De la créativité à l'innovation

Ecoles

Un fablab ouvert pour une école ouverte !

Et pourquoi ne pas imaginer davantage de nouveaux lieux, tiers-lieux, fablab… dans les écoles ? A condition bien sûr de les accompagner d’une véritable méthode pédagogique, ce qui n’est pas toujours le cas. L’illustration que j’ai voulu partager avec vous est un exemple de ce qu’il faut faire en la matière, c’est celle de ToutKouLeur : pour un collège upside-down and inside-out ! Une pédagogie ouverte, conceptualisée par Patrick Saoula, professeur de biotechnologie et sciences appliquées, concilie et dépasse les concepts de classe inversée, renversée et mutualisée. Les enjeux de « TouKouleur – salle ouverte » s’articulent autour de la validation de compétences transversales, de l’autonomie des élèves, d’une éducation artistique et culturelle, d’une ouverture vers l’extérieur et le développement de partenariats, d’un meilleur accompagnement des élèves dans l’évolution et l’évaluation de leurs apprentissages et d’actions pour améliorer le respect et la tolérance de chacun dans le principe de laïcité. « ToutKouleur » c’est aussi l’installation au cœur de l’établissement d’une « classe ouverte » ou 4ème lieu, véritable fablab d’innovation et d’expérimentation : les collégiens ont la possibilité d’imaginer, créer ou de participer à des activités autour de thématiques qu’ils choisissent avec une salle mettant à leur disposition le matériel et… Savoir plus >

La conférence renversée… qu’en pensent les profs ?

Une conférence renversée a été proposée à 150 enseignants de primaire, collèges et lycée, à La Roche-sur-Yon le 13 mars 2019, organisée par l’Enseignement Catholique de Vendée. La thématique était : »De la créativité à l’innovation pédagogique, comment expérimenter en changeant nos pratiques ? » et le conférencier annoncé Jean-Charles CAILLIEZ, Directeur d’HEMiSF4iRE Design School de l’Université Catholique de Lille. Les participants à cette conférence s’attendaient à une présentation PowerPoint suivie d’une séance de questions/réponses… un format très habituel, quoi de plus normal, et pour lequel un créneau de 3 heures avait été libéré. Mais rien ne s’est passé comme prévu, puisqu’il leur fût demandé de constituer en moins de 2 minutes 12 groupes de personnes ayant le même signe zodiacal, puis de construire pour chacun d’entre eux une seule diapositive en format Powerpoint illustrant le thème de la conférence. Pour les Béliers, Taureaux, Gémeaux, Cancers, Lions et Vierges, la consigne était de n’utiliser que du texte pour ces illustrations. Pour les Balances, Scorpions, Sagittaires, Capricornes, Verseaux et Poissons de n’utiliser que de l’iconographie (schémas ou photos). Au bout d’une demi-heure de production, les équipes « texte » ont été fusionnées avec les équipes « iconographie », deux à deux, pour négocier et ne produire au… Savoir plus >

Pour des entreprises apprenantes,… besoin d’une école entreprenante !

Pour des entreprises apprenantes, nous avons besoin d’une école entreprenante. Au cœur des débats et annonces récentes au sujet de notre système éducatif, deux grands reproches émergent : il ne permet pas l’acquisition de savoir jugés « fondamentaux » et il n’assure pas efficacement l’intégration dans le marché de l’emploi. Mais nous posons-nous les bonnes questions pour répondre à ces problématiques déjà anciennes ? L’école française n’est pas à la hauteur de ses ambitions. Dans les études PISA, la France occupe une position relativement stable depuis 2006 : un pays aux performances dans la moyenne de l’OCDE avec un niveau relativement homogène entre les élèves. Ce qui ne masque pas de profondes inégalités, nous sommes le pays dans lequel l’impact de l’origine sociale sur les résultats scolaires est le plus fort. Notre système scolaire est élitiste et compétitif sans pour autant favoriser l’excellence. Dans un contexte de transformations profondes, l’école de la République souffre de ses archaïsmes. Axée sur l’accumulation de savoirs théoriques, elle dévalorise les savoirs et formations pratiques. Avec des conséquences dommageables car la pénurie de techniciens spécialisés est aujourd’hui un frein majeur au retour de la croissance. Rigide et vertical, il limite également le développement des compétences à « valeur humaine… Savoir plus >