De la créativité à l'innovation

Expérience

Renverser la classe… à chacun sa manière !

Il y a autant de classes renversées que de classes inversées. Cela peut paraître évident, mais il est toujours bon de le rappeler. En effet, plutôt que de vouloir « copier-coller » une nouvelle méthode que l’on trouve pertinente et qui répond aux objectifs que l’on se donne en matière d’innovation pédagogique, il est bien plus efficace de se limiter à s’en inspirer. C’est le contexte de sa classe, ou de son amphi, bien plus que sa matière (même si la nature de celle-ci entre aussi en ligne de compte) qui nécessite de créer soi-même son approche innovante, qu’elle soit renversée ou pas. A titre d’exemple, vous trouverez ci-dessous des descriptions de classes renversées, même si elles n’en portent pas toujours le nom, qui ont été expérimentées dans des contextes différents, que ce soit pour les matières enseignées ou le niveau des élèves concernés. Dans tous les cas, on peut considérer qu’il s’agit de classes renversées, et non uniquement inversées, car le contenu du cours n’est pas livré aux apprenants. Il est conçu par eux-mêmes en totalité ou en partie. L’enseignant va donc endosser une autre posture, tout au moins durant les séances dites « non académiques », qui peut se rapprocher de celle… Savoir plus >

Création d’un cours de Smurtz en atelier pédagogique hybride !

A l’occasion d’une journée d’immersion à l’Université Catholique de Lille, une quinzaine d’enseignants de lycées des Hauts-de-France a participé le 17 novembre 2021 à un atelier pédagogique organisé par HEMiSF4iRE au cours duquel il leur a été proposé d’inventer ensemble un nouveau cours, transdisciplinaire, baptisé cours de « Smurtz », terme ne voulant rien dire en soi, mais dont on peut faire ce que l’on veut. Pour cela, une méthode de travail co-élaborative (codesign) a été menée en regroupant les participants en 3 équipes (deux en présentiel et la troisième avec des participants à distance) et pour un temps de travail de seulement 2 heures et 30 minutes. Pas assez long pour produire de véritables modules, mais suffisant pour se rendre compte de la puissance créative que peuvent mobiliser des enseignants quand on les stimule à créer ensemble, bref, quand on les invite à décloisonner ! Des enseignants aux profils variés. En guise de brise-glace, on a demandé à chaque participant de se définir en une seule phrase de 7 mots, sans indiquer ni leur nom, ni leur prénom. Ce qui a donné : Biologiste curieux de tout et soucieux d’innover – Je suis enseignante de SVT en lycée – Je… Savoir plus >

Et si l’on renversait l’amphi pour un cours magistral plus collaboratif ?

Peut-on imaginer renverser un amphithéâtre de 120 étudiants pour rendre son cours magistral plus collaboratif ? That is the question ! Tout au moins celle que je me pose depuis un mois, plus exactement quand on m’a demandé de construire pour le prochain semestre un nouveau cours en faculté de médecine. Contrairement à ce que je fais d’habitude dans ce blog, c’est à dire partager avec mes lecteurs des expériences en cours, je vais m’essayer à présenter un projet de pédagogie innovante, tel que je viens de l’imaginer, mais qui ne verra le jour qu’à partir du mois de janvier prochain. Pratiquant la classe renversée depuis 2013 dans mon cours de génétique moléculaire en licence de biologie, je ne me suis jamais posé la question d’innover aussi en amphi de médecine et ceci pour deux raisons. J’y préparais mes étudiants au concours de PACES, aujourd’hui en PASS, et j’en avais bien trop devant moi, jusqu’à 650 candidats il y a deux ans, avant la réforme et les deux confinements dus au COVID-19. Aussi, cette année, lorsque l’on m’a demandé de créer un nouveau cours de biologie cellulaire pour des étudiants en deuxième année de Licence Santé, donc toujours en lice… Savoir plus >

La classe renversée en 100% distanciel… qu’en ont pensé les étudiants ?

Après plus de trente ans d’enseignement à l’université, je n’aurais jamais imaginé passer un semestre complet à faire cours 100% en ligne à des étudiants que je n’avais jamais vus, que je ne pourrais pas voir et que je ne verrais jamais plus ! Il aura fallu un nouveau confinement en raison de la pandémie de COVID-19 pour que je vive cela. Pour la première et dernière fois de ma carrière je l’espère ! La classe renversée qui s’inverse à distance. L’année dernière à partir de mars 2020, la situation avait été un peu différente car j’avais déjà terminé les deux tiers de mon cours en classe lorsque nous avions dû passer à distance. Je connaissais donc bien tous mes étudiants, 48 au total, et il m’a été assez facile de m’organiser avec eux pour poursuivre le semestre en distanciel. Ma classe « renversée » dans laquelle je leur demande de construire le cours en équipes, s’était ainsi transformée en classe « inversée » à distance. Cela a consisté à leur faire des mises au point sur des notions de génétique, à répondre à leurs questions pour leur apporter un renforcement de connaissances en lien avec leurs chapitres. La classe reversée en 100% distanciel…. Savoir plus >

Quand le lycée renverse sa classe, comme à l’université !

Pour découvrir en détail l’expérience présentée ici, cliquez sur : Classe renversée de Marianne MAUGARD Pensez-vous que la classe renversée ne puisse se faire qu’à l’université ? Croyez-vous qu’elle nécessite tellement de prérequis et d’autonomie que seuls des étudiants de licence puissent la pratiquer ? C’est souvent ce que l’on me dit quand je partage mon expérience en conférence ou lors d’ateliers pédagogique : « Avec des étudiants comme les vôtres et en génétique, je comprends que cela fonctionne, mais je n’imagine pas faire cela au lycée, au collège ou même en primaire« … et pourtant ? La première réaction de bon nombre d’enseignants est souvent de se dire que cela n’est pas reproductible partout et avec tous types d’élèves ou même toutes sortes de matières. En réalité, il ne s’agit pas de reproduire à l’identique (de « copier-coller’) une innovation pédagogique que l’on trouve intéressante, mais seulement de s’en inspirer. Preuve en est que la classe renversée telle qu’elle est pratiquée à l’université peut aussi trouver sa place en CM1 à l’image de « Ma classe décolle » dont je vous avais déjà parlée lors d’un post précédent. Ce témoignage parmi d’autres me semble vraiment utile pour que tout le monde puisse se dire… Savoir plus >

Comment prototyper à distance avec ses élèves dans un cours hybridé ?

Accédez à la vidéo de l’atelier en cliquant sur : Comment hybrider son cours avec du prototypage à distance ?  Amène ton blème épisode #2 ! Dans la suite de l’atelier ayant été organisé le 13 janvier dernier (épisode #1), un nouveau RDV a été proposé le 9 février 2021 par HÉMiSF4iRE Design School à des participants motivés (enseignants et/ou formateurs) que celui de trouver des solutions aux problèmes d’un enseignant ayant essayer d’innover en classe (ou à distance dans le cas de ce nouvel atelier). Le concept des ateliers « Amène ton blème » est toujours celui des « failcamps » qui conduisent au succès par échanges constructifs autour de l’échec. Cette fois-ci, c’est Emilie LEBRUN Designer chez HEMiSF4iRE qui s’est proposée à partager le problème qu’elle a rencontré dans le cadre de son module d’ouverture en « Design thinking et Créativité » avec 35 étudiants de la Faculté de Gestion, Economie et Sciences (FGES) de l’Université Catholique de Lille. Il s’agissait pour elle, en raison des conditions de règles sanitaires strictes qui l’avaient obligée à diviser sa promotion en deux groupes, de mener en synchrone son cours de prototypage avec des étudiants en face à face (présentiel) et d’autre à distance. Pour corser l’affaire,… Savoir plus >

Amène ton blème !

Cliquez sur ce lien pour vivre ou revivre en mode vidéo la discussion d’Amène ton blème #1  Amène ton blème ! Viens donc avec tes échecs, en particulier ceux que tu as eus en tentant d’innover en classe, et parlons-en de manière à trouver une solution. Telle est la proposition de ce nouveau format d’atelier collaboratif, particulièrement original, qui a été imaginé par HÉMiSF4iRE Design School, dès le début de cette année 2021. Le concept est celui des « failcamps » qui conduisent au succès par échanges constructifs autour de l’échec. En deux mots, des acteurs de terrain viennent présenter leurs échecs lors de tentatives d’innovation pédagogique pour une résolution de problèmes qui se fait en équipes et de manière collaborative. Le premier #ATB, reporté ici, a eu lieu le mercredi 13 janvier 2021 de 16h à 17h30. Les inscriptions libres avaient été enregistrées sur une billetterie  https://lnkd.in/dSppvHu de manière à recevoir le lien Zoom. Merci à Carole BLARINGHEM, directrice de l’innovation pédagogique chez HEMiSF4iRE et première « apporteuse de blème », pour avoir accepté d’essuyer les plâtres et à la quarantaine de participants (ils étaient 70 inscrits en ligne) qui ont accepté de jouer le jeu pour challenger ce premier prototype de failcamp. Le… Savoir plus >

La classe renversée en ZIY !

Cette année, la classe renversée va entrer dans sa 8ème année d’existence et ce sera en « Zoom it Yourself » ! Jusqu’alors, elle s’était « contentée » de vivre en présentiel, c’est à dire dans une salle de classe avec 8 équipes de 6 étudiants à qui on a demandé de construire le cours par eux-mêmes et non plus de le suivre de manière classique… c’est à dire dispensé au tableau par le professeur, bien ancré sur son estrade. Bien sûr, l’année dernière avec le confinement de mars-juin 2020, la méthode avait dû s’adapter au confinement et passer à 100% en distanciel. Une classe renversée en continuité pédagogique ! Seulement, c’était après avoir commencer le travail en classe avec des étudiants en présentiel qui avaient eu le temps de construire les chapitres du cours pendant deux mois, puis de continuer à distance en utilisant la plateforme « Big Blue Button » sur Moodle. L’examen, lui-aussi à distance s’était bien déroulé. Ouf… une bonne chose de faite ! Ceci-dit, cette année, les conditions sont vraiment différentes. Tout d’abord, les étudiants sont au nombre de 64 au lieu de 48 et le challenge imposé par les conditions sanitaires dues à la pandémie de COVID-19 est de commencer… Savoir plus >

Ma classe décolle !

Accès à la vidéo : https://youtu.be/CWMM1nbIGyk Y a-t-il un âge pour faire décoller sa classe ? Doit-on attendre les dernières années d’étude pour être enfin capable d’apprendre à travailler ensemble ? Souvent, lorsque je décris ma classe renversée dans laquelle mes étudiants construisent par eux-mêmes le cours de génétique moléculaire, on me dit que cela n’est possible que parce qu’ils sont en licence de biologie et déjà maîtres de beaucoup de connaissances (les prérequis indispensables pour pouvoir résoudre toutes problématiques en lien avec la matière enseignée), voire d’autonomie et de capacité à travailler ensemble. On me dit que cette méthode est intéressante, mais qu’elle ne peut pas être menée avec des élèves n’ayant pas encore eu le baccalauréat ! En effet, comment imaginer que des élèves puissent construire un contenu de cours en équipe et le travailler de manière collaborative alors que l’enseignant ne leur a pas livré la connaissance toute prête à consommer lors du fameux cours magistral ? Cela parait logique…   L’expérience que je relais ici est peut-être une première réponse aux interrogations justifiées qui me sont adressées depuis des années, au fur et à mesure des partages d’expériences que je mène avec de nombreux enseignants « inverseurs »,… Savoir plus >

Un jeu de rôle universitaire pour une résolution à l’ONU !

Cliquez sur ce lien pour accéder à la résolution : Résolution_MUN_20 Des étudiants peuvent-ils rédiger une résolution à l’Assemblée Générale des Nations Unies ? Sont-ils capables de travailler en équipe, dans le cadre d’un jeu de rôle, pour rédiger une résolution qui n’a rien à envier à celles qui sont réellement votées à New-York ? La réponse à cette question est positive, qui vous est apportée par l’expérience, menée de puis 2011 à l’Université Catholique de Lille par Anne-Sophie LOISON, designer pédagogique chez HEMiSF4iRE Design School. La semaine du 10 décembre 2020 sous sa houlette, 120 étudiants du Model United Nations (MUN) ont relevé le défi de réaliser, cette année à 100% en ligne, une simulation de débat à l’Assemblé Générale des Nations Unies. Au terme de 4 séances de préparation, dont une mémorable avec le truculent Bruno Parmentier, les étudiants, regroupés en délégation internationales et devenus diplomates le temps d’une journée, se sont entendus pour livrer au monde des solutions afin de « Nourrir l’humanité durablement ». Qu’est-ce que le MUN ?  Le MUN, acronyme de Model United Nations, ou Modélisation des Nations Unies en français, est un authentique jeu de rôle de diplomatie multilatérale qui consiste à reproduire les… Savoir plus >