Catégories
Christine Vaufrey

Ort’eaugraff? Orthographe !

On entend dire souvent que la pratique, forcément excessive, des outils numériques (SMS, commentaires sur Facebook…) des jeunes leur fait perdre la tête, ou plutôt leur orthographe. Qu’il n’y a plus de respect de la langue, plus de rigueur, qu’ils parlent à tout le monde comme à leurs copains, à coups de lol, de PTDR et autres grave.

Effectivement, les échanges sur les forums et les réseaux sociaux sont rarement des modèles de rigueur orthographique. Je ne parle pas des SMS qui s’écrivent dans une novlangue plutôt inventive, à condition de savoir aussi écrire autre chose.

Mais les phrases écrites avec des mots courants, des tournures qui le sont tout autant, témoignent de réelles difficultés des scripteurs avec l’orthographe. Une amie, formatrice confirmée auprès de salariés connaissant des problèmes de français, me disait avoir vu écrire par quelqu’un lui présentant son poste : “Quand les plantes on soifent”. Phrase plutôt exemplaire des principales confusions orthographiques que l’on trouve chez ceux qui ont manqué le train de la grammaire étant petits.

Cette défaillance orthographique est-elle propre à la rédaction sur support numérique ? Certainement pas. Je ne compte plus le nombre de jeunes rencontrés, lycéens ou étudiants, qui hésitent devant un accord de verbe, une double consonne ou deux homonymes.

La mauvaise orthographe est sanctionnée au Bac, par le retrait d’un à deux points ôtés à la note réelle de la copie. On pourrait alors s’attendre, puisqu’il y a sanction, que soient aussi proposés aux élèves des dispositifs d’aide à l’amélioration. Ce n’est pas le cas. Les enseignants s’enferment dans un discours absurde : “je n’ai pas le temps. Ca ne relève pas de ma compétence. L’apprentissage de l’orthographe s’arrête à la troisième”. Ce à quoi nous pouvons rétorquer : “Certes, mais vous enlevez bien des points ? Vous sanctionnez quelque chose que vous ne contribuez pas à améliorer ? N’est-ce pas le seul exemple ?” “Euh oui, répond le prof, mais que voulez-vous, c’est comme ça. Votre fils / fille n’a qu’à mieux relire sa copie”.

Ah oui, bien sûr. Mon fils / ma fille ne relit pas sa copie. Et aucun des étudiants que je côtoie plusieurs fois par semaine ne le fait. Evidemment. Il y a une amnésie ou une paresse brutale et massive à ce moment de l’épreuve.

Non, évidemment. Car relire ne sert à rien, ou à si peu. Vous-même, n’avez-vous jamais laissé passer des fautes en vous relisant ? Personnellement, lorsque j’écris sur le web, je ne vois aucune de mes erreurs (que je préfère appeler coquilles, non mais, j’ai ma dignité d’habituée des 16 ou 18 sur 20 aux dictées du collège) si je relis mon texte dans son interface de saisie. Il me faut éditer, voir le texte en situation, sur la page web, pour déceler les erreurs. Il me faut prendre de la distance.

Les élèves et étudiants en situation d’examen n’ont aucune distance avec leurs écrits. Et pour cause, ils s’y investissent et veulent “dire” plutôt qu’écrire. Impossible pour eux de se détacher du texte original; ils sont emportés par le sens de leur écrit comme par le courant d’une rivière. Comment d’ailleurs pourraient-ils simultanément écrire 6, 8 ou 10 pages et vérifier leur orthographe, alors qu’ils n’en ont pas acquis les automatismes ? Mission impossible.

Et le problème persiste. Elèves, ils perdent deux points à chaque épreuve écrite; étudiants, ils doivent systématiquement faire relire leurs travaux, passer leurs devoirs saisis avec un traitement de texte au correcteur automatique (on remarque facilement ceux qui se fient au correcteur); travailleurs, ils n’osent envoyer un courriel à un client ou rédiger eux-mêmes un argumentaire ou un rapport.

Je ne trouve pas ça drôle. Je ne me moque pas des gens qui traînent des problèmes d’orthographe comme une mauvaise odeur. J’estime injuste qu’ils ne soient pas pris en charge au lycée, à peine à l’université et dans leur milieu de travail. Ces gens sont ce que vous voudrez, mais pas désinvoltes avec la langue. Ou alors, ils ont la désinvolture du cancre, qui fait rire pour masquer sa honte.

Comment aider les personnes qui ont des problèmes avec l’orthographe ? Que leur conseiller ? Avez-vous des idées ?

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *