Le blog de Claude Lelievre

Les atteintes à la personne d’autrui et l’Ecole

Elles sont désormais désignées comme un problème à résoudre durant toute la scolarité obligatoire : « le racisme, l’antisémitisme, le sexisme, la xénophobie, l’homophobie, le harcèlement »

Pour la première fois, dans le cadre du « programme d’enseignement moral et civique » arrêté en juin 2015, elles font partie du programme d’enseignement des cycles 2, 3 et 4 (du cours préparatoire à la classe de troisième), en continu.

La circulaire de rentrée du 4 avril 2008 (en vue de la rentrée scolaire 2008) avait déjà indiqué qu’une « importance particulière devait être accordée aux actions visant à prévenir les atteintes à l’intégrité physique et à la dignité de la personne : violences racistes et antisémites, violences envers les filles, violences à caractère sexuel, notamment l’homophobie ». Mais c’était dans le cadre prioritaire de la prévention des violences à l’Ecole, et non dans le cadre plus général des programmes.

Les programmes du primaire publiés un peu plus tard – le 19 juin 2008 – indiquent eux, de façon lapidaire, :« refus des discriminations de toute nature ». Et, parmi les programmes d’histoire-géographie-éducation civique du collège datant du 28 avril 2008, on trouve, uniquement pour la classe de cinquième,  sous la rubrique : « Des êtres humains, une seule humanité » : « assimiler les différentes cultures à des différences de nature conduit à la discrimination et au racisme ».

Dans les programmes du primaire de 1995, l’éducation civique est introduite en indiquant que « éminemment morale, elle développe l’honnêteté, le courage, le refus des racismes, l’amour de la République ». Il y a seulement un développement pour le seul cours préparatoire : « reconnaissance des droits d »autrui, de l’égalité des races et des sexes ».

En ce qui concerne les programmes du collège de 1996, il est mentionné, et seulement pour la classe de cinquième : « Refus des discriminations. Des exemples sont donnés (racisme, sexisme, rejet des handicapés et des malades) ».

Dans les programmes du primaire de mai 1985, on trouve – uniquement pour le cours préparatoire – : « Reconnaissance des droits d’autrui, de l’égalité des races et des sexes »

Dans ceux du collège de décembre 1985, en éducation civique et pour la sixième seulement , et dans une rubrique intitulé : Diversité et solidarité des hommes » : « la diversité des origines, des croyances, des opinions, des modes de vie. La tolérance. Le refus des racismes » .

Et avant ? Rien qui s’apparente aux « atteintes à la personne d’autrui » désignées dans le cadre du « programme d’enseignement moral et civique » de juin 2015, et pour l’ensemble des cycles de l’école obligatoire. Si ce n’est (peut-être, à certains égards) ces indications figurant dans le programme d’ « éducation morale et civique » de juillet 1978 pour les cours élémentaires : « A l’égard des autres : le respect d’autrui avec ses différences (s’agissant notamment d’enfants handicapés ou d’immigrés).

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.