Le blog de Claude Lelievre

L’avenir du latin et du grec ( et de leurs professeurs ) en danger?

Plusieurs associations ont envoyé au ministre de l’Education nationale un texte mettant en cause la réforme de la seconde et le non respect des textes officiels  ( dans le contexte des diminutions de dotations horaires )  préjudiciables aux offres ( et aux choix ) d’enseignement du latin et du grec.

« À la rentrée 2010, plus de 500 000 élèves, soit plus d’un sur cinq, étudient le latin et/ou le grec dans les établissements secondaires, malgré toutes les embûches qui se dressent sur leur chemin. Ils pourraient être beaucoup plus nombreux, la demande familiale et sociale ne diminuant pas. Mais au nom de contraintes budgétaires masquées derrière l’autonomie des chefs d’établissement, l’institution n’ouvre pas au collège, dès la 5ème, le nombre de groupes suffisants pour accueillir tous les volontaires : concurrence d’options présentées comme incompatibles au mépris des textes officiels, ou difficultés administratives attribuées commodément à l’informatique, sont monnaie courante. Des horaires dissuasifs et aberrants achèvent de décourager les plus persévérants.
Aujourd’hui, la mise en place de la réforme du lycée à la rentrée 2010, par sa complexité et son opacité, cause encore une évaporation subreptice d’élèves qui souhaitaient suivre ces enseignements, et la rage d’économies qui préside à la préparation de la rentrée 2011 fait des ravages : tous les prétextes, variant d’une académie à l’autre, sont invoqués pour supprimer des sections.

Déjà, et selon les chiffres du ministère lui-même, les lycées ont enregistré une baisse de 3 000 élèves latinistes et hellénistes entre les rentrées 2009 et 2010, alors qu’une augmentation de 8 000 élèves avait été constatée entre 2005 et 2009. Ce tarissement artificiel, provoqué par la réforme, sert maintenant d’argument spécieux pour de nouvelles fermetures.
Or, l’importance fondamentale du latin et du grec pour la maîtrise de la langue française, l’acquisition des langues qui en découlent, la formation du sens historique et l’acquisition d’une culture humaniste et commune, toutes quatre inséparables de l’étude précise de ces langues de culture, est largement reconnue. Connaissant la valeur et la diversité des compétences mises en oeuvre dans un exercice de version latine ou grecque, même les plus grandes Écoles de commerce et de management proposent une option de langue ancienne à l’écrit et/ou à l’oral.

Nous appelons donc le Ministère de l’Éducation Nationale à prendre tout d’abord des mesures pour préserver la rentrée de 2011 :
donner aux établissements, par des compléments de dotations horaires, les moyens de maintenir ou d’ouvrir des sections de latin et de grec ;
faire respecter, au collège et au lycée, les textes officiels qui fixent l’enseignement et les horaires du grec et du latin et en font des disciplines à part entière sanctionnées par des épreuves à l’écrit et à l’oral au baccalauréat ;
ne pas laisser supplanter l’enseignement de ces langues de culture, qui ne peuvent s’apprendre en dehors de l’école, par des « dispositifs » locaux qui ne font pas partie des textes officiels et nationaux fixant les contenus d’enseignement dans le premier et le second cycle.
Dans un second temps, nous appelons le Ministère à reconsidérer la réforme de la classe de seconde qui, en  son état actuel, provoque une grave érosion des effectifs de latinistes et d’hellénistes et fragilise en même temps toutes les filières de l’enseignement supérieur où figurent les langues anciennes.

La qualité de la formation des élèves et l’égalité des chances sont tributaires de la volonté politique. Les associations soussignées demandent que le droit de tous les élèves, et notamment de ceux qui n’ont que l’école pour réussir, à une formation linguistique, culturelle et humaniste exigeante et féconde passant par l’apprentissage des langues de base que sont le latin et le grec, soit respecté et promu ».

A.P.F.L.A.-C.P.L. (Association des Professeurs de Français et de Langues Anciennes de Classes Préparatoires
Littéraires)
A.P.L. (Association des Professeurs de Lettres)
A.P.L.A.E.S. (Association des Professeurs de Langues Anciennes de l’Enseignement Supérieur)
C.N.A.R.E.L.A. (Coordination Nationale des Associations Régionales des Enseignants de Langues Anciennes)
SAUVER LES LETTRES
S.E.L. (Sauvegarde des Enseignements Littéraires)
Contact-presse : Sylvie Pédroaréna, présidente de la CNARELA, sylvie.pedroarena@orange.fr, 06 33 02 69 74

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.