Catégories
Jean-Luc Vayssière

Egalité Hommes/Femmes : l’UVSQ doit progresser !

L’UVSQ est reconnue depuis plusieurs années pour son engagement et son expertise concernant le développement durable. Poursuivant cette dynamique, l’université doit continuer à évoluer sur la responsabilité sociétale dans son ensemble, intégrant les préoccupations environnementales, mais aussi sociales, culturelles, citoyennes et économiques.

Plusieurs actions ont déjà été réalisées sur le territoire universitaire. Novembre est le mois de l’économie sociale et solidaire à Saint-Quentin-en-Yvelines. Le 28 novembre, j’aurai d’ailleurs le plaisir d’accueillir Benoit Hamon, ministre délégué à l’économie sociale et solidaire dans le village des acteurs du territoire installé à l’université (bâtiment d’Alembert). En septembre dernier, j’ai décidé d’étendre les missions de la direction du développement durable au champ social, culturel et citoyen.

Sans m’attarder aujourd’hui sur ce large spectre, je voudrais m’engager sur l’une des thématiques qui doit progresser. Il s’agit de la problématique de l’égalité femmes/hommes, qui, à mon sens, demande un traitement particulier.

La Conférence des présidents d’université s’est récemment dotée d’une charte sur la question de l’égalité Homme/Femme. Je souhaite que l’UVSQ se penche sérieusement sur cette thématique dans son contrat quinquennal 2014-2019. Au delà de la politique générale de l’établissement en la matière, et de la sensibilisation sur les questions d’égalité, j’ai personnellement à coeur que l’on veille au respect mutuel et la lutte contre les stéréotypes et les discriminations.

Concernant les membres du personnel, je souhaite que l’UVSQ favorise la représentation proportionnelle des femmes et des hommes dans toutes les instances, à tous les niveaux, pour toutes les catégories et, autant que faire se peut, tende vers la parité. Je mesure au quotidien dans l’équipe présidentielle (essentiellement masculine) qui travaille à mes côtés, combien l’objectif est encore loin. Mais sans aller jusqu’à se fixer une parité stricte, l’important est de progresser. Pour cela de nombreuses actions peuvent être envisagées. Il nous faudra probablement intensifier l’information auprès des personnels, et des directions de composantes et services, sur les droits et devoirs de chacun en matière de congés de maternité ou de paternité, de congé parental, des droits du travail à temps partiel. Mais également veiller à ne pas pénaliser la carrière des personnels en raison de maternité (et autres situations : famille monoparentale, enfants handicapés,…) et notamment prendre en compte les « conséquences » de la maternité pour le déroulement des carrières. 

Pour les étudiants, ce volet pourrait en particulier concerner la promotion de mesures d’encouragement pour que l’ensemble des filières aient une composition étudiante équilibrée entre les deux sexes ; la diffusion aux étudiants d’informations sur les droits des victimes de violences et harcèlement et l’aide que ces dernières peuvent recevoir. Ce point concerne d’ailleurs également le personnel.

Des actions ayant trait à la politique d’attractivité de l’université peuvent également être envisagés. Je pense par exemple à la valorisation des filières scientifiques et technologiques auprès des lycéennes et de leur famille.

Plus qu’à une révolution des idées reçues, je crois aux actions quotidiennes. C’est pourquoi, j’ai décidé de nommer une chargée de mission Egalité hommes/femmes dès aujourd’hui. Sa mission sera d’explorer ces pistes et de proposer des modalités pratiques de mise en œuvre d’engagements (axes, actions, calendrier, budget) dans le cadre du contrat quinquennal 2014-2019 de l’établissement.

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *