Warning: Creating default object from empty value in /home/customer/www/blog.educpros.fr/public_html/wp-content/plugins/jetpack/modules/publicize.php on line 99
Mise au point sur la brièveté de la durée d’exercice de certains ministres – Le blog de Claude Lelievre
Le blog de Claude Lelievre

Mise au point sur la brièveté de la durée d’exercice de certains ministres

D’autres ministres que Benoît Hamon ont eu une durée d’exercice courte. En particulier les ministres de «  l’Instruction publique » lors de la fondation de l’Ecole républicaine et laïque…

Sous la cinquième République, si on ne compte pas les quatre « ministres de l’Education nationale par intérim » ( ils restent premiers ministres ou titulaires du ministère qu’ils avaient), et l’exception toute particulière de Xavier Ortoli (ministre de l’Education nationale du 30 mai 1968 au 19 juillet 1968, et qui n’a pas fait la rentrée scolaire lui aussi) Benoît Hamon est indiscutablement  »en tête ».

Ensuite viennent cinq ministres de l’Education nationale (dont deux démissionnaires pour raisons politiques affirmées) :Pierre Sudreau nommé le 15 avril 1962 et démissionnaire le 15 octobre 1962 (car il n’est pas d’accord avec des élections du Président de la République au suffrage universel) ; Jean Berthoin nommé le 1er juin 1958 et remplacé le 8 janvier 1959 ; Louis Joxe, nommé le 15 janvier 1960 et remplacé le 22 novembre 1960, André Boulloche nommé le 8 janvier 1959 et démissionnaire le 23 décembre 1959 (car il n’admet pas le dispositif final qui sera la loi  »Debré »).

Mais que s’est-il passé lors d’un période très  »sensible », à savoir celle de la « fondation » de l’Ecole républicaine sous la troisième République ? Ce moment de « fondation » s’est étalé sur au moins une dizaine d’années (une durée qui semble nécessaire à toute « fondation » ou « refondation » digne de ce nom, comme l’ont affirmé publiquement les principaux promoteurs de la « refondation de l’Ecole »).

Depuis la loi  »Paul Bert » d’août 1879 décidant la généralisation des écoles normales de filles jusqu’à la loi de finances de juillet 1889 instituant que les instituteurs seraient désormais des fonctionnaires rémunérés par l’Etat ( en passant notamment par la loi  »Ferry » de 1881 sur la gratuité et celle de 1882 sur la laïcité et l’obligation, ou la loi  »Goblet » sur l’organisation du primaire) on a vu alors se succéder pas moins de neuf ministres de l’Instruction publique en dix ans .

Jules Ferry (en trois périodes : février 1879-novembre 1881 ; janvier 1882-août 1882 ; février 1883-novembre 1883) ; Paul Bert (novembre 1881-janvier 1882) ; Jules Duvaux (août 1882-février 1883) ; Clément Fallières (en deux périodes : novembre 1883-avril 1885 et février 1889-mars 1890) ; René Goblet (avril 1885-décembre 1886) ; Pierre Berthelot (décembre 1886-mai 1887) ; Eugène Spuller (mai 1887-décembre 1887) ; Etienne Faye (décembre 1887-avril 1888) ; Edouard Lockroy ( avril 1888-février 1889).

Soit 9 ministres différents en douze périodes différentes au total , sur 10 années de « fondation ». Trois de ces ministres n’ont pas eu le temps de faire une rentrées scolaire : Paul Bert ( 3 mois, de novembre 1881 à janvier 1882), Etienne Faye (4 mois, de décembre 1887 à avril 1888), Pierre Berthelot (5mois, de décembre 1886 à mai 1887).

Commentaires (2)

  1. Luc Bentz

    Concernant les fondateurs, il faut sans doute évoquer, à côté des ministres, la longévité exceptionnelle du directeur de l’Enseignement primaire que fut Ferdinand Buisson (1879-1896) qui ne fut pas, tant s’en faut, qu’un haut fonctionnaire! (Pour la petite histoire, c’est son disciple Émile Glay, le confondateur du SNI, qui fit à ses obsèques le seul discours.) La continuité républicaine a été assurée par Buisson, indubitablement.

    Pour Lockroy, je dirais plutôt Édouard qu’Étienne (étant souvent passé dans une rue du XIe arrondissement qui porte son nom). 😉

  2. Claude Lelièvre (Auteur de l'article)

    Oui,c’est Edouard (merci). Quant au rôle éminent de Buisson (souvent méconnu), oui encore, Luc!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.