Catégories
Henri Audier

Une adresse du SNCS-FSU : 4- « Changer de cap »

Que devra faire le nouveau gouvernement en 2012 ? Le SNCS-FSU a fait des propositions: on s’y référera pour des précisions sur les principes énoncés ci-dessous .

http://www.sncs.fr/IMG/pdf/CSN2011_Structure.pdf

http://www.sncs.fr/IMG/pdf/CSN2011_Carriere-2.pdf

Les principes

• L’avancée du front des connaissances demeure l’objectif premier de la recherche scientifique. L’élaboration de celle-ci doit se faire dans le cadre d’une véritable liberté académique et d’une évaluation exigeante. Elle implique une vraie débureaucratisation.

• Le choix des grandes orientations scientifiques du pays est du ressort de la représentation nationale et des scientifiques. Les organismes de recherche doivent retrouver les missions de structuration nationale et la SNRI doit être supprimée. Le rôle des instances scientifiques composées d’une majorité de pairs élus sera central dans la mise en œuvre et l’évaluation de ces décisions. Les agences technocratiques comme l’ANR, l’AERES devront être supprimées et la LRU remplacée par une autre loi, après un large débat.

• L’objectif doit être d’atteindre 3 % du PIB d’ici 8 ans et, pour ce, faire progresser de 0,1 % par an le ratio recherche/PIB. Cela signifie une croissance budgétaire de 5 % par an hors inflation et hors transferts de crédits nécessaires (ANR, CIR).

• Les aides à la recherche privée doivent être transparentes, évaluées et correspondre à un besoin du pays. Elles doivent favoriser des programmes de réindustrialisation, ainsi que les PME innovantes. Le Crédit Impôt Recherche doit être plafonné, profondément réformé et mis au service du développement de la recherche du pays.

• Le système d’Enseignement supérieur et de recherche doit être organisé autour des organismes et des établissements d’enseignement supérieur, dans une coopération conçue dans l’égalité (UMR).

• Des programmes transversaux et/ou pluridisciplinaires pourront se nouer sur la base du volontariat entre les organismes qui en assureront la coordination.

• L’enseignement supérieur et la recherche doivent fonctionner avec des emplois de titulaires de la fonction publique. Un plan pluriannuel de l’emploi scientifique devra être négocié sur la base de 5000 emplois annuels supplémentaires.

• Les salaires doivent être revalorisés de manière à ce que les embauches à Bac +9 se fassent à

hauteur de 2 SMIC et non pas 1,2 comme actuellement. Les carrières doivent être améliorées.

La méthode

Le débat concernant les grands choix devra être ouvert à tous les intéressés. En ce sens l’organisation d’« Assises » de la recherche par le gouvernement et les personnels, comme en 1982, est la meilleure voie. Au-delà, le rôle des organisations représentatives sur la mise en œuvre des propositions qui en sortiront, comme sur tous les grands dossiers, devra être rétabli.

Les mesures immédiates

Des mesures budgétaires et structurelles transitoires, indiquant l’orientation du gouvernement, devront être prises sans attendre ces Assises.

Un premier collectif budgétaire en juin 2012 pour :

• Transformer les crédits servant à payer les précaires (ANR, etc.) en emplois statutaires, dans le respect des instances de recrutement.

• Reverser les crédits ANR non encore engagés aux organismes et universités, avec une rallonge significative.

• Faire voter par l’Assemblée nationale, comme première étape, les limitations du CIR comme proposées sans succès par la commission ad hoc de l’Assemblée.

Des mesures structurelles transitoires :

• Mettre à plat le « Grand emprunt » et les Initiatives d’excellence, dissoudre les Fondations de coopération scientifiques liées à ces initiatives.

• Rendre l’évaluation des unités de recherche des organismes aux instances comme le Comité national et les CSS, ainsi que la loi le permet.

• Transformer les PRES en structures de coordination territoriales souples respectant la représentation démocratique avec une proportion significative d’élus directs.

• Supprimer les Alliances et donner aux organismes les coordinations thématiques respectant les Conseils scientifiques élus.

• Stopper la RGPP (Révision générale des politiques publiques) et les suppressions d’emplois.

Dans ce contexte déterminant, nous sommes à votre disposition pour vous donner des informations complémentaires, mais aussi pour entendre vos critiques et vos suggestions quant à ce qu’il conviendrait de faire.


.