Le blog de Claude Lelievre

La question scolaire au premier plan des présidentielles?

C’est en tout cas ce qui semble se dessiner si l’on en juge par un sondage récent et par les déclarations faites à droite (  qui mettent par ailleurs nettement davantage l’accent sur les enseignements scolaires que sur le supérieur ), et qui apparaissent comme autant de ‘’ballons d’essai’’ pour les élections à venir du printemps 2012

Il y a une dizaine de jours, Jean-Louis Borloo ( qui ne s’était pourtant jusque là nullement investi dans ce domaine ) a annoncé que « l’éducation sera le sujet majeur » de ses thématiques de campagne. On peut penser qu’il venait de prendre connaissance des  résultats 2011 du Baromètre des services publics  ( sondage BVA pour France Info et les Echos ) rendus publics cinq jours auparavant : ils mettent pour la première fois l’éducation au rang des premières priorités des Européens, et tout particulièrement des Français.
Pour 60% des Français interrogés, l’éducation vient désormais en tête de leurs attentes prioritaires en matière d’action publique. En hausse de près de 20% par rapport à la précédente vague d’enquête ( datant de 2010 ), alors que jusqu’ici la priorité des Français était l’emploi et la lutte contre le chômage ( en deuxième position cette année ).

Par ailleurs, on peut noter que la première convention de l’UMP en vue des futures élections présidentielles et législatives a été consacrée aux questions scolaires. Et les multiples déclarations qui ont eu lieu ces derniers temps vont pour l’essentiel dans le même sens, en ne craignant pas de forcer le ton et de manier l’hyperbole.
Le 11 juin , le chef de l’Etat n’a pas hésité à dire que la ‘’personnalisation’’ de l’éducation est la « troisième révolution », après celle de Jules Ferry et celle de la ‘’massification’’. Et Nicolas Sarkozy a annoncé que, pour cela, l’un des « grands chantiers du futur » ( sur lequel il « reviendra dans les mois à venir » ) portera sur le statut des enseignants ( dont le « rôle ne se limite pas à la classe » ) conjoint au « développement du rôle de l’établissement ».
On aurait tort de penser que c’est là simple improvisation de circonstances. Dans « Le Monde » du 28 août  2010,  le ministre de l’Education nationale Luc Chatel avait déjà affirmé que  « l’école doit aujourd’hui relever trois défis. Le défi de la personnalisation […]. Deuxième défi : l’autonomie ( de l’établissement) […]. Troisième défi : celui des ressources humaines […]. Tous ces défis reposent sur un changement dans notre manière d’appréhender la question scolaire. Sans bruit, une véritable révolution s’opère sous nos yeux. Une révolution copernicienne : nous sortons d’une approche quantitative du ‘’toujours plus’’ pour aller vers le ‘’toujours mieux’’. Une révolution silencieuse : l’école a moins besoin de grands soirs que de petits matins quotidiens ».

Alors, sire, une évolution ou une révolution ? A suivre. Et l’on peut d’autant plus compter sur moi pour suivre de très près cette question ( scolaire ) que je suis désormais ( en tant que membre de « la société civile » car je n’appartiens à aucune organisation ) en ‘’tandem’’ avec Bruno Julliard ( secrétaire national à l’éducation au PS ) chargé du domaine « éducation » dans l’équipe de campagne de Martine Aubry.

Commentaires (5)

  1. Emmanuel Davidenkofff

    J’observe, cher Claude, le même empressement des politiques à me convaincre que l’éducation sera au coeur de la campagne. Sans parvenir à y croire, ou pour être exact sans parvenir à croire que le sujet survivra au début de la campagne, quand il faudra trouver des sujets clivants – vous savez mieux que moi qu’en la matière, les clivages sont internes aux partis. Notez, j’espère me tromper ! Amitiés. Emmanuel

  2. claudelelievre (Auteur de l'article)

    J’espère aussi que vous vous trompez, cher Emmanuel… Mais enfin, on verra bien. Amitiés.

  3. cliveland

    Par exemple,

    – le temps de présence des enseignants dans l’établissement (oups, nouveau pacte entre les enseignants et la nation)

    – concrètement, l’autonomie des établissements scolaires…

    – qui garde les enfants entre 15h et 17h et qui paie ?

    Il y avait déjà beaucoup d’élements dans un petit livre E.Davidenkoff/V.Peillon/X.Darcos publié il y a déjà 2 ans, les explosifs n’ont guère été déballés et débattus depuis sur la place publique.

    Ajoutons, pour le plaisir, dans le post-bac, l’augmentation forte des frais de scolarité universitaires…

    … on pourrait continuer….

  4. Chris

    5 tables rondes à La Rochelle « réservées » aux candidats

    PAS UNE SEULE consacrée à l’Education…

    Il faut reconnaître que S Royal a, elle, beaucoup travaillé sur le sujet:

    http://www.desirsdavenir.org/upp/universites-populaires-et-participatives/1786-universiteeducation.html

    Et à ce point là, c’est la seule. Sans parti pris aucun.

    Amitiés

  5. valentini

    Court-jus

    Les urgences de la vie ne m’ont pas laissé le temps de rien apprendre.
    Que puis-je espérer de cette moderne infamie?

    Réjouis-toi, simple homme!
    Joue du clairon jusqu’en Abyssinie,
    que l’Afrique trouve le bon guidon
    du cycle qui mène à l’Arc-de-triomphe!
    Bois du coca, matin, midi, soir!
    Prends un air sauvage!
    L’Amérique est derrière toi.
    Et, avec elle, Tarzan, Chita,
    et le psy-show-log de Santa-Barbara.
    Tout ton nécessaire est dans tes bourses.
    Ne cherche pas plus loin, la clé de la réussite.
    C’est assez pour asseoir ton autorité sur l’instituteur.
    Ce n’est pas l’école, non,
    qui te montrera comment devenir une star!
    Aurais-tu oublié que tu es de la graine d’étoile?
    Et si tu veux grandir encore plus vite,
    mêle ton sperme à un mannequin,
    toute la Chine alors se prosternera devant toi.

    Heureusement un ange-gardien veille au grain et sur moi.
    Et pour faire des nouilles, y a pas mieux, c’est le meilleur!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.