De la créativité à l'innovation

Archive mensuelles: janvier 2024

Une nouvelle classe renversée… cela vous dit ?

Onzième édition ce lundi 15 janvier 2024 de la classe renversée à l’Université Catholique de Lille. Comme lors des années précédentes, les étudiants de la Licence 3 de Sciences de la Vie ont été réunis pour une présentation des objectifs et de la méthode pédagogique à laquelle ils vont être « mangées » !  Quand on veut innover en pédagogie, il ne suffit pas d’avoir une idée créative et de décider de la mettre en œuvre, On n’innove pas juste pour innover ! Il faut au contraire expliquer aux apprenants les objectifs de cette innovation pédagogique. il faut aussi leur dire qu’ils pourront participer avec vous à l’évolution de la méthode, car « innover, c’est faire avec » ! En fin de présentation, une fois répondu à toutes leurs questions, une évaluation de leurs impressions est faite par la méthode du 10/20. On leur demande quelles sont leurs meilleures impressions (20/20) et leurs pires, c’est à dire leur crainte vis-à-vis de cette méthode (0/20). Quelle que soit leur sensation générale, ils sont obligés de donner au moins un point positif et un point négatif.  En fin de questionnaire, on leur demande d’évaluer à l’aide d’un pourcentage leur envie de suivre ou pas cette nouvelle pédagogie. Découvrez… Savoir plus >

La programmite… un syndrome qui freine l’innovation pédagogique !

Les dessins sont de mon complice et ami Charles Hénin (30 novembre1942 – 29 décembre 2023) Il parait qu’il existe un syndrome, pour ne pas dire une maladie, qui empêche les enseignants d’innover, tout au moins qui peut leur poser des problèmes quand ils envisagent de transformer en profondeur leur manière d’enseigner. On parle ici de la « programmite » ! Un néologisme inspiré du monde médical et dont j’assume, de par mon profil de biologiste, être plutôt inspiré. Définir cette pathologie imaginaire consisterait à décrire un état dans lequel se trouverait un enseignant ayant comme principale obsession de respecter à 100% le programme de son enseignement et par conséquent à transmettre 100% des connaissances qu’on lui demande de dispenser dans un temps imparti, celui des heures de cours en classe. Ainsi, pour cet enseignant discipliné, aussi respectueux de la règle que de leurs consignes, imaginer ne transmettre que 90 à 95% du programme pourrait être considéré comme un faute professionnelle. Il faut absolument que toutes les notions du cours soient abordées en classe et tant pis si tous les élèves ne sont pas capables de les assimiler quitte à oublier cette maxime attribuée à Montaigne qui prétend qu’il vaut mieux une… Savoir plus >