Catégories
Pierre Dubois

Campus, PIA : “je t’embrouille” (1)

Plan Campus (2008) et Programme d’Investissements d’avenir (PIA) (2010). Des premiers crédits ont-ils été déjà engagés, versés aux opérateurs et dépensés ? Question simple. Réponses embrouillées des personnalités auditées par la Mission d’évaluation et de contrôle de la Commission des finances, de l’économie générale et du contrôle budgétaire (4 et 11 mai 2011). Signalement par Michel Abhervé : blogs EducPros et Alternatives économiques.

Avant de résumer ou plutôt de tenter de résumer les faits et les raisons de l’embrouille (chronique à venir), il importe d’observer que les investissements d’avenir, qui ne sont pour l’instant que des projets sélectionnés ou présélectionnés, commencent à produire de sérieux dégâts et à être contestés, par des responsables d’établissements, par des enseignants et chercheurs de base, par de jeunes retraités. Plusieurs d’entre eux sont blogueurs. 

Deux responsables d’établissement. L’université Paul Valéry Montpellier III se retire du projet IDEX (Initiatives d’excellence) parce que les Arts, Lettres, Langues et Sciences sociales et humaines ensont exclues de fait. La fusion des 3 universités de Montpellier a du plomb dans l’aile. La présidente de Paul Valéry, Anne Fraïsse est de plus en plus mécontente et le dit ouvertement (chronique : “L’AERES et l’évaluation des licences“). 

C’est aussi Philippe Jamet, directeur de l’Ecole des mines de Saint-Etienne, qui tire la sonnette d’alarme dans une chronique d’une intelligence et d’une drôlerie remarquables : “l’abus d’excellence peut nuire à la santé“, tant chez les “gagnants” que chez les “perdants” des investissements d’avenir. ”Angoisse, aveuglement, délire monomaniaque, fatigue, stress, détérioration de la qualité de vie et du bien-être au travail des enseignants-chercheurs, férocité des prédateurs”… 

Des chercheurs de base attisent la révolte. A Paris Sud 11, le collectif Orsay en lutte s’insurge contre “les ravages de l’excellence gouvernementale” Il ne veut pas de l’IDEX Paris Saclay (chronique : “Jean-Marc Monteil : du CNAM à Saclay“). Il en critique la gouvernance non démocratique. Il en conteste les effets délétères sur les conditions de travail et sur les capacités de l’université à remplir ses missions. C’est aussi Rachel, jeune chercheur dans un labo qui semble avoir raté un EX. Sur son blog Gaïa Universitas, elle se demande avec causticité “comment traiter les traumatismes post-bidulex ?

Et même de jeunes retraités s’en mêlent. Depuis l’annonce des investissements d’avenir, Henri Audier, chimiste, directeur de recherche au CNRS émérite, et un des fondateurs de “Sauvons la recherche”, traque et dénonce sur son blog d’EducPros, les incohérences de la politique de recherche, les effets d’annonces, les manipulations et les mensonges budgétaires. Dans plusieurs chroniques récentes, il s’en prend au rôle démesuré que prend l’Agence nationale de la recherche (ANR), s’appuyant sur un rapport très critique de la Cour des comptes. 

Et puis, il y a le blogueur d’Histoires d’universités. 25 chroniques sur le Plan Campus et 32 sur le Grand Emprunt dont les chroniques du 20 janvier 2010  (”A la Saint-glinglin“), du 8 décembre 2010 (”IDEX : pire qu’une usine à gaz ! “), du 28 mars 2011 (”IDEX : gouvernance ingouvernable“).

Chronique à suivre. Interventions de Ronan Stephan (directeur général pour la recherche et l’innovation, MESR), de Patrick Hetzel (directeur de la DGESIP, MESR), de René Ricol, (commissaire général à l’investissement) devant la MEC (Mission d’évaluation et de contrôle)

Be Sociable, Share!