Le blog de Claude Lelievre

Quand le ministère de l’EN parlait d’armistice au lieu de capitulation

C’était il y a vingt ans. François Bayrou était ministre de l’Education nationale et avait suivi de près personnellement l’élaboration du programme d’histoire pour l’enseignement primaire.

Le Conseil supérieur de l’éducation avait donné un avis largement positif au projet de programme dans sa séance du 10 décembre 1994. Mais le ministre avait décidé de le peaufiner. « Dans une sorte de prolongement ministériel de son activité de biographe du  »roi libre, Henri IV » , un succès de librairie, le ministre de l’Education nationale François Bayrou décidait d’ajouter quelques grandes figures symboliques […] Henri IV naturellement ; Saint-Louis, bien sûr, sur lequel il avait en train un nouveau livre » ( « Le Monde »du 22 mars 1995).

Et l’arrivée du cinquantenaire du 8 mai 1945 imposait que l’on retienne cette date. Ce fut fait. Mais l’étonnement fut grand (pour certains) à la lecture du BO de mars 1995 présentant le programme définitif d’histoire pour le primaire. On y lisait : « 8 mai 1945 : armistice de la seconda guerre mondiale » dans le chapitre consacré au XX°siècle.

« Emoi au sein de l’association des professeurs d’histoire-géographie et de son président d’honneur Jean Peyrot.  »La capitulation sans condition de l’Allemagne, le 8 mai 1945, transformée en armistice, ça c’est un scoop », dit-il. Coup de fil au cabinet du ministre qui se tient coi. Emoi au ministère où l’on cherche d’où peut bien provenir une pareille bévue […] . La Direction des écoles agite un drapeau blanc ; et promet :  »l’erreur sera rectifiée » ».

Be Sociable, Share!

Commentaire (1)

  1. Zou

    Et dire que certains pensent que les ministres ne font (et ne servent) à rien… Pour une fois que l’un d’entre eux s’investissait à fond !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.