Catégories
Bernard Desclaux

Depuis quand l’apprentissage fait-il partie du système éducatif ?

Michel ABHERVE vient de publier sur son blog un post intitulé Luc Chatel exclut l’apprentissage du système éducatif. Je ne comprends pas très bien d’où vient l’idée que l’apprentissage était une formation “initiale” et qu’à ce titre il faisait partie du système éducatif avant la déclaration de Luc Chatel à propos des décrocheurs.

Le contrat d’apprentissage est un contrat de travail. Il a toujours été un contrat de travail. Il oblige l’employeur notamment à organiser le temps de travail pour permettre à l’apprenti de suivre une formation, au bout de laquelle, celui-ci passera un examen lui permettant d’obtenir un diplôme professionnel. Et ce diplôme professionnel est reconnu nationalement car il est inscrit au Répertoire national des certifications professionnelles tenu par la Commission nationale de la certification professionnelle qui dépend du ministre de la Formation professionnelle.


Initial pourrait renvoyé au fait qu’il est réservé aux jeunes (16-26 ans). Mais une même personne peut signer plusieurs contrats successifs pour obtenir divers diplômes de niveaux successifs, puisque les formations possibles depuis une vingtaine d’année ont été ouverte à l’ensemble des formations professionnelles (du CAP au diplôme d’ingénieur). En ce sens, on ne peut pas dire qu’il s’agisse d’une formation initiale.


Le CAP, premier diplôme professionnel, a été créé pour sanctionner les premières formations professionnelles. Historiquement, il était réservé aux apprentis. Il ne faisait pas partie de l’éducation nationale. Pour une histoire plus précise, on se réfèrera au livre de Guy Brucy « Histoire des diplômes de l’enseignement technique et professionnel (1880-1965), L’État, l’École, les Entreprises et la certification des compétences », Belin, 1998. Voir également mon post « La suppression des CAP » .


Ajoutons enfin que, sur le plan des procédures d’orientation, l’apprentissage n’a jamais été une voie d’orientation, autrement dit, les conseils de classe n’ont jamais pu imposer l’apprentissage comme voie d’orientation. A la fin de la scolarité obligatoire (16 ans ou sortie de 3ème), un jeune, avec l’accord de sa famille peut signer un contrat d’apprentissage, mais les conseils de classe ne peuvent l’imposer. Et comme ancien directeurs de CIO, je peux dire heureusement ! Voir notamment mon post intitulé Apprentissage : le contexte historique français.


Il me semble donc normal que les apprentis ne soient pas comptabilisés dans les effectifs de l’éducation nationale.

Bernard Desclaux

Be Sociable, Share!