Catégories
Pierre Dubois

Elections UHA. De Charybde en Scylla

Les personnels et les étudiants de l’université de Haute-Alsace (Mulhouse, Colmar) sont appelés à renouveler leurs Conseils centraux le mardi 22 mai 2012. Chroniques : “Réinventons notre université“, “La campagne électorale en Haute-Alsace“.

Dans ce dernier billet, j’écrivais : “la communication institutionnelle de l’université sur les élections est minimaliste : calendrier, documents, formulaires, composition des conseils. Pas de signalement des blogs des candidats et de leur équipe. Aucun moyen mis à disposition par l’université pour faire campagne, impossibilité de communiquer par courriel avec les personnels et les étudiants, un campus vide de toute information (pas d’affiche pour inciter les étudiants à voter), aucun article dans la presse locale pour l’information de tous les citoyens de la région. Comme si l’évènement était anodin ! Il ne l’est pas” . Depuis mardi dernier, la situation a encore empiré ! Des recours en contentieux sont d’ores et déjà prévisibles.

Un débat entre les leaders des différentes listes a eu lieu mercredi 16 mai. Le Journal L’Alsace en rend compte “Université dans l’attente du rattachement. L’UHA en plein contexte électoral“. Présents, les représentants des listes “Construire ensemble l’université“, “Réinventons notre université“. Demi-surprise, présence également de la liste “Ambition, force, et responsabilité“, conduite par Bernard Durand, vice-président sortant : c’est sa première apparition dans la campagne, à 5 jours des élections.

Il défend “le bilan de l’équipe sortante et la configuration la plus sourcilleuse de l’autonomie haut-rhinoise, tirant notamment argument de la spécificité des communautés scientifiques respectives des deux établissements”. Pas de blog de campagne, une profession de foi de cinq lignes. Présence également de la tête de liste Collège B, non candidate à la présidence Vigilance 2012 (profession de foi). Les professions de foi sont enfouies dans les fins fonds de l’intranet.

De Charybde en Scylla. L’absence de programme de la liste Durand et l’inégalité de traitement entre les candidatures (la profession de foi de “Réinventons notre université” n’est pas jointe aux autres) sont des motifs de contentieux.

Le journaliste de L’Alsace observe : de rares étudiants et représentants des personnels BIATSS (de bibliothèque, ingénieurs, administratifs, techniciens, de service et de santé) sont venus dire leur inquiétude de la manière dont ce cénacle d’enseignants passait un peu vite, à leur goût, sur l’impact que le rattachement aurait sur l’intégrité et les conditions de leurs emplois et leurs conditions d’études”. Deux jours avant le débat, la liste Vigilance 2012 ne voulait pas inviter les personnels BIATSS. Inégalités de traitement, motif de contentieux.

De Charybde en Scylla. Quatre des cinq listes étudiantes aux différents conseils, déposées le 16 mai par “Campus 68, Bouge ta fac !“, ont été invalidées par la commission électorale, sous “le motif que certaines déclarations de candidature comportant des signatures électroniques manuscrites [comprendre ici des signatures numérisées puis imprimées sur les documents officiels], ne sont pas recevables”. Le guide électoral n’a jamais été remis aux étudiants.

Avec raison, les associations fédérées dans Campus 68 sont furieuses et le font savoir par courriers internes et communiqués externes, montrant des compétences en communication bien meilleures que celles de l’université qui fonctionne dans le secret, l’absence de toute transparence. Communiqué de presse du 18 mai.

Lettre de Campus 68 (18 mai) au président de l’université, Alain Brillard. Face à ce manque de rigueur [non respect du décret électoral de 1985 par l’université elle-même], pourquoi nous oppose-t-on une telle discipline ? Comment la démocratie peut-elle être garantie dans ces conditions ? Si vous refusez de valider ces listes légitimes, vous aurez la responsabilité de l’absence d’étudiants impliqués pour les deux années à venir dans les principaux conseils de l’université”. Interpellé par les étudiants, Alain Brillard va-t-il revenir sur la décision de la commission électorale ? Probablement non !

De Charybde en Scylla. Le pire risque donc d’arriver mardi 22 mai 2012 : faible participation électorale, éparpillement des voix entre les 3 listes du collège A et les 3 ou 4 listes du collège B, recours en contentieux. Il se pourrait qu’aucune majorité ne se dégage dans les 2 collèges enseignants (répartition possible des sièges au CA : 4, 1, 1 et 1, 4, 1).

J’ai mal à l’UHA ! Un scénario à la lorraine ou à la bourguignonne est possible : des recours en contentieux et des élections à répétition ; pire encore, le CA élu pourrait ne pas parvenir à élire un président (il faut 11 voix). Une première en France dans les élections 2002. L’université de Haute-Alsace, la risée des autres universités ? Elle mérite mieux que les basses manœuvres électorales de l’équipe présidentielle sortante.

Un sursaut est encore possible : un dernier débat public aura lieu lundi 21 mai. Oui, l’université haut-rhinoise mérite un “rattachement fusionnel” avec l’université de Strasbourg. Celle-ci attend un signal clair. Ne pas le lui donner, c’est voter pour un déclin certain.