Catégories
Claude Lelièvre

Vers des masters ”polyvalents”?

Le « plan sciences et technologies à l’Ecole » que vient de présenter Luc Chatel semble le confirmer si l’on tire toutes les conséquences de deux de ses préconisations.

On se souvient ( cf mon billet précédent ) que lors de ses vœux « au monde de la connaissance », Nicolas Sarkozy ( en improvisant ) avait oublié de parler de la mise en place envisagée de « masters en alternance » et de « masters polyvalents » ; oubli immédiatement réparé par son entourage et par le ministre de l’Education nationale lui-même.

Et il semble bien qu’il soit envisagé réellement d’aller dans cette direction, si l’on va jusqu’au bout de la logique de deux préconisations annoncées ( et ce n’est sans doute pas un hasard ) dans le « plan sciences et technologies à l’Ecole ».

En premier lieu, celle qui a trait à une modification sensible du concours de recrutement des professeurs des écoles. Après avoir souligné que les trois quarts des professeurs des écoles ont suivi un cursus universitaire en sciences humaines et sociales ( un choix qui ne risque guère de changer, pour l’essentiel, dans un avenir proche ), le ministre Luc Chatel a annoncé qu’il avait « décidé de remettre à plat le concours de recrutement des professeurs des écoles en instituant une nouvelle épreuve de mathématiques et de sciences ».
Et, sur le site du ministère, on peut lire depuis hier que « le concours de recrutement des professeurs des écoles comprend désormais une épreuve écrite de mathématiques et de sciences expérimentales et de technologie. Elle vise à s’assurer de la maîtrise des savoirs disciplinaires nécessaires à l’enseignement des mathématiques et des sciences  ainsi que de la capacité à raisonner logiquement dans les domaines numérique et géométrique et à communiquer dans un langage précis et rigoureux.
Lors des épreuves d’admission, le candidat doit désormais présenter une séquence d’enseignement en mathématiques. L’épreuve vise à évaluer les connaissances et compétences du candidat et son aptitude à les mobiliser pour concevoir et organiser une séquence d’enseignement. Dans l’exposé, le candidat présente les éléments constituant la séquence : objectifs, contenus, démarches, supports pédagogiques et procédure d’évaluation. L’entretien avec le jury porte sur l’exposé et sur la progression de l’enseignement des mathématiques à l’école primaire ».

Question subsidiaire : quel(s) master(s) pour être préparé à affronter ce nouveau concours des professeurs des écoles ?
Même question si l’on va jusqu’au bout de la logique d’une autre annonce majeure du « plan sciences et technologie à l’Ecole »,  à savoir celle qui préconise un « enseignement intégré des sciences et technologies pour les classes de 6° et 5° »  avec un seul « professeur référent » ( et non plus un pour les sciences de la vie et de la terre, un pour la physique, et un pour la technologie ).

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *