Le blog de Claude Lelievre

Les agrégés en mouvement vers le lycée et le supérieur?

A défaut de le constater dans la réalité, c’est en tout cas ce que préconise la « Société des agrégés » qui a publié le 20 janvier son « rapport sur l’affectation des agrégés » où elle déplore «  l’injustice subie par les agrégés lors du mouvement : tandis que le texte réglementaire dispose que l’affectation en collège des agrégés reste exceptionnelle, ce sont près de 25% de titulaires et 33% des stagiaires qui sont affectés au collège sans l’avoir expressément demandé, voire sans avoir su qu’une telle affectation était possible ».

Au printemps dernier, la Société des agrégés a posé 25 questions aux candidats à l’élection présidentielle. Et parmi celles-ci, on pouvait déjà remarquer tout particulièrement la question 16 qui marque la volonté très déterminée de la Société des agrégés de ‘’faire mouvement’’ vers le ‘’haut’’ ( le supérieur) en quittant la place du ‘’bas’’ ( le collège ) :

« Vous engagez-vous à permettre l’affectation des professeurs agrégés sur des postes correspondant à leur qualification, à leurs compétences et à leur statut ( c’est à dire, conformément aux textes en vigueur, dernières années du lycée et classes post-baccalauréat ) et à mettre fin au gâchis que l’on observe actuellement, faute de telles affectations systématiques ? » . « De même, vous engagez-vous à ce que les postes des professeurs du secondaire affectés à titre définitif aux professeurs dans le supérieur ( postes dits de « Prag » ) soient réservés aux professeurs agrégés par concours dans toutes les matières où il existe une agrégation ? »

 Certaines des réponses des candidats aux présidentielles (mises comme il était prévu sur le site de la Société des agrégés ») méritent d’être citées (et d’être rappelées ?)

François Bayrou (Modem) : « Depuis sa création l’agrégation [..] est aussi une façon de préparer les élèves du secondaire aux exigences de l’enseignement supérieur. Cela qualifie naturellement les agrégés pour occuper en priorité des postes au lycée, en classes préparatoires et dans le supérieur »

 François Hollande (PS) : « Nous voudrions avoir une véritable réflexion sur les agrégés, avec les agrégés. Il existe de vraies questions : quels enseignements faire dispenser aux agrégés ? Comment leur permettre de servir l’Etat le mieux possible en fonction de leurs capacités ? »

Eva Joly (EELV) : « L’excellence du niveau des professeurs agrégés impose de les reconnaître en tant que tels : ils doivent réellement jouer un rôle spécifique dans le système éducatif. Au-delà de l’affectation de certains d’entre eux dans les premiers cycles universitaires, qui paraît être logique et doit être encouragée, leur fonction dans le secondaire doit être précisée »

Marine Le Pen (Front national) : « Les professeurs agrégés doivent être affectés sur des postes correspondant à leurs qualifications, à leurs compétences, à leur statut. Dans le secondaire, ils doivent en priorité enseigner dans les lycées. Dans le supérieur, des postes doivent être réservés à titre définitif aux professeurs agrégés par concours dans toutes les matières où il existe une agrégation »

Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche) : « L’agrégation, telle qu’elle est conçue aujourd’hui, est utilisée pour couvrir l’ensemble du système scolaire français de la sixième à l’université, et bien souvent les conditions de déroulement des carrières ne correspondent pas aux attentes des lauréats du concours. Cela engendre malaise et frustration […]. Il convient de clarifier et de remettre à plat, afin de réassurer la pertinence de ce concours, et garantir que l’affectation dans le secondaire ne soit pas vécue par certains comme un dernier recours, une affectation par défaut »

Nicolas Sarkozy (UMP) : « Oui, oui, et oui. Il est impératif d’affecter prioritairement, je dirais même exclusivement, les professeurs agrégés sur les deux dernières années du lycée et le début des études supérieures. Les agrégés ont un rôle primordial à jouer pendant les années charnières, au cours desquelles les élèves doivent progressivement gagner en autonomie pour réussir leur passage dans le supérieur. Oui, je m’engage à faire appliquer strictement les textes existants et à mettre en œuvre des mesures assurant une affectation prioritaire des agrégés en lycée. Oui, je m’engage à ce que les postes de professeurs du secondaire affectés à titre définitif dans le supérieur (postes dits de  »Pr.Ag ») soient réservés aux professeurs agrégés par concours dans toutes les matières où il existe une agrégation ».

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.