Catégories
Pierre Dubois

IDEX, IGAENR : réseaux territoriaux

Pôles de proximité et réseaux territoriaux d’enseignement supérieur. Le rapport de l’IGAENR (Inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche) de décembre 2011 doit être lu avec une très grande attention. C’est un rapport de qualité, comme je les aime ! Signé par quatre inspecteurs et une chargée de mission de l’IGAENR, il est issu d’une investigation en profondeur, menée par une vingtaine de membres de l’IGAENR, assise sur les statistiques disponibles et sur des enquêtes in situ dans 25 universités ou pôles de proximité (hors Ile-de-France).

Les statistiques : celles de l’Atlas régional des formations supérieures et des étudiants inscrits, atlas que j’ai utilisé pour dresser la carte des Instituts d’enseignement supérieur (IES) en Alsace. Les inspecteurs demandent plus de statistiques (des suivis de cohortes en particulier) dans un contexte où “la statistique publique est en péril” et où Laurent Wauquiez a “oublié” de publier l’édition 2011 de L’état de l’enseignement supérieur et de la recherche en France. Recommandation 1 : “développer, en ouvrant les bases de données du MESR aux chercheurs, des études et recherches sur des questions comme l’influence de la première inscription des étudiants sur leur parcours ultérieur, notamment sur le passage en master, et sur l’influence du lieu de premère affectation d’un enseignant-chercheur sur son parcours ultérieur”.

Le rapport de l’IGAENR vient à point nommé dans le contexte du colloque annuel de la CPU sur l’avenir des universités (chronique :  ”UniversitéEnjeux : colloque de la CPU“, Programme définitif), et de la publication des résultats de l’appel à projets sur les initiatives d’excellence. Huit IDEX : chronique “IDEX ou le n’importe nawak“. Les inspecteurs généraux dénoncent, dans un langage évidemment feutré, l’impasse des politiques gouvernementales engagées en 2006 (loi Goulard sur la recherche, créant les PRES en particulier) et poursuivies par les investissements d’avenir.

Ces politiques n’ont pas encadré, accompagné les bouleversements de l’enseignement supérieur qui se déroulaient dans l’ensemble des régions et non seulement dans les universités labellisées d’excellence : diversification, dissémination, coopération, rattachement (intéressantes les pistes proposées pour ce que devrait être un rattachement), entente, regroupement, mutualisation, contractualisation, fusion. Les Inspecteurs sont parvenus, avec un grand courage intellectuel, à classer leurs observations en proposant des groupes d’universités.

Le rapport de l’IGAENR demande une vision politique et stratégique d’ensemble, une rationalisation et une plus grande cohésion du système d’enseignement supérieur et de recherche, une régulation plus forte au niveau national mais surtout au niveau métroplitain, régional ou interrégional (offre et carte des formations, structuration de la recherche). La perspective est clairement annoncée : pour des réseaux territoriaux régulés. Elle est déclinée dans les 9 recommandations de la conclusion. Recommandation 8 : “envisager les modalités d’une discussion stratégique et de contrats de site, se substituant progressivement à une discussion au niveau de l’établissement pris isolément et mettre en oeuvre des expérimentations en ce sens”.

Le lecteur du blog serait étonné si j’approuvais pleinement la vision d’avenir dessinée par le rapport de l’IGAENR qui a le très grand mérite d’être mis sur la table pour ouvrir enfin un débat politique d’ensemble. Ma critique de fond, le lecteur le devine, est que le rapport ne va pas assez loin dans la structuration des réseaux territoriaux et de la régulation territoriale.

Il n’envisage qu’à la marge l’existence des classes supérieures des lycées (CPGE et STS). Il n’évoque pas une restructuration encore plus révolutionnaire : la création d’Instituts d’enseignement supérieur, au côté de et en association avec 15 à 20 universités de recherche (régionales ou interrégionales), IES dédiés au 1er cycle de l’enseignement supérieur, la Licence. 97 chroniques sur les IES dont celle synthétique : “Universités et IES en 20 propositions“. Débattre !

Be Sociable, Share!