Catégories
Pierre Dubois

UHA. Construire le rattachement

Les personnels enseignants de l’université de Haute-Alsace ont, lors des élections aux conseils centraux qui ont eu lieu hier à Mulhouse et à Colmar, envoyé un message très clair à l’université de Strasbourg : “oui, nous voulons construire le rattachement de l’UHA à l’UdS”. Résultats des élections.

Je craignais le pire (”Elections UHA : de Charybde en Scylla“), et c’est peut-être le meilleur qui est arrivé : les deux listes qui ont clairement inscrit le “rattachement” dans leur programme l’ont largement emporté. La liste défendant le bilan de la présidence Brillard, conduite par un vice-président sortant, Bernard Durand, a été laminée.

Sauf surprise, Christine Gangloff-Ziegler devrait être élue présidente de l’université (chronique à suivre : Gangloff et Neunlist). Après les élections d’hier, elle dispose a priori d’un capital de 8 voix au CA ; pour être élue, elle devra obtenir 3 des 8 voix des élus BIATSS et étudiants au CA. Il n’est d’ailleurs pas impossible qu’elle soit la seule candidate à la présidence, comme dans les universités où la prime majoritaire a joué dans le même sens dans les deux collèges enseignants. 

Pierre-Alain Muller ne sera pas, comme je le souhaitais, président de l’UHA. Les listes qui soutenaient sa candidature, “Réinventons notre université”, ont fait un beau score dans les deux collèges enseignants (31% des suffrages exprimés) mais n’ont obtenu, effet de la prime majoritaire, que deux sièges au CA. Au “rattachement très fort”, au “rattachement fusionnel”, bref, à la fusion des deux universités à terme, les électeurs ont préféré le programme de “Construire ensemble l’avenir”.

Le programme. “Sur un plan régional, le rattachement à L’Université de Strasbourg est acquis. Il s’agit maintenant de lui donner du corps. Nous le construirons à partir d’une stratégie concertée en interne. Nous y associerons les collectivités territoriales, le monde socio économique et la société civile. La préparation du contenu de ce rattachement et la définition d’une politique commune supposent un travail important sur la durée. Voilà les points que nous devrons aborder avec vous : la stratégie régionale de la Recherche, la cohérence de l’offre de formation à tous les niveaux (L, M, D), l’harmonisation des outils de pilotage et de la politique des ressources humaines, le travail en commun des services supports des deux universités”.

Le rattachement de l’UHA à l’université de Strasbourg ne doit être qu’une étape vers la fusion des deux universités. En faire une fin en soi serait une erreur stratégique pour l’UHA. Dans le paysage institutionnel national et international, un rattachement est un objet non identifié qui peut disparaître aussitôt qu’il est apparu. Un rattachement peut être dissout. Une université qui a deux présidents, deux gouvernances, deux budgets autonomes, deux directeurs des services généraux, deux agents comptables, bref, une universités à deux têtes, ça n’existe pas.

Pierre-Alain Muller et son équipe ont eu raison de se battre pour le “rattachement fusionnel”. Avoir raison avant les autres, c’est une qualité, même si, dans l’immédiat, ce n’est pas facile d’encaisser un échec électoral !

Be Sociable, Share!