De la créativité à l'innovation

Evaluation

La classe renversée finie… les étudiants donnent leur avis !

Il faut donner la parole aux élèves quand on veut innover ! Le semestre de ma 9ème année de classe renversée est sur le point de s’achever. Comme à mon habitude, j’ai demandé à mes étudiants de m’en faire un retour sous forme d’un petit bilan argumenté. Qu’en ont-ils pensé ? Comment ont-ils vécu cette expérience de pédagogie collaborative en cours non magistral… la classe renversée ? L’année dernière, alors que tout le cours avait été organisé à distance, confinement oblige, ils m’en avait fait un retour plutôt positif. C’était inespéré tant les conditions pour le mettre en place avaient été compliquée. Mais on s’en était bien sortis ! Cette année, tout est rentré dans l’ordre à l’exception de la semaine où le COVID m’a ramené au distanciel. Mais sans réelles conséquences sur le bon déroulé de la classe puisque nous avons appris maintenant à jongler aisément entre le présentiel et le distanciel. Aussi que retenir de cette nouvelle évaluation ? Les étudiants qui ont davantage critiqué la méthode sont ceux, comme les années précédentes, qui m’ont répondu le plus rapidement et avec le plus de détails. Ce sont souvent ceux qui préfèrent les cours magistraux. Cela s’explique parce qu’ils… Savoir plus >

Les devoirs collectifs… qu’en pensent les élèves ?

Il est peu fréquent de proposer à ses élèves une épreuve d’examen ou de contrôle continu qui soit collective, c’est à dire réalisée en équipe ! C’est pourtant ce qui est devenu habituel dans la classe renversée. Ainsi le 16 mars 2022, comme chaque année depuis 8 ans un devoir non surveillé et connecté a été proposé aux étudiants de mon cours de génétique moléculaire pour leur note de contrôle continu. Ci-dessous ce qu’il en ont pensé. De plus, comme je leur attribue la même note d’équipe (note collective) quelle que soit leur implication individuelle dans le groupe, j’ai besoin de vérifier s’ils s’impliquent tous au même niveau. C’est la détection de ceux que j’appelle sans aucune méchanceté les « passagers clandestins ». Pour cela, j’utilise une version modifiée d’un test d’entreprise qui est le test du 180°   Ci-dessous les réactions de mes étudiants à la fin du DS en équipe et du test du 180°. De quoi me conforter dans la poursuite de mon innovation pédagogique qui tient compte du retour de mes étudiants. Impressions des étudiants concernant le DS en équipe : J’avais des appréhensions sur le fait de faire le DS en groupe (tous s’écouter et s’accorder), mais… Savoir plus >

La classe renversée en 100% distanciel… qu’en ont pensé les étudiants ?

Après plus de trente ans d’enseignement à l’université, je n’aurais jamais imaginé passer un semestre complet à faire cours 100% en ligne à des étudiants que je n’avais jamais vus, que je ne pourrais pas voir et que je ne verrais jamais plus ! Il aura fallu un nouveau confinement en raison de la pandémie de COVID-19 pour que je vive cela. Pour la première et dernière fois de ma carrière je l’espère ! La classe renversée qui s’inverse à distance. L’année dernière à partir de mars 2020, la situation avait été un peu différente car j’avais déjà terminé les deux tiers de mon cours en classe lorsque nous avions dû passer à distance. Je connaissais donc bien tous mes étudiants, 48 au total, et il m’a été assez facile de m’organiser avec eux pour poursuivre le semestre en distanciel. Ma classe « renversée » dans laquelle je leur demande de construire le cours en équipes, s’était ainsi transformée en classe « inversée » à distance. Cela a consisté à leur faire des mises au point sur des notions de génétique, à répondre à leurs questions pour leur apporter un renforcement de connaissances en lien avec leurs chapitres. La classe reversée en 100% distanciel…. Savoir plus >

Mes élèves détestent la classe renversée… à la folie !

Je t’aime… moi non plus ! C’est peut-être ce que je ressens chaque année depuis 5 ans quand je demande à mes étudiants de me dire ce qu’ils ont pensé de leur expérience de classe renversée. Pour la sixième année consécutive, j’ai proposé à ma promotion de troisième année de licence de biologie à la Faculté de Gestion, d’Économie et de Sciences (FGES) de l’Université Catholique de Lille une méthodologie pédagogique dans laquelle les étudiants construisent eux-même le contenu du cours. Cette année universitaire s’est encore très bien passée, même si les conditions particulières du confinement, dues à la pandémie du COVID-19, nous ont obligés à continuer à travailler à distance et donc différemment, ce qui ne nous a pas empêché de continuer l’expérience. Maintenant que le cours et les examens sont terminés… le temps est venu de faire un bilan. Cet article restitue l’évaluation du module sachant que les deux tiers ont été réalisés en présentiel, le tiers-restant sous forme d’enseignement à distance (plateforme « Big Blue Button de Moodle) pour cause de confinement. La méthode d’évaluation qui a été utilisée pour faire ce bilan est celle du « 10/20 ». Elle « oblige » les étudiants à donner… Savoir plus >

L’évaluation renversée… pour construire les savoirs !

Webinaire du 8 avril 2020 (partie 1/4 : 10 minutes) : L’évaluation renversée (partie 1/4) Webinaire du 8 avril 2020 (partie 2/4 : 10 minutes) : L’évaluation renversée (partie 2/4) Webinaire du 8 avril 2020 (partie 3/4 : 10 minutes) : L’évaluation renversée (partie 3/4) Webinaire du 8 avril 2020 (partie 4/4 : 15 minutes) : L’évaluation renversée (partie 4/4) NB: Les dessins qui illustrent toutes mes conférences et interventions sont signés par Charles HENIN Et si les méthodes d’évaluation pouvaient servir à autre chose qu’à noter les élèves ? Bizarre de penser qu’un devoir surveillé ou qu’une interrogation puisse avoir une utilité différente que celle de contrôler le niveau d’apprentissage d’un élève ! Beaucoup d’enseignants sont pourtant de cet avis qui limitent malheureusement leurs méthodes d’évaluation à celles qui permettent d’aboutir à une note, très souvent individuelle, trop souvent sur 10 ou 20 points, et qu’ils utilisent pour faire des moyennes et des classements. L’évaluation est alors réduite à une notation qui permet de se faire une idée du niveau des élèves et de celui de la classe en général. On contrôle ainsi si le programme avance bien et si la préparation de ses ouailles à l’examen se fait… Savoir plus >

Quand le coronavirus invente le « devoir renversé » confiné en équipes !

Une pandémie virale peut-elle pousser un enseignant à innover ? La lutte contre le coronavirus peut-elle obliger les profs à revoir considérablement leur façon de travailler ? C’est ce que l’on observe partout en France dans le monde de l’éducation avec la maintenant très célèbre « continuité pédagogique ». Mais tout n’est pas évident à faire en ligne, en distanciel comme on aime à le dire chez les adeptes du MOOC et du E-learning. Par exemple, comment organiser des examens ou tout simplement du contrôle continu quand on n’est pas dans la même pièce ? Et comment le faire, particulièrement, quand son enseignement est organisé de manière collaborative et que chacun des ses élèves est confiné chez lui ?Le confinement peut nous amener à plus de créativité, quelque soit la matière et il nous invite aussi à innover dans le domaine de l’évaluation. Pour un professeur de génétique moléculaire comme moi et qui de plus, a le « coronavirus »… dans son programme de cours, c’est un clin d’œil du destin ou un hasard heureux que de devoir se creuser les méninges (hémisphères droits et gauches), pour trouver une solution. Comment continuer à « renverser » ma classe à distance pour mon contrôle continu alors que… Savoir plus >

10/20… la note idéale pour progresser en innovation pédagogique !

Comment innover en pédagogie de manière efficace, c’est à dire avec ses élèves ? Comment réussir dans cette gageur lorsque l’on est enseignant et que l’on propose à ses élèves une nouvelle méthode de travail ? Avant de partager avec vous la méthode qui été imaginée dans ce domaine par la classe renversée, laissez-moi vous inviter à résoudre une petite énigme. Essayer de trouver la solution à cette question curieuse qui m’a été posée un jour et ne m’a pas laissé indifférent ! Pour cela, je vous plonge dans la situation qui a été la mienne, il y a quelques années de cela, à l’occasion d’un atelier collaboratif auquel je participais avec des chefs d’entreprise désireux de mieux connaître les jeunes diplômés amenés à être embauchés chez eux. Un expert des générations X, Y et autres Z demanda aux participants de répondre à une question quelque peu énigmatique. Il nous était permis pour cela de réfléchir en groupe, mais aussi de se connecter sur internet si nécessaire, pour trouver la solution. Une dizaine de minutes nous a alors été octroyée pour répondre à cette question : « En 1492, il se passa dans l’histoire de l’humanité deux événements extraordinaires, deux… Savoir plus >

Au revoir les notes sur 20,… la classe renversée préfère les bons points !

Dans la classe renversée, puisque les étudiants produisent eux-mêmes le cours en se connectant sur internet ou en consultant des ouvrages disciplinaires, il n’est plus nécessaire de focaliser le contrôle continu sur la seule évaluation de leurs connaissances. On réservera cela à l’examen final. La méthode de contrôle continu qui est choisie est alors celle de l’attribution de points, additionnables sans maximum de manière à obtenir des scores à la place de la sempiternelle note sur 20. Utiliser des points en guise de scores, comme on utilisait auparavant à l’école primaire des « bons points » n’est pas un problème. Il est toujours possible ensuite de les transformer en notes sur 20 à la fin du module, ne serait-ce que pour pouvoir les moyenner, éventuellement, avec celles d’un devoir surveillé ou d’un exposé qui serait noté en conditions « normales ». Les scores correspondent à une addition de points que les étudiants obtiennent, soit à titre individuel, soit par le travail en équipe. Ils constituent un véritable capital qui ne demande qu’à être bonifié.

Les étudiants sont-ils prêts à être évalués de manière innovante ? Leur avis après un semestre de classe renversée.

Peut-on faire de l’innovation pédagogique sans changer son mode d’évaluation ? Cela semble peu probable, pour ne pas dire impossible. Ceci dit, on ne choisit pas toujours le mode d’évaluation final qui est généralement imposé par la formation. Il faut alors essayer d’innover lors du contrôle continu qui est souvent plus libre, c’est-à-dire laissé à l’initiative de l’enseignant. Dans la classe renversée telle que nous l’avons expérimentée à Lille, le contrôle continu est consacré presqu’exclusivement au mode d’organisation de chaque groupe d’étudiants, au comportement et à l’implication de ses membres pendant les séances, au respect des livrables. Le contrôle des connaissances y est inclus de manière plus exceptionnelle. Il se fait notamment par des interrogations posées à chaque groupe avec attente de réponse collective. Une seule note est donnée par groupe, mais avec un système de bonus (participatif) et malus (absence non justifiée, par exemple) permettant de moduler l’évaluation d’un étudiant à l’autre.

L’évaluation inversée,… une autre façon d’aborder l’innovation pédagogique !

A lire ci-dessous, une interview de Jean-Charles CAILLIEZ par Aurore ABDOUL-MANINROUDINE (AEF) intitulée : « L’évaluation inversée permet d’évaluer les compétences et non les connaissances » À l’Université catholique de Lille, « nous avons décidé de changer certaines de nos approches en essayant de partir de l’évaluation pour aborder l’innovation pédagogique », indique Jean-Charles Cailliez, vice-président Innovation et développement de l’université et directeur du Laboratoire d’Innovation Pédagogique (LIP), dans un entretien à AEF le 12 janvier 2015. « En effet, poursuit-il, innover dans l’évaluation oblige à faire évoluer son enseignement. L’inverse n’est pas vrai. » Il revient notamment sur les expérimentations d’ »évaluation inversée » menées dans le cadre de son cours de génétique moléculaire de L3 depuis l’an dernier : « Les étudiants construisent le cours eux-mêmes et le professeur qui les accompagne peut se transformer en ‘étudiant‘. Ce changement de posture va permettre aux étudiants d’évaluer ses connaissances et à ce dernier d’évaluer en retour leurs compétences ». Do it Yourself ! Des étudiants de L3 ont expérimenté le 13 février 2014, lors d’un cours de génétique moléculaire, « un DS dans lequel le rôle de l’enseignant se limite à ouvrir la porte aux étudiants, les laisser s’organiser de manière autonome et à attendre les notes en fin d’épreuve« …. Savoir plus >