Pour rapprocher Enseignement Supérieur et Entreprise : Changeons de modèle

 

Ces vingt dernières années ont vu une modification importante du modèle des institutions d’enseignement supérieur scientifique, technique ou managérial. D’un modèle local, un peu artisanal et bon enfant, à référentiel français, on est progressivement passé à un modèle international.

Celui-ci se caractérise par une professionnalisation accrue des personnels et des moyens, un renforcement de la recherche, un souci de positionnement et de classement international sanctifié par les accréditations, une évolution considérable des nouvelles technologiques et de leurs applications  dans l’enseignement. On est passé d’un mode bureaucratique à un mode entrepreneurial international qui appelle de nouvelles modalités de financement et de management.

Entretemps, les tutelles n’ont pas modifié leur grille de lecture, car elles sont restées nationales et bureaucratiques. Et souvent les personnels de ces institutions ont peu évolué car attachés à la défense de leur statut, et à leurs avantages catégoriels. La dimension sacrée de l’Education nationale générant par ailleurs des mobilisations massives grâce à un fort taux de syndicalisation.

Dure tâche pour un Président d’Université ou un Directeur de Grande Ecole qui rencontre ses collègues internationaux et qui constate qu’il doit concourir avec de lourds handicaps. Peu de moyens financiers, institutions parfois modestes au regard des collègues étrangers, personnels peu adaptables, ne parlant pas l’anglais, connaissant mal les entreprise et leurs besoins, quand il ne s’agit pas de les rejeter…

Les profils de dirigeant font désormais référence à des compétences différentes et bien plus exigeantes. Ce sont des profils certes légitimes sur le plan académique, mais également connaissant les entreprises et leurs dirigeants, connaissant le monde international, ayant un réseau de collègues étrangers, capables de lever des fonds auprès des anciens élèves ou des grandes firmes, innovant sur le plan des programmes ou des activités de recherche, bon gestionnaire et financier,  capable de manager une faculté de plus en plus internationale, mobilisant ses équipes pour les accréditations ou les processus de qualité bref un véritable « entrepreneur in academia » .

Un profil qui ne viendrait que de l’entreprise, ne serait pas plus qualifié qu’un profil ne venant que du côté académique. Cette difficulté explique que les institutions font de plus en plus appel à des professionnels du recrutement (les fameux chasseurs de tête) pour trouver le candidat idoine.

Et même lorsqu’ils l’ont déniché, ou s’il a été élu par ses pairs, si le candidat doit poursuivre sa qualification il n’existe pas d’endroit à proprement parler pour le faire. A l’exception de certaines associations internationales (ex : EFMD qui ont des programmes de type « New Dean seminar » où des Dirigeants expérimentés acceptent de partager avec les nouveaux entrants leurs bonnes pratiques.

La pression à la performance augmente. Le taux de rotation des Directeur aussi. Il est temps de mettre en place des dispositifs pour faire évoluer, les tutelles, les personnels, les statuts, et les pratiques managériales et notamment la gouvernance de ces institutions.

Les Ecoles de Management réfléchissent à de nouvelles dispositions statutaires pour mieux servir leur mission. Le statut de service consulaire est de moins en moins adapté, et les CCI n’ont pas toujours vu l’évolution de cette profession. Mais les institutions publiques ont un travail similaire à faire qui à terme devrait permettre au public et au privé de mieux travailler ensemble hors de tout dogmatisme de pensée et de toute bureaucratie. L’enseignement supérieur est devenu une activité internationale globalisée, comme toute entreprise de haute technologie. Mêmes exigences, mêmes moyens, mêmes types de dirigeants. Rester sur les  lectures et modalités du passé ne peut engendrer que des catastrophes.

Courage changeons.

 

 

Be Sociable, Share!

Leave a Comment

Filed under Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.