De la créativité à l'innovation

Comme une envie d’inviter ChatPDF dans ma classe renversée !

Dans la famille des IA génératives, j’ai découvert cette semaine un cousin, pas si éloigné que cela, de ChatGPT au nom évocateur de ChatPDF. Il s’agit d’un nouvel outil de l’intelligence artificielle (IA) qui transforme considérablement l’utilisation de documents sous format PDF. En quelques mots, ChatPDF offre la possibilité de charger un fichier PDF, de plus d’une centaine de pages dans sa version gratuite, et d’utiliser dans la foulée le modèle de langage ChatGPT pour interagir avec ce document. L’originalité de cette IA est que toutes les réponses apportées proviennent du contenu de ce PDF, ce qui en donne un usage assez différent de ChatGPT. Il s’avère donc être un auxiliaire particulièrement intéressant pour des enseignants désirant faire travailler leurs élèves sur des documents originaux, qu’ils leur fournissent eux-mêmes, que ce soit pour les étudier ou pour créer des modes d’évaluations sous différentes formes.

Une interface visuelle et très simple d’utilisation ! Dans la partie gauche de l’écran (voir ci-dessous), une fois connecté à ChatPDF, on trouve le document téléchargé sous format PDF, tandis que dans la partie droite il est possible de formuler toutes sortes de questions en lien avec le contenu de ce document. Chaque réponse de ChatPDF est accompagnée d’une référence numérotée, faisant le lien entre ces deux interfaces et indiquant l’emplacement précis dans le document PDF où la réponse a été trouvée. Cette caractéristique confère une puissance particulière à l’outil, ouvrant la voie à diverses applications pédagogiques qui replacent les documents écrits fournis par l’enseignant cœur des processus d’apprentissage.

En route pour une première expérience ! Je me suis donc mis à imaginer quelques types d’utilisation de ce nouvel outil pour mes prochains cours de génétique en « classe renversée », dont je vous livre ici de premières idées. Par exemple, inviter mes élèves à approfondir un sujet à partir d’un document très dense, voire indigeste à lire d’une traite, pour en rédiger une synthèse… ou alors créer une série de questionnaires d’évaluation, pouvant être produits par mes élèves eux-mêmes, pour qu’ils puissent s’en servir pour estimer leur niveau de connaissances.

Pour vous donner un premier aperçu du potentiel de cette IA, je suis parti d’un texte (en format PDF, bien sûr) intitulé : « Quelles différences entre classe inversée et classe renversée ? » (Classes inversées et renversées) qui a été édité par l’Université de Lorraine (Elise CORNU, DACIP) et dont le contenu devrait vous intéresser davantage que l’un des mes chapitres en génétique moléculaire. C’est une texte qui compare ma classe renversée avec les classes inversées telles qu’elles ont été décrites par mon collègue et ami Marcel LEBRUN.

Ainsi, en partant directement de ce PDF, donc sans en extraire le texte sous format Word pour le traiter à travers ChatGPT, je lui ai posé différents types de question telles celles-ci :

Citez 3 différences majeures entre classes « inversées » et classes « renversées » ? REPONSE de ChatPDF =  « Les trois différences majeures entre les classes inversées et les classes renversées sont les suivantes : 1. Dans la classe inversée, les savoirs du cours sont externalisés et accessibles dans le cloud, tandis que dans la classe renversée, aucun contenu de cours n’est donné aux étudiants. 2. Dans la classe inversée, les étudiants récoltent les savoirs par eux-mêmes, alors que dans la classe renversée, les étudiants construisent le dispositif de leur module ou du cours. 3. Enfin, dans la classe inversée, les étudiants participent aux échanges et à la co-construction des connaissances, tandis que dans la classe renversée, les étudiants sont des constructeurs du savoir, passant de l’état de consommateurs à celui de constructeurs du savoir« ; COMMENTAIRE de l’enseignant que je suis et qui connait la réponse à la question (ce qui n’est pas forcément le cas de la majorité des lecteurs d’un PDF, je pense en particulier aux élèves d’une classe à qui l’enseignant fournirait ce document) : « Etes-vous sûr que la troisième différence est bien correcte ? REPONSE de ChatPDF : « Je m’excuse pour la confusion. Après révision, la troisième différence entre les classes inversées et les classes renversées est la suivante : 3. Dans la classe inversée, les étudiants participent aux échanges et à la co-construction des connaissances, tandis que dans la classe renversée, les étudiants passent de l’état de consommateurs à celui de constructeurs du savoir, co-élaborant la totalité du cours en présence de l’enseignant. » Ne pas oublier que ChatPDF est comme ChatGPT une IA générative. Il faut donc bien échanger avec elle avant d’utiliser sa production.

Merci de me proposer une question sous forme de QCM avec 5 propositions de réponses dont seulement 2 sont correctes. REPONSE de ChatPDF : « Quelles sont les différences entre la classe inversée et la classe renversée ? A) Dans la classe inversée, les étudiants récoltent les savoirs par eux-mêmes, tandis que dans la classe renversée, les étudiants ne reçoivent aucun contenu de cours. B) Dans la classe inversée, les étudiants ont accès à des contenus de cours préparés à l’avance, tandis que dans la classe renversée, les étudiants construisent ensemble la totalité du cours en présence de l’enseignant. C) Dans la classe inversée, les étudiants participent aux échanges et à la co-construction des connaissances, tandis que dans la classe renversée, les étudiants passent de l’état de consommateurs à celui de constructeurs du savoir, co-élaborant la totalité du cours en présence de l’enseignant. D) Dans la classe inversée, les étudiants sont des constructeurs du savoir, passant de l’état de consommateurs à celui de constructeurs du savoir, tandis que dans la classe renversée, les étudiants récoltent les savoirs par eux-mêmes. E) Dans la classe inversée, les étudiants construisent ensemble la totalité du cours en présence de l’enseignant, tandis que dans la classe renversée, les étudiants ne reçoivent aucun contenu de cours. Réponses correctes : B et C.

Quels sont les concepts clés de cet article ? REPONSE DE ChatPDF : « Les concepts clés de l’article « Classes inversées et renversées » sont : 1. La classe inversée : les étudiants ont accès à des contenus de cours préparés à l’avance, ce qui leur permet de récolter les savoirs par eux-mêmes avant de venir en classe pour approfondir les notions abordées et réaliser des exercices. 2. La classe renversée : les étudiants passent de l’état de consommateurs à celui de constructeurs du savoir, co-élaborant la totalité du cours en présence de l’enseignant. 3. Les bénéfices pédagogiques de la classe inversée et renversée : une motivation accrue, une meilleure appropriation des savoirs formalisés, le développement de compétences disciplinaires et transversales, la différenciation des enseignements des apprentissages, et la rendant les cours plus interactifs. 4. Les moyens pour susciter l’intérêt et encourager la motivation des étudiants dans le cadre de la classe inversée et renversée : diversifier les ressources et les supports de présentation, choisir des exemples d’applications concrets, repenser les activités en présentiel pour motiver le travail en autonomie, encourager les apprenants en explicitant les attentes, mettre en place des méthodes qui favorisent l’interaction, et planifier des activités qui permettent de vérifier et d’améliorer la compréhension des connaissances des étudiants de manière différenciée. »

Il est possible de jouer aussi sur le niveau de difficulté des questions ! A la demande que je fais sous la forme : « Merci de produire 3 questions en lien avec le schéma de la première page du document », ChatPDF Répond :  « Voici trois questions en lien avec le schéma de la typologie de la classe inversée de Lebrun (2016) : Quels sont les trois types de classes inversées identifiés par Lebrun (2016) dans sa typologie ? Quelle est la différence entre la classe inversée et la classe renversée selon la typologie de Lebrun (2016) ? Selon la typologie de Lebrun (2016), quelle est la caractéristique commune aux trois types de classes inversées identifiés ? » . Et si je lui demande d’augmenter le niveau de difficulté des questions, alors j’obtiens :  » Bien sûr, voici trois questions plus complexes en lien avec le schéma de la typologie de la classe inversée de Lebrun (2016) : Selon la typologie de Lebrun (2016), quels sont les rôles respectifs des étudiants et de l’enseignant dans la classe renversée par rapport à la classe inversée ? Quelles sont les caractéristiques spécifiques de la classe renversée par rapport à la classe inversée, telles que définies par Lebrun (2016) dans sa typologie ? En vous basant sur la typologie de Lebrun (2016), comment la classe renversée diffère-t-elle des classes inversées en termes de rapport aux savoirs et aux rôles des étudiants et enseignants ?« . Sans parler de la réponse à ces questions, si je lui demande : « 1. La typologie de Lebrun (2016) identifie trois types de classes inversées : la classe inversée, la classe renversée et les classes inversées. La classe inversée est caractérisée par une prise de connaissance par les étudiants des apports théoriques à distance, suivie d’une consolidation des acquis et d’une application des notions en présentiel. La classe renversée, quant à elle, implique une co-construction des connaissances par les étudiants en présence de l’enseignant, tandis que les classes inversées consistent en une co-construction des connaissances par les étudiants à distance, suivie d’une consolidation des acquis et d’une application des notions en présentiel. 2. Selon la typologie de Lebrun (2016), la différence entre la classe inversée et la classe renversée réside dans le rapport aux savoirs et aux rôles des étudiants et enseignants. Dans la classe inversée, les savoirs sont transmis en présentiel, tandis que dans la classe renversée, les savoirs sont récoltés par les étudiants eux-mêmes. De plus, dans la classe inversée, l’enseignant construit son dispositif de cours, tandis que dans la classe renversée, les étudiants participent à la co-construction des connaissances. 3. Selon la typologie de Lebrun (2016), la caractéristique commune aux trois types de classes inversées identifiés est que les étudiants sont acteurs de leurs apprentissages. Dans chaque type de classe inversée, les étudiants sont impliqués dans la prise de connaissance des apports théoriques, la recherche de ressources, la co-construction des connaissances et la consolidation des acquis. Les classes inversées visent ainsi à rendre les étudiants plus autonomes et à favoriser leur engagement dans le processus d’apprentissage. » Ici aussi comme dans les exemples précédents, il est possible (pour ne pas direvivement recommandé), pour l’enseignant, de transformer ces textes produits par l’IA pour les rendre plus compatibles avec les attendus pédagogique du cours, l’IA ne jouant qu’un rôle auxiliaire, sans remplacer d’aucune manière le professeur.

L’intérêt majeur de cette interface comparée à ChatGPT est qu’elle n’utilise que le contenu du PDF téléchargé et rien d’autre qui puisse provenir d’une autre source. Bien sûr, en travaillant en parallèle avec ChatGPT, il est possible de demander aux étudiants de compléter leur production ainsi générée par l’IA avec des données disponibles sur le web. On peut imaginer de préparer avec eux des questionnaires d’évaluation à partir d’un document que l’on donne en classe et cela sous différentes formes allant de questions de synthèse, à d’autres de connaissance en passant par des formats de type QCM ou autres. On peut aussi et ce sera sans doute le cas dans ma classe renversée dès le semestre prochain demander aux élèves de produire en équipe des questions ou des synthèses à transmettre à d’autres équipes pour les mettre en action (ce que je fais déjà, mais sans employer l’IA). En résumé, une liste illimitée d’exercices avec un gain de temps considérable car l’IA prépare la matière qui sera peaufinée par l’enseignant de manière à la rendre originale, tout en corrigeant les erreurs produites par les algorithmes, sans doute « intelligents », mais très certainement non humains !

Commentaire (1)

  1. Sylvie

    Super intéressant ! Merci pour tous ces retours d’expérience

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.