Le blog de Jean-François FIORINA

S’engager pour sa communauté éducative (1/2)

Image illustration article

Celles et ceux qui suivent mon agenda de la semaine, le lundi matin sur Linkedin, auront remarqué qu’à différentes reprises, je fais part de mes engagements pour la communauté éducative des écoles de management, en France et à l’international. Vu de l’extérieur, il n’est pas facile de bien comprendre ces activités.
Je propose donc un post en deux temps : aujourd’hui, l’importance du pourquoi s’investir dans sa communauté et, la semaine prochaine, vous découvrirez mes engagements concrets, en lien avec la stratégie et mes convictions personnelles.

Pourquoi est-il important de s’impliquer ?

Tout simplement parce que plus notre communauté est forte, que tous ses éléments progressent, plus cela est bénéfique à ses membres. Je fais référence ici à la théorie du lotissement développée par Loïck ROCHE, Directeur général de Grenoble Ecole de Management. Nos métiers et nos écoles deviennent des pépites, des centres d’expertise et de technicité de plus en plus pointus. Nul doute que les créateurs de ces activités sont les mieux placés pour pouvoir à la fois les juger, les améliorer et les dupliquer. Ce sont, par exemple, nos implications dans deux instances clé que sont la Conférence des Grandes Écoles et la CDEFM (Conférence des Directeurs des Écoles Françaises de Management). Ces responsabilités prennent plusieurs formes : participation au Bureau et/ou au Conseil d’Administration,  Présidence ou co-Présidence de groupes de travail, de commissions, etc.
L’objectif est de diriger les discussions pour arriver à des livrables anglés sur une problématique qui représente l’ensemble des points de vue des écoles. Par expérience, cette démarche est très positive. Elle permet de confronter les différents points de vue et, surtout, de constater que nous partageons finalement les mêmes problématiques, de pouvoir les exposer en dehors de toute pression politique ou quotidienne.

L’exemple des groupes Qualité et Classement des écoles

Les groupes Qualité et Classement de la CDEFM permettent le partage d’expériences inter établissements mais également de rencontrer celles et ceux qui réalisent et diffusent les classements, d’aplanir d’éventuels différents, de servir de lieu de dialogue et de partage des différents points de vue.

Prenons un autre exemple, pour les accréditations internationales, il y a trois types d’implication possibles :

  1. LE BOARD. Une mission peut être de désigner le Board d’une accréditation. Il définit, accompagne, régule une accréditation, vérifie sa mise en place et le bon déroulement des accréditations. Le Board décide de ceux qui sont éligibles au processus, acceptés, et à qui sont accordées l’accréditation.
  2. ÊTRE MENTOR. La deuxième possibilité d’engagement que l’on ait pour les accréditations est d’être mentor. Il accompagne une école pendant son processus. Il n’est pas un consultant, c’est celui qui aide un établissement à se lancer, qui répond à toutes ses questions, qui fait les points d’étapes, qui peut également servir de lien pour dialoguer avec l’accréditeur. Au vu de son expérience, il offre un accompagnement en toute sérénité. Son objectif est de faire en sorte que cela se passe bien même si des tensions peuvent apparaître entre les parties prenantes.
  3. Troisième niveau de participation dans les accréditations, les audits. Tout dirigeant d’une école accréditée se doit de faire des audits. La question est toujours de rester dans son rôle.
    Comment ça marche ? D’une part, grâce à des process extrêmement bien définis, il n’y a pas de place aux ambiguïtés. Et puis ce travail est assuré par des équipes de deux, trois, quatre auditeurs venant de régions différentes qui ont donc des sensibilités différentes qui n’ont évidemment aucun conflit d’intérêt. Le collectif s’auto régule, s’auto- contrôle.

Chacun engage sa marque, sa signature et sa notoriété. Si, par la suite, cela se passe mal pour une école accréditée, l’impact rejaillira sur l’ensemble de l’équipe. Autre élément, quand on parle de process, c’est bien évidemment l’équipe d’auditeurs qui propose, évalue et exprime des propositions au board. Ce dernier joue le rôle de filtre supplémentaire à la subjectivité ou aux interprétations. Cette évaluation par les pairs constitue tout un écosystème de pratiques. Chacun a intérêt à ce que cela se passe bien parce que la valeur d’une communauté dépend de la valeur de son maillon le plus faible.

Cette pratique des communautés d’intérêt dépend vraiment de chaque secteur d’activité. D’autres organismes ou systèmes y ont recours, que ce soit dans la recherche, les revues académiques, etc. Cela peut être également la direction et la présidence de concours. Il est important dans notre métier que l’ensemble de ces écosystèmes soit animé et promu par les membres de notre communauté. On peut faire éventuellement un parallèle avec le secteur d’activité de la grande distribution dans lequel chaque dirigeant d’un hyper/super marché ou de structure d’une enseigne doit donner de son temps pour la centrale d’achat ou pour d’autres opérations communes et de support. Cela s’appelle le « tiers-temps » chez le leader de la grande distribution indépendante.

Ces missions font partie de celles d’une équipe de direction d’une institution. Cette pratique est devenue totalement indispensable parce que cela sert à la fois nos intérêts et ceux de la communauté. Quelque part, il faut donner pour recevoir parce que les auditeurs viendront aussi chez vous pour nous pour apporter leurs conseils. Et cette dynamique collective, dans le contexte de métiers et de marchés en perpétuelle évolution, offre une vraie garantie de qualité et d’adaptation, qui vient en complément des COMEX d’établissements.
Gageons que ces engagements pour le bien commun seront mieux pris en compte dans les processus d’évaluation et de classement des établissements !

Commentaire (1)

  1. Ahmed Elyaagoubi

    Le réseautage s’avère incontournable entre professionnels de l’éducation et de la formation .L’Ecole nouvelle génération, constamment réinventée impose en effet des projets innovants de recherche collaborative.
    Les regards croisés, les réflexions approfondies entre groupes de travail en laboratoires á thématiques multiples et les résultats obtenus permettent de servit enseignants, apprenants et parents

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.