Catégories
Henri Audier

Le budget 2012 de l’ES-R progresse fortement : de 0,008 % en euros COURANTS

L’annonce faite par le gouvernement et reprise par la presse d’une « croissance » du budget 2012 de l’ES-R (MIRES) est formellement exacte : + 1,63 % en Autorisation d’engagement(AE) et de 0,96 % en Crédits de paiement (CP), en euros COURANTS.

En fait, si on retire l’opération « blanche » – pour le budget global – du transfert progressif sur la MIRES du paiement des pensions, la « croissance » devient encore plus modeste : + 1 % en Autorisations d’engagement et + 0,008 % en Crédits de paiement.

Plus précisément, la partie enseignement supérieur (formations supérieures, Vie étudiante, enseignement agricole) progresse (hors retraite) de 1,87 % en AE et 1,48 % en CP, toujours en euros courants, principalement du fait du dixième mois de bourse.

La composante « recherche » de la MIRES régresse de 0,8 % en AE et de 1,40 % en CP, en euros courants.

Ce budget 2012 fait suite au budget 2011 qui était, pour la MIRES, en régression en euros courants. Au total, depuis l’annonce du Grand emprunt en 2010, la MIRES a chuté de près de 5 %, soit plus que ce que rapporteront annuellement les intérêts du « Grand emprunt ».

Du fait de ce nouveau budget, la MIRES est en 2012 (hors retraites et changements de périmètres), à un niveau inférieur à celui de 2007.

Rappelons qu’aucun emploi statutaire ne sera créé, ce qui est le cas depuis 2007, phénomène que la France n’a jamais connu.

Rappelons que la France est au quatorzième rang mondial pour l’effort de recherche, versus son PIB, et que son retard sur les pays de tête s’accentue.

Rappelons que nous sommes vingt-sixième (sur 32 classés) pour le budget civil de l’ES-R.

Rappelons que pour atteindre 3 % du PIB pour la recherche dans dix ans, il faudrait augmenter au minimum de 5% par an le budget de l’ES-R (hors inflation et croissance du PIB) pendant 10 ans.

Il est grand temps de les dégager.

Be Sociable, Share!