Catégories
Universitas

L’université fait-elle une élection ?

Concordance des temps ? En 1981, Valéry Giscard d’Estaing parlait déjà de la France forte. Sur l’affiche, pas de mer mais un décor futuriste d’usines alors que la crise pétrolière commence ses ravages sur l’industrie française. Le président a choisi de miser sur l’enseignement supérieur avec une ministre de choc, souvent désignée par son seul prénom : “Alice”.

Madame Saunier-Seïté est surtout connue pour avoir fait raser les bâtiments de la turbulente université de Vincennes (Paris 8), transférée à Saint-Denis.

La secrétaire d’Etat puis ministre des Universités de 1976 à 1981 a connu un mandat aussi long que Valérie Pécresse.

Et comme elle, “Alice” a porté une réforme au nom de la professionnalisation des études du supérieur (expliquée ici dans une vidéo d’époque), qui a donné lieu au plus long mouvement étudiant depuis 1968.

En 1981, l’arrêté n’a pas été retiré mais il a laissé des traces. Le Mouvement des jeunes socialistes raille le président et sa ministre en couple de loubards. L’affiche en noir et blanc, pleine de badges colorés, porte ce slogan : “les vrais casseurs de l’université”…

> La semaine prochaine : les “think-tank” lèvent les derniers tabous

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *