Catégories
Pierre Dubois

Louis Le Grand sans vergogne

Mais que font donc Geneviève Fioraso, Vincent Peillon, Jean-Paul Huchon ? Deux grands lycées publics de la Montagne Sainte-Geneviève à Paris, Henry IV et Louis Le Grand, se lancent dans des opérations en toute autonomie. La loi LRU a renforcé l’autonomie des universités : quelle loi accorde l’autonomie pédagogique et financière aux lycées publics ? Ceux-ci sont financés, hors masse salariale des fonctionnaires, par les régions : les initiatives des deux lycées figurent-elles dans le schéma régional de l’enseignement supérieur et de la recherche pour l’Ile-de-France ?

Le lycée Henri IV lance un premier cycle universitaire avec Paris Sciences et Lettres (chronique : “ENS Ulm, Henri IV, têtes à claques“). Le lycée Louis le Grand annonce la création d’une Fondation pour recueillir des fonds privés (article du Monde du 10 juin 2012). De qui les proviseurs de ces lycées prestigieux se moquent-ils ? On ne peut les laisser agir en toute impunité. On ne peut admettre qu’ils entraînent leurs lycées dans une dérive libérale portée par l’excellence, les rentes de situation inégalitaires, le chacun pour soi et la concurrence pour tous, la complaisance de journalistes : “je crée les diplômes que je veux ; je recherche des fonds privés comme je l’entends”… Et ce pour pouvoir attribuer davantage de bourses aux plus méritants : stratégie honteuse de communication dévoyée ! Démagogie !

Les deux ministres et le président du Conseil régional doivent faire rentrer dans le rang les proviseurs de ces deux lycées. L’Éducation Nationale n’a pas besoin de gens qui agissent sans vergogne. Samuel Bliman, devenu le principal contributeur de ce blog, s’indigne lui aussi dans un texte qu’il m’a envoyé ce matin : “Quelques évolutions, hélas, prévisibles“.