Pensees pour Delphine Keclard docteure en sociologie politique et grande humaniste

Chère Delphine,

Je voulais te remercie d’avoir pris le temps d’écrire ton dernier message où tu m’annonçais que tu t’approchais de ton « dernier expire » ce vendredi 23 juillet 2021 *. Dans tes derniers instants de vie, tu parvenais encore à penser aux autres alors que tant de gens n’arriveraient pas à penser à autre chose qu’à ce qui leur arrive. Je suis vraiment touché par tout ce que tu as dit.

Il était difficile de retenir mes larmes. Mais ce n’est pas grand-chose par rapport à ce que tu as vécu ces dernières années. Tu as vécu 5 ans avec ton cancer que tu as combattu de toutes forces et en essayant tous les traitements. Tu étais devenue par la force des chose une grande spécialiste de ce sujet. Mais tu en avais bien marre de passer r ton temps chez le médecin, en hôpital (Tu te souviens de ta camarade de chambre qui mettait « Hélène et les garçons » ou les faits divers à fond à la télévision ?!) ou en pharmacie.

C’était une sorte de second doctorat après celui que tu avais fait en sociologie politique dont le titre – « Les processus d’unification politique. Analyse comparée de la Suisse et du Canada » – disait tant de toi : international, comparaison, analyse, unification, politique, processus.

Cette maladie comme toute la maladie était profondément injuste. Tu ne méritais pas ça. Avec tout ce que tu as apporté aux gens autour de toi, ta grande famille, tes amis et en politique. Tu étais « hyper sensible » tout en étant « hyper rationnelle » (Tu m’avais conseillé de lire « Trop intelligent pour être heureux »). Tu le revendiquais et tu avais raison. Comment ne pas être scandalisé que des hyper-sensibles meurent si tôt quand des monstres froids vivent tant d’années.

 

Je voudrais te rendre hommage en imitant l’anaphore de l’ancien Président de la République socialiste François Hollande qui t’avait amusé :

Je me souviens de la visite de l’exposition de ton amie photographe-plasticienne-chercheuse Hélène Tilman à la mairie Paris du 13e arrondissement. J’étais arrivé très en retard à cause du travail ! Mais cela valait le déplacement et j’ai pu rencontrer tes amis.

 

Je me souviens de ton investissement dans le Hip Hop, des festivals que tu organisais, de ta compagne « Cie Ultimatum Step » qui a notamment obtenu en 2003 le prix chorégraphique CCN de Créteil et du Val-de-Marne. Tu aurais voulu que le hip hop maintiennent « son discours tolérant fondé sur le métissage » qui étaient davantage présent lors de la naissance de la « zulu nation » qui avait toute une philosophie artistique et pacifique ».

Je me souviens de nos discussions à Humanitudes où tu étais devenue adhérente puis collaboratrice :

La valorisation du doctorat te tenait à cœur, toi qui avais réussi à avoir un bébé tout en travaillant sur ton doctorat. Tu nous avais proposé de réfléchir sur la social-démocratie. Et il faut bien le dire, nous étions bien moins compétents en la matière. Cela a donné la publication où nous n’avons pas participé (voir plus loin ci-dessous).

 

Je me souviens de ton interview dans un café des Halles (sans doute Au Père Tranquille) pour ce blog Doctrix :

Dr Evelyne Jardin t’avait pris pour le porte-parole du gouvernement alors que tu étais conseillère municipale du Parti Socialiste à Cachan (ce qui ne t’empêchait pas de connaître du monde au sein du PS) et surtout une amie ! Elle avait la dent dure, à la hauteur de ses attentes envers le gouvernement pour valoriser les doctorant.e.s et docteur.e.s. Mais tu avais pris tout ça à la rigolade. On avait quand fait une seconde prise où Evelyne retenait un peu ses coûts.

https://www.youtube.com/watch?v=9Fl_qKnQX1E

https://youtu.be/9Fl_qKnQX1E

 

Je me souviens du lancement de ton think tank « Génération 6 mai » – où tu étais vice-présidente – au Sénat le 6 mai 2013 que je croyais, au départ, au service d’un futur second mandat de François Hollande mais qui devait travailler pour Manuel Valls !

En plus de Carlos DaSilva (parrain de l’association), Luc Carvounas (parrain de l’association), Frédérique Espagnac (marraine de l’association), Émeric Bréhier (parrain de l’association) et Francis Chouat. Il y avait beaucoup de jeunes hommes en costume de Science Po autour de toi. Pas uniquement. Mais heureusement pour eux que tu étais là !

Tu as été invité dans plusieurs médias à cette occasion :

 

Ici chez Guy Registe à 19h15 le 25 février 2015 sur Tele sud.

Le 8 février 2014, vous organisiez un colloque intitulé « L’avenir de la social-démocratie : le réformisme à la française ».

Y participaient notamment Barnabé Louche, Pierre Bergounioux, Jérôme Brezillon, Nicolas Leron…

Un an plus tard, un livre a été publié :

Génération 6 mai, Réformistes et socialistes. Pratique et avenir de la social-démocratie à la française, Encyclopédie du socialisme, 2014, 112 p, 9 €

En voici une recension faite dans L’OURS n° 446 de mars 2015 :

Tu as fait aussi des présentations de vos idées, comme ici avec Matthieu Mayer (président de Génération 6 mai) et Gilles Finchelstein directeur général de la Fondation Jean Jaurès et directeur des études chez Havas.

Tu es allé aux universités d’été du PS aussi. Te voici avec Jean-Christophe Cambadélis (poids lourd du PS s’il en est !) :

Je me souviens de la soirée du 10 décembre 2014 organisée par la fondation Jean Jaurès à la maison de la chimie autour de Manuel Valls – Premier ministre – et du thème de l’égalité.

Il était possible de l’approcher, j’en ai profité pour tenter de l’interviewer sur le doctorat.

https://youtu.be/I3v1yJpsduM

Un des plus gros échecs de Doctrix ! J’ai dû t’annoncer la mauvaise nouvelle au moment où tu m’as présenté l’un de ses plus proches collaborateurs ! Cela n’a pas empêché Valls d’être Premier ministre, mais aussi de rater la « primaire de la belle alliance » ou tu étais présente :

Tu m’as que tu avais pris tes distances avec le choix de G6M dès 2016. Voici ce que tu me disais le 1er novembre 2020 quand je te demandais si tu avais toujours des avec les proches de Valls : « Non pas du tout. Que de trahisons autour de lui. Je crois qu’il et bien esseulé. Il joue très perso. Et ses dernières positions politiques l’ont quelque peu discrédité. » En 2021, tu ne « croyais » plus au PS ni à EE/LV. Tu t’intéressais au PRG mais tu te demandais en rigolant s’il existait toujours !

Je me souviens de notre discussion dans le café « Les Ondes » à côté de radio France sur « Debout & Unis », un parti que tu as cofondé et dont le nom disait tant de choses de toi.

Tu m’avais demandé des conseils de communication. On avait trouvé plein de slogans. J’avais suggéré de rajouter un C – Oups, j’ai oublié la signification du C ! (convaincus ? concernés ?…) – à « Debout & Unis », c’est-à-dire l’acronyme DU. Cela donnait Duc. Et ainsi les militant.e.s devenaient les Ducs et les Duchesses. Une belle manière d’inverser le stigmate que portent les banlieues et contre lequel tu t’es tant battu.

Tu étais fière il y a un an car la maire de Cachan – Hélène de Comarmond – devait beaucoup à ce parti dans sa victoire 61,86 % le 15 mars 2021 (donc 1er tour). La maire avait eu peur à l’époque de la création à l’automne 2019 de ce nouveau parti comme tu me l’avais dit. Voici ce qui a été dit dans Le Parisien au moment du ralliement :

 

« Debout & Unis rejoint Cachan en Commun, collectif porté par la maire sortante Hélène de Comarmond (PS). « Avec, lit-on dans un communiqué signé des deux entités, l’ambition partagée de donner toute leur place aux Cachanais issus de tous les quartiers, de tous les milieux sociaux, de tous les âges, de tous les horizons. »

Le mouvement Debout & Unis, créé « autour des invisibles de notre système représentatif », « s’affirme aujourd’hui comme un groupe citoyen et politique à part entière ». « Ces valeurs de représentativité, de diversité, de solidarité […] sont au cœur des engagements de l’union de la gauche (Cachan Ensemble, Décidons notre ville, EELV, Génération. s, LFI, PRG, PC, PS). » »

 

« Debout & Unis » a finalement obtenu un conseiller municipal délégué au sport : Zeïma Yahaya. Tu avais une ambition nationale avec ce parti. Tu voulais que des « Debout & Unis » naissent partout. J’espère que la ville sera reconnaissante pour tout ce que tu y as fait.

https://www.facebook.com/watch/?v=574751609915362

 

Je me souviens de ton déménagement. Tu as eu le courage de déménager à Chailles à côté de Blois à la sortie du premier confinement. Tu voulais profiter de la vie alors que c’était particulièrement difficile en zone urbaine compte-tenu de la pandémie actuelle. Tu pensais sans doute que ce changement ne pourrait que te faire du bien. Tu pensais peut-être aussi que le temps était compté. Voici ta maison à Chailles :

Et je sais que tu en as profité. Tu as découvert une nouvelle région, une nouvelle maison, une nouvelle piscine, un nouveau métier ou presque (enseignante via le CNED car tu ne pouvais plus aller à l’école) ! Au moins 30 minutes de marche par jour quand c’était encore possible ! Tu nous as envoyé de magnifiques photos de la nature et des châteaux de la Loire toi qui te disait « très nature et contemplative ». Comme tu disais, tu adorais prendre des photos. Une belle manière de suspendre le temps. Tu as pu profiter de tes enfants plus que jamais. Vous avez réussi à vous adapter à ce nouveau lieu ! J’ai honte de n’avoir pas fait assez pour toi. J’aurais dû venir te voir pour faire des balades.

 

Je me souviens de échanges sur Whatsapp. On peut critiquer les Gafam sur bien des points, mais il faut admettre que ceux-ci ont été, sont, seront particulièrement utiles. Mais il faut aussi remercier les humoristes, artistes et créatifs. En effet, nous devons bien avouer que nous avons bien ri dans cette période horrible.

Mais nous échangions aussi sur des choses sérieuses. Sur ta maladie parfois. Un sujet compliqué mais que tu abordais simplement sans taboo.

Sur la politique évidemment. Tu t’intéressais à Pablo Servigne : ses travaux et son approche. Je t’ai parlé de l’« éco-républicanisme » de Serge Audier qui ne pouvait que t’intéresser. Tu étais profondément républicaine.

Sur la littérature, nous avons parlé il y a quelques mois du livre de Camille Kouchner dont tu m’avais envoyé un exemplaire de « La familia grande » via Whatsapp. Tu hésitais à le lire dès les premières phrases : « Et j’avoue que dès les premières phrases, j’ai buggé. Entre le décès de la mère et le stade pipi freudien mai des sans culottes… bref… je vais me forcer un peu. Le cancer de la mère où tout est pourri sauf les yeux que l’on peut refourguer parce que on est bienpensant #dondorgane. C’est violent. » Tu aimais beaucoup la littérature. Tu avais fait partie d’Intercripol qui « est l’homologue, pour le monde de la fiction, d’Interpol : notre organisation, portée par des scientifiques reconnu(e)s pour leur expertise en la matière, vise à fédérer, dans le monde entier, les différentes instances d’investigation, et à permettre une traque plus efficace des personnages criminels qui croyaient, jusque-là, avoir échappé aux foudres divines de la Justice. »

 

Je veux te dire simplement que j’aime ta combattivité (Je n’ai même pas eu le temps de parler de ta lutte contre le racisme qui te tenait tant à cœur), ton courage, ton rire (reconnaissable entre tous !), ta dignité, ton optimisme, ton éclectisme, ton ouverture d’esprit… Je t’admire vraiment pour tout. Tu as fait plus de choses que beaucoup de gens en plusieurs vies !

Je m’en veux d’avoir été impuissant pour t’aider. Mais je sais que la spiritualité est quelque chose d’important pour toi (Attention, pas la « pseudo-spiritualité » !). Tu m’as dit il y a quelques mois que tu aurais été capable de « pratiquer l’Hermitage au fond d’une abbaye. Valeurs simples – vie saine et fraternité ». Tu faisais d’ailleurs partie de la franc-maçonnerie : « Lorsque l’on planche en loge, on parle philosophie et sociétal. Bien entendu la symbolique joue une place majeure, mais elle est un outil à disposition de l’esprit critique. ». Tu aurais voulu que les francs-maçons soient présents dans les dialogues inter-religieux. Tu crois aux « force de l’esprit » comme disait François Mitterrand. Alors sache que je pense à toi très fort et que je suis de tout cœur avec toi où que tu sois. Je sais que tu penses à nous et va continuer ce message envoyer en décembre dernier : «  Joyeuses fêtes  Possiblement. Chaque valeur, chaque idéal est perpétuellement remis en question. A nous de les défendre, de les porter, de les incarner par l’exemplarité. Il faut agir en ce sens, de façon coordonnée ou pas. A un moment il y aura synergie ou alignement des planètes pour les fans d’Elisabeth Tessier Sébastien prend le temps d’un inspire. Soit on est spectateur impuissant soit on devient acteur. »

Je pense beaucoup aussi aux vivants, à ta famille, à tes amis qui t’ont aidé tous ces mois, qui ont dû souffrir aussi. Ils vont continuer à être courageux. Tes trois garçons sont beaux, grands et solides, mais ils sont très jeunes. J’espère que leur père sera à la hauteur. Tu peux être fière de tout ce que tu as fait.

Un hommage te sera rendu le 9 août 2021 à 10h à l’église Sainte-Germaine de Cachan (38 avenue Dumotel, 94230 Cachan).

Voici une belle photo choisie par ta famille et envoyée par ta sœur.

* vendredi 23 juillet 2021

Bonjour Sebastien

Je te réponds sur le tard désolée. Je vis une période que chacun aura à vivre tôt ou tard. De mon côté on trouvera cela plutôt tôt.

Je tends vers le dernier expire.

Je te remercie pour cette amitié, tu es un bel humaniste, idéaliste et rêveur. Je suis ravie de t’avoir rencontré au sein d’Humanitudes et au-delà. Je te souhaite le meilleur. Avec toute mon amitié

Delphine

Be Sociable, Share!

Leave a Comment

Filed under Le docteur de la semaine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.