osé, un moment, critiquer l’IE) ?

Les présidents de ces universités doivent porter la Sécession. Leurs universités doivent être au coeur de l’Université de demain. Elles doivent porter le projet d’Université “oeuvre totale”, d’Université “socialement utile”. Contre l’académisme institutionnel imposé par un gouvernement conservateur (l’idéologie libérale appartient à un monde dépassé), ces universités doivent porter, haut et fort, le projet d’une Université indépendante de tous les pouvoirs, respectueuse et fédératrice de toutes les disciplines. Et si les présidents de ces universités – et leurs collègues présidents appartenant aux mêmes disciplines – faisaient un premier geste : boycotter les voeux de Valérie Pécresse (chronique : “Valérie 2011. Voeux ou bêtisier ?“).

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *