De la créativité à l'innovation

La classe arrangée… une inspiration réunionnaise !

La classe « arrangée »… une nouvelle venue dans la famille des pédagogies collaboratives ? Ou bien une manière originale, très clairement inspirée de l’Île de La Réunion, pour décrire l’intérêt de mélanger comme dans un cocktail ou une boisson exotique aux goûts multiples, des méthodologies d’enseignement différentes, mais complémentaires d’une approche académique. A vous de goûter !

A l’occasion d’un cycle de cycle de conférences, de webinaires et d’ateliers collaboratifs à destination de formateurs de l’Institut Régional de Travail Social (IRTS) à Saint-Benoit de La Réunion à l’invitation de Sylvie Clotagatide, Responsable des Formations et Coordonnatrice ERASMUS, il nous a été donné de travailler sur la notion d’innovation pédagogique dans le domaine de la formation continue. L’idée était d’inciter les formateurs à innover dans leurs pratiques pédagogiques pour rendre leurs publics davantage acteurs de leurs apprentissages. Les objectifs plus spécifiques de la formation étaient d’élargir leurs connaissances en matière de pédagogies innovantes, de favoriser leur créativité en enseignement et en évaluation, de leur faire découvrir des méthodes qui encouragent la collaboration entre les apprenants.

Les deux jours de formation à l’IRTS (27 et 31 octobre 2023) ont commencé par une conférence interactive sur le thème : « Les hybridations multiples en pédagogies qui permettent de rendre son enseignement plus efficace. Illustration avec la classe renversée », suivie d’un premier atelier de codesign mené en équipes et focalisé sur la question : « Comment s’adapter aux différences de niveaux et vitesses d’apprentissage de nos publics ? ». Un atelier en 4 équipes avec une méthode d’animation inspirée du codesign. La deuxième journée a débuté par un second atelier porté sur la question : « Comment construire des évaluations plus adaptées à nos publics d’apprenants ». Elle s’est conclue par une conférence à destination des entreprises et des professionnels partenaires de l’IRTS sur le thème : « Comment manager de manière plus agile en s’inspirant des pédagogies collaboratives ? Comment rendre cela plus durable en construisant des communautés apprenantes ? »

Vers une pédagogie « arrangée » ! L’ambition d’une formation, comme toutes celles proposées par l’IRTS, est de permettre à l’apprenant, qu’il soit élève, étudiant ou stagiaire, de devenir un acteur responsable, de faire de lui un citoyen engagé dans un monde complexe et qui met en pratique ce qu’il a assimilé par son apprentissage. Elle est aussi de former de futurs professionnels agiles et compétents, en phase avec eux-mêmes et leur environnement. Les objectifs d’une formation sont de développer chez les apprenants leurs compétences psycho-sociales indispensables à chacun, leurs compétences techniques et transversales nécessaires pour devenir de véritables professionnels, leur sens de la responsabilité, leur autonomie et leur adaptabilité aux événements qui rendent à la fois employable et entreprenant, leur sens de l’écoute de leur environnement afin d’être capable de sentir et de saisir les opportunités qui se présentent à soi et enfin, leurs aptitudes créatives et la culture artistique nécessaires à l’exercice de leur métier. Pour cela et de manière à être efficace, il existe une multitude de méthodes pédagogiques innovantes qui peuvent se mélanger à de l’académique, comme les jus de fruits et autres saveurs sucrées peuvent se mélanger, s’arranger avec du rhum blanc. Le mélange d’une diversité d’approches avec de la rigueur naturelle et éprouvée, voilà le secret d’une recette bien réussie !

Différentes formes de pédagogie peuvent ainsi être pratiquées. L’approche de l’école en matière de pédagogie est de nature systémique. Cela signifie qu’elle s’inspire de différentes formes telles celles décrites ci-dessous, avec le souci de rendre les apprenants acteurs de leurs apprentissages et non simples consommateurs de savoir et apprentis de techniques. On parlera donc d’une pédagogie de projets, par le « faire », qui permet de relever en équipe des défis face à des problématiques sociétales. Pour cela, des temps d’inspiration, de créativité (idéation), de construction de savoir et d’expérimentation de solutions doivent être intégrés dans les processus d’apprentissage.

La pédagogie par projet : les étudiants sont engagés dans des projets authentiques et complexes. Cette méthode permet de mettre en application les connaissances acquises en cours et de développer les compétences nécessaires à la résolution de problèmes. Les projets d’apprentissage sont concrets car apportés par monde professionnel, soit les entreprises faisant partie de l’écosystème de l’école. Ces projets permettent l’acquisition et la mobilisation de compétences qui développent la posture professionnelle.

La pédagogie du défi : cette approche est complémentaire de la pédagogie par projet. Elle vise l’exploration d’autres formes de compétences. Sous la forme de hackathons ou de « défis à relever », des ateliers collaboratifs invitent les étudiants à travailler en équipe face à des problématiques. Ces ateliers développent les capacités d’écoute et de communication, d’observation et d’analyse. Ils stimulent la créativité pour produire des idées qui seront ensuite expérimentées en utilisant notamment des techniques itératives d’exploration de solutions qui conduisent à la fabrication et à l’adaptation de prototypes. Cette approche permet également de développer la conscience du pouvoir d’agir chez les apprenants.

Des pédagogies collaboratives : une majorité d’enseignement ou de mise en situation sera faite sous forme collaborative, qu’il s’agisse de classes inversées, renversées, flexibles, mutuelles ou autres qui permettent de mobiliser la capacité des étudiants à travailler en équipe et à s’adapter à différents profils. Cela est possible en employant des méthodes de facilitation plus ou moins élaborées qui font que l’on dépasse le simple stade de la collaboration. Dans ces pédagogies, on demande aux apprenants de créer du contenu, de se l’échanger, de le challenger et même d’en tirer du questionnement. Ces méthodes développent chez eux la capacité à produire de manière collective un livrable en croisant, pour ne pas dire en hybridant, leurs compétences et expertises individuelles.

Une approche constructiviste : cette modalité pédagogique met l’accent sur le rôle actif de l’apprenant dans la construction de ses propres connaissances. Elle s’appuie sur le fait que l’on ancre mieux ses connaissances quand on est engagés dans leur processus d’acquisition. Les apprenants doivent ainsi « construire » leur savoir et le mobiliser dans diverses expérimentations. Ils sont actifs et parfois même amenés à « fabriquer » des artéfacts de notions abstraites ou complexes afin de les rendre tangibles et discutables. Capables de « matérialiser des systèmes pour mieux les comprendre » ils seront aussi capables de mieux communiquer et se mettre d’accord au sein d’un groupe. L’approche kinesthésique de cette démarche permet également de lier l’émotion et la pratique aux apprentissages, ce qui favorise une meilleure compréhension et donc la mémorisation profonde des connaissances. Ces travaux en ateliers permettent en outre de créer, de fabriquer des choses, de s’approprier des méthodes de conception, de développer de nouvelles connaissances techniques ou d’utiliser d’autres formes d’intelligence (émotionnelles, kinesthésique)

La pédagogie inspirationnelle : celle-ci vise à renforcer l’engagement de l’apprenant dans son parcours grâce à des rencontres, des échanges et des évènements inspirants. Cette modalité pédagogique repose en partie sur des locaux à la fois singuliers et stimulants, lieux pouvant se transformer pour les apprenants en véritables terrains de jeu pour développer leurs compétences. Ils se trouveront donc placés au cœur d’un écosystème dynamique et vivant qui est celui du lieu de la formation, si ce dernier est inspirant.

La pédagogie par la recherche : celle-ci est propre à l’enseignement universitaire dans lequel les enseignants-chercheurs interviennent dans les formations. Elle vise à développer chez les étudiants la capacité à effectuer des recherches dans une démarche scientifique pour comprendre les besoins des utilisateurs, les tendances du marché et les meilleures pratiques dans le domaine du design (méthodes scientifiques, analyse des données, prototypage rapide, test utilisateur). Elle est étroitement connectée à la capacité de comprendre et interagir dans un environnement multidisciplinaire et international.

Voilà qui donne une idée de la multiplicité des saveurs innovantes qui peuvent enrichir tous les modes d’enseignement, à conditions bien sûr d’avoir de bonnes recettes pour obtenir une pédagogie mixée et mélangée, pour ne pas dire… arrangée !

Merci à toute l’équipe de l’IRTS de Saint-Benoit pour leur accueil et le niveau très élevé de leur participation à cette formation pédagogique. On se retrouve en 2024 pour un webinaire REX « (retour d’expérience) dans lequel on va échanger sur les problèmes survenus lors de nos expérimentations innovante. Une animation en mode « Amène ton blème ! », mais qui sera décliné cette fois en « Amène ton traca ! ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.