De la créativité à l'innovation

Enquête

Des doctorants qui recrutent en job dating « inversé » ! Pourquoi pas ?

Texte complet en PDF avec illustrations à télécharger sur : Job dating inversé pour des doctorants qui recrutent Peut-on imaginer des doctorants qui fassent passer un entretien d’embauche à des managers ou à des chefs d’entreprise ? Qui plus est, sur un poste de chercheur ! Sorte de « classe inversée », mais complètement adaptée à la procédure de recrutement. Le job dating « inversé », voilà peut-être une nouvelle idée pour réfléchir aux motivations à mettre en avant dans cette situation ? A méditer… Lors de la dernière journée des Doctoriales 2015, événement organisé à Marcq-en-Barœul par le Collège Doctoral « Lille Nord de France », sous la responsabilité de Laurence DUCHIEN (direction du département « Carrières et Emplois »), Nathalie BERTEAUX (direction administrative) et Aïcha AARAB (chargée de la formation doctorale), un atelier interactif et collaboratif a eu lieu le 17 avril 2015 qui a permis à une soixantaine de doctorants de disciplines différentes de s’intéresser à la manière dont les entreprises pouvaient les recruter. L’exercice original qui leur été proposé était le job dating « inversé », en d’autres termes la simulation d’entretiens d’embauche où les doctorants jouent eux-mêmes le rôle des recruteurs (direction générale, direction des ressources humaines et direction de la recherche) et ces derniers le rôle… Savoir plus >

Quand l’innovation pédagogique peut déplaire (faire peur) aux (très bons) étudiants,… Pas de panique !

Texte complet en format PDF à télécharger sur : Les étudiants n’aiment pas toujours le DIY Les étudiants aiment-ils vraiment les innovations pédagogiques ? Tout au moins peut-on (doit-on) se demander si tous les étudiants aiment toutes les innovations pédagogiques ? That is the question. Suite à la 5ème séance de mon cours de génétique moléculaire en DIY et alors qu’il en reste encore 7 à 8, certains de mes étudiants (sans doute parmi les meilleurs d’un point de vue académique) ont voulu discuter avec moi de la méthode (qu’ils avaient accepté de suivre à plus de 80% d’entre eux, quand je la leur avais présentée) et me livrer leurs impressions. S’en est donc suivie en fin de séance une discussion à bâtons rompus (vraiment forte intéressante) qui leur a permis d’échanger avec moi leurs points de vue sur l’innovation pédagogique dans laquelle ils sont engagés depuis 5 cours, soit 10 heures de travail en équipes. Au cours de cet échange, en cercle sympathique autour du professeur, seuls 5 à 6 étudiants sur les 36 présents ont osé prendre (mobilisé ?) la parole et dire clairement que bien que cette nouvelle méthode de travail leur plaise, ils se font beaucoup de… Savoir plus >

Les étudiants peuvent-ils contribuer à la production de leurs connaissances (saison 2) ?

Pour la deuxième édition de mon cours de Génétique moléculaire en « Do It Yourself », et comme je l’avais fait l’année dernière, j’ai demandé à mes étudiants de troisième année de Licence de Sciences de la Vie de bien vouloir visionner l’interview sur YouTube de François TADDEI, directeur du Centre de Recherche Interdisciplinaire (CRI) de Paris, dont le titre est : « Les élèves doivent contribuer à produire des connaissances ». Il s’agissait de les sensibiliser aux nouvelles démarches d’innovation pédagogique. Voici dans le désordre les réactions de Geoffrey, Lauren, Ariane, Eva, Charles-Henri, Aurélie, Pierre, Lison, Joséphine, Léo, Florine, Alexis, Clémence, Thibaut, Marc, Myriam, Jérôme, Elise, Foucault, Ludivine, Clément, Julien, Camille, Lucie et Alice.

Mon premier cours en classe renversée. Je l’aime,… moi non plus !

Texte complet en PDF à télécharger sur : Réactions première séance DIY (7 janvier 2015) A la fin du premier cours de génétique moléculaire en DIY (Do it Yourself), il a été demandé aux étudiants en licence 3 de sciences de la vie de la Faculté de Gestion, Economie et Sciences (FGES) de l’Université Catholique de Lille de donner leurs premiers sentiments sur la méthodologie de « classe renversée » (DIY). La consigne était d’écrire pour chacun d’entre eux, deux phrases positives et deux autres négatives. Lors de cette première séance de deux heures, les étudiants répartis en 6 groupes de 6 à 7 personnes se sont distribué des rôles de responsabilité (du groupe, de la publication des chapitres, de la collecte des informations, de l’iconographie, de la formulation des questions). Ils ont ensuite travaillé sur la constitution des plans de chacun des 6 chapitres à construire (la structure des différentes molécules d’ADN et d’ARN, la réplication et les mécanismes de réparation de l’ADN, la transcription et les modifications post-transcriptionnelles des ARN messagers, la régulation des gènes et le contrôle de la transcription, a synthèse des ARN de transfert et des ARN ribosomiques, le code génétique et la traduction des… Savoir plus >

Alors,… prêts à « renverser » la classe ? Les envies et les craintes des étudiants.

Texte téléchargeable en PDF en cliquant sur :  Réactions des étudiants L3 au DIY (2 décembre 2014) Pour la deuxième année consécutive, la pédagogie de la « classe renversée » ou « Do it Yourself »(DIY) a été présentée à des étudiants de la FGES (Faculté de Gestion, Economie et Sciences de l’Université Catholique de Lille) en troisième année de licence de sciences de la vie. Elle sera appliquée lors de leur cours de génétique moléculaire qui commencera en février 2015. Suite à cette présentation qui a duré une heure et demi, il a été demandé à ces étudiants de rédiger en quelques lignes les points qui leur apparaissent plutôt positifs (ce qui leur fait envie) ou négatifs (leurs craintes) quant à cette pédagogie interactive, voire même de faire quelques suggestions. Il leur a été aussi demandé de voter pour savoir s’ils étaient d’accord ou pas pour suivre le cours de cette manière. POINTS PERCUS COMME ETANT PLUTOT POSITIFS. Méthode interactive (x2) – recherche d’information pour bâtir son propre cours – cours vivant (x2) et créatif – groupes avec des niveaux mélangés car on peut partager les savoirs – les 15 premières minutes avec des exercices différents – les « tableaux tournants » sont une excellente… Savoir plus >

L’Ecole des Doctorants,… Kézako ?

Lors de la Journée de la Recherche (JR2014) de l’Université Catholique de Lille qui a eu lieu le 16 mai 2014, les activités de l’Ecole des Doctorants (ED2) ont été présentées aux participants. Il leur a été demandé d’écrire sur une feuille de papier, juste avant la présentation, ce qu’il en savait, puis de faire le même exercice, une fois la présentation terminée et de dire ce qu’il en avait retenu. Voici donc le résultat :

Les étudiants ont-ils aimé la pédagogie en « Do it Yourself » ?

  La question leur est posée le dernier cours. Le semestre se termine et nous sommes à quinze jours de l’examen. Qu’ont pensé les étudiants de la pédagogie en « Do it Yourself » ? Comment ont-ils vécu le cours de Génétique moléculaire en DIY ? Quelles ont été leurs principales satisfactions, déceptions,… et ont-ils des propositions d’amélioration pour l’année prochaine ? Voici leurs avis et réactions :

La peur de l’examen disparait-elle avec l’innovation pédagogique ? Sans doute pas !!!!

La peur de l’examen, le stress au moment de le passer,… peuvent-ils disparaître lorsque l’on emploie des méthodes pédagogiques innovantes ? Ou bien, est-ce le contraire ? Les innovations pédagogiques n’augmentent-elles pas le risque de stress pour une population d’étudiants tellement habituée à être interrogée de la même manière ? C’est ce que l’on a voulu savoir dans le cadre du cours de Génétique moléculaire en DIY. Comme vous l’avez lu dans les épisodes précédents, les étudiants qui construisent le cours eux-mêmes ne sont plus évalués sur la base de leurs connaissances en contrôle continu, mais sur leurs aptitudes à respecter les délais de livraison d’un chapitre et à se transmettre les chapitres d’un groupe à l’autre pour la phase d’apprentissage. Ils organisent eux-mêmes les QCM, interrogations et même le DS. La seule chose qui ne change pas est l’examen final qui sera individuel, sans document et rédigé de manière anonyme (normal pour un examen universitaire). Aussi, les étudiants commencent à se poser des questions… le stress monte ! Voici ci-dessous leurs satisfactions et leurs appréhensions quant aux méthodes d’évaluation qui leur ont été proposées pour le contrôle continu (évaluation des compétences) et pour l’examen (évaluation de connaissances) :

Et si les chercheurs d’aujourd’hui étaient les dirigeants de demain ?

J’ai trouvé intéressant de vous livrer un article de réflexion qui traite de l’émergence d’une nouvelle génération de managers issus de la recherche et qui se demande si les chercheurs peuvent devenir de bons managers ? Il est signé par Amandine BUGNICOURT (ADOC Talent Management), Catherine CHAMBON (Talents, Innovations & Cie) et Marie-Françoise MORIZUR (VIACRETIS). Ces trois auteures participent au groupe de réflexion et d’échange de pratiques « Trait d’Union » qui réunit des chercheurs et professionnels de l’accompagnement d’équipes ou de managers. Vous pouvez le télécharger sur : Chercheurs-Managers-de-Demain-VF  Cet article qui émane d’une enquête complète et référencée d’un groupe de chercheurs et entrepreneurs, « Chercheurs, Managers de demain », présente ici le résultat de leurs interviews et réflexions. Il nous explique que les chercheurs constituent un véritable vivier de compétences pour les entreprises du XXIème siècle et notamment en termes de management (ce qui n’est pas toujours dans le subconscient collectif). Parmi les atouts de la population considérée, on trouvera la capacité à vivre le changement, la capacité à analyser des problématiques complexes dans des environnements incertains, la vision à long terme et la détection des tendances émergentes, l’inter-culturalité, la pratique des contextes étrangers, la capacité à rechercher des informations et à en traiter le flux, la capacité à « sortir… Savoir plus >

Faites le cours vous-même ! Cool, bof… pas cool ! Qu’en pensent les étudiants ?

Dans un billet récent, je vous ai présenté un projet de méthode pédagogique innovante pour un enseignement de Génétique moléculaire en DIY et serious game. Celui-ci a été construit à la Faculté Libre des Sciences et Technologies (FLST) de l’Université Catholique de Lille pour des étudiants en Licence 3 « Sciences de la Vie ». Le programme de ce cours « 100% interactif » a été présenté aux étudiants lors d’une séance le 27 novembre 2013 et une première enquête a été réalisée auprès d’eux pour recueillir leurs premières impressions. Il est important d’en tenir compte pour réussir l’expérience… Voici donc leurs réactions sur ce qu’ils jugent d’une part positif et motivant et d’autre part négatif et inquiétant.