Catégories
Henri Audier

Pécresse candidate aux finances ou au budget ? Sa dernière bêtise qu’aucun média n’a relevée.

Dans son énième discours de propagande, cette fois à propos des brevets (9 juin 2011), Madame Pécresse commence par cette magnifique phrase : « Avec la question des brevets, nous touchons à un de ces paradoxes bien français : si notre pays est un grand pays de science, au 6ème rang mondial pour les publications scientifiques, ses performances en termes d’innovation restent modestes, en se classant 12ème pour le nombre de brevets déposés par habitants ».

Cela fait des années que j’explique que Madame Pécresse additionne les chapeaux et les choux-fleurs et compare des lapins et des souliers. Et elle persiste. Car dans cette phrase, où elle veut à toute force montrer qu’il faut plus investir dans l’innovation que dans la recherche publique, elle compare un nombre absolu (le nombre total de publications) à un nombre relatif (le nombre de brevets par habitant). Elle aurait pu inverser la phrase et dire quelque chose d’aussi absurde : « Avec la question des brevets, nous touchons à un de ces paradoxes bien français : si notre pays est un grand pays de science, au 12ème rang mondial pour les publications scientifiques par habitant, ses performances en termes d’innovation sont meilleures, en se classant 6ème pour le nombre de brevets déposés ».

Alors pourquoi elle et pourquoi à ce poste ? Dans leurs supputations, les médias parlent de « récompense » puisque, selon les sondages, l’université et la recherche seraient le seul point positif à retenir dans le bilan du quinquennat de Sarkozy. Et pourtant, comme le savent tous ceux qui analysent ces choses, il n’y a pas eu un sou de plus dans ces secteurs depuis 2007 : la présentation de chaque budget a méthodiquement été truandée. Bien que cela ait été archi-démontré par Terra Nova et, de longue date, sur ce blog, sur le site du SNCS-FSU ou celui de SLR etc., cela n’a pas ému plus que ça les journalistes en charge des rubriques scientifiques et universitaires, qui ont continué (à trois exceptions près) à reproduire en coupé-collé les mensonges des communiqués de la ministre.

Et pourtant aussi, jamais ministre n’avait mis une telle « chienlit » dans notre systèmed’ES-R : « l’empilement supplémentaire  des labels et des structures et la complexificationdes relations entre les acteurs » comme le dit joliment la Cour des comptes ; la démolition des organismes ; la désertification programmée des trois quart du territoire en matière de recherche ; une « autonomie des universités » dirigée du ministère pour tout ce qui est important ; une recherche privée qui ne s’est pas redressée malgré les milliards des aides de l’Etat aux grands groupes. Tel est le bilan.
Ce travail de com’ réussi, présentant comme un succès de Sarkozy ce qui n’est qu’un immense désastre pour l’avenir du pays, méritera-t-il une « récompense » ?

Bien sûr, Pécresse aux finances, ce n’est ni plus ni moins nul que Darcos, Chatel ou Guéant qui, si on en croit les vidéos tournées lors d’interviews, n’ont pas même le niveau CM2 en maths. Sarkozy nommera-t-il à un poste qui, en des temps normaux, devrait requérir quelque compétence, quelqu’un qui n’en a montré aucune ? Mais au fond, s’il s’agit d’assurer la mise en onde de la politique des conseillers de l’Elysée, pourquoi se prendre la tête ? Peut-être faut-il tout simplement rester dans de savants quotas ?
Auquel cas, n’importe qui fera l’affaire ! L’histoire dira …

Alors une dernière fois, pour le fun, cette vidéo qui après avoir fait le tour de France risque de faire le tour du monde, témoignant du fait qu’en mathématique, la France est au meilleur niveau international.

http://www.dailymotion.com/video/xhoagg_valerie-pecresse-n-a-pas-le-niveau-3eme-en-maths_news