De la créativité à l'innovation

Expérience

Mes étudiants ont-ils aimé la saison 2 de l’amphi renversé ?

Qu’ont pensé mes étudiants de l’amphi renversé ? Comment ont-ils vécu de mon expérience d’introduire en cours magistral un exercice collaboratif directement inspiré de ma classe renversée et qui plus est, cette fois-ci, devant près de 150 d’entre eux ? L’année dernière déjà, pour la première édition de cette expérience, leurs prédécesseurs avaient fait, en fin de semestre, le même exercice d’évaluation. La méthode pour recueillir leur avis est toujours la même, celle du 10/20 qui permet d’obtenir de chacun d’entre eux à la fois des points de satisfaction et d’insatisfaction. Ces derniers permettant à l’enseignant de progresser dans la transformation régulière de l’innovation. Pour rappel de la méthode, chaque séance de 2 heures de cours est découpée en 2 x 50 minutes, le premier temps très collaboratif et le deuxième, après la pause, purement transmissif. Au début du cours, on commence par demander aux étudiants de se regrouper, sans forcément changer de place, pour former de petits groupes de 4 à 5 au maximum, plutôt avec leurs voisins les plus proches dans l’amphi. Une seule question leur est alors posée. Elle est toujours en lien avec la thématique du chapitre et concerne un point important de celui-ci. Les étudiants… Savoir plus >

Ceci n’est pas un bus… mais de la pédagogie itinérante !

La vidéo interview décrivant le projet est disponible sur le site YouTube du MediaLab. de la FLSH : https://youtu.be/TviqseQ54y4 Ceci n’est pas un bus… mais un propulseur de talents ! Voilà qui est affiché très clairement sur les deux flans du bus de l’École de la Deuxième Chance (E2C) du Grand-Hainaut dirigée par Cathy DUCROCQ. Ce projet de transformer un autocar (car ce n’est pas un autobus !) en salle de travail collaboratif à destination des stagiaires de l’E2C a conduit à un partenariat avec notre équipe HEMiSF4iRE  de l’Université Catholique de Lille. Comment utiliser ce formidable outil en pédagogie itinérante ? Tel est le challenge qui nous a été proposé ! Ce véhicule utilitaire capable de transporter 18 personnes et équipé de numérique dans trois types d’aménagements différents de l’espace (une salle réunion de 7 à 8 personnes, 4 carrés de travail pour 4 personnes et une salle isolée pour un face-à-face) s’avère être un laboratoire mobile de pédagogie expérimentale assez unique. A l’occasion de MOSAIC Lille 2023, notre École de Printemps en Management de la Créativité qui en est à sa 8ème édition, nous avons testé l’usage ce ce bus en y montant et animant un atelier collaboratif… Savoir plus >

11 profs dans la même classe… qui enseignent en même temps !

Imaginez une salle de classe dans laquelle 11 profs, chacun devant son tableau, donneraient en même temps des explications de cours à une soixantaine d’élèves… dont le professeur attitré lui-même ! Ubuesque, non ? Et bien, c’est pourtant ce que l’on observe dans la classe renversée quand des étudiants en licence de biologie qui construisent le cours eux-mêmes leur cours de génétique moléculaire doivent à un moment donné expliquer à leurs camarades de classe ce qu’ils ont compris. La méthode imaginée pour cet exercice est la suivante. On demande à chaque équipe, constituée de 6 étudiants, de lire attentivement un chapitre du cours qui a été rédigé par une autre équipe. Cela représente environ une vingtaine de pages, ou même une quarantaine dans le cas de ma classe car chaque chapitre a été construit par deux équipes différentes, donc doublé. Ce travail de lecture est fait « à la maison », suite à des consignes par mail du professeur qui  attribue à chaque équipe un chapitre donné. Une fois en classe, on donne aux étudiants un temps de 45 minutes pour compléter en équipe le chapitre qui été lu avec un paragraphe traitant un manque ou une incompréhension. Ils doivent pour cela… Savoir plus >

Deux étudiantes et leur prof… c’était comment le cours à l’envers ?

Cliquez ici pour accéder à la vidéo : « Alors, c’était comment la classe renversée ?«  De la classe renversée à l‘amphi collaboratif, est-il possible de faire un parallèle en matière d’innovation pédagogique ? Et surtout, qu’ont pensé de ce « cours à l’envers » deux étudiantes Inès et Gadielle, respectivement en deuxième et troisième année de licence, ayant suivi leur cours de biologie cellulaire ou de génétique moléculaire avec l’une de ces deux méthodes pédagogiques… toujours avec le même prof ? Inès MOROUCHE, étudiante en Licence 3 de Biologie à la Faculté de Gestion, d’Économie et des Sciences et Gadielle AGOUTE, étudiante en Licence 2 Parcours Santé de la Faculté de Médecine et Maïeutique, toutes deux à l’Université Catholique de Lille donnent leur avis en quelques minutes sur l’expérience vécue en cours cette année 2021-2022. Merci à elles pour leur participation à cette interview. De manière à étoffer ce qu’elles partagent avec nous dans cette vidéo, il vous est possible de retrouver en cliquant sur ces deux nouveaux liens les avis positifs et négatifs de leurs camarades de classe, soit 67 étudiants de L3 pour la classe renversée et ceux de 54 étudiants de L2 pour l’amphi collaboratif PS : Merci à… Savoir plus >

Interview de la classe renversée… une autre façon de la découvrir !

Retrouvez l’interview en cliquant sur : La classe renversée ! Si vous désirez découvrir différemment la classe renversée et comment elle a été imaginée, puis mise en place à la Faculté de Gestion, Économie et Sciences (FGES) de l’Université Catholique de Lille, je vous invite à suivre cette interview que j’ai donnée pour Les Adultes de demain qui est un pod-cast sur l’éducation bienveillante et la parentalité. Merci à Stéphanie d’Esclaibes pour m’avoir sollicité dans cet exercice que j’ai eu beaucoup de plaisir à partager avec elle. Je reviendrai vers vous prochainement avec un autre témoignage sous forme d’interview, celui d’étudiants qui ont suivi cette pédagogie collaborative. En attendant, vous pouvez lire leurs réactions une fois la classe renversée terminée.

La classe renversée finie… les étudiants donnent leur avis !

Il faut donner la parole aux élèves quand on veut innover ! Le semestre de ma 9ème année de classe renversée est sur le point de s’achever. Comme à mon habitude, j’ai demandé à mes étudiants de m’en faire un retour sous forme d’un petit bilan argumenté. Qu’en ont-ils pensé ? Comment ont-ils vécu cette expérience de pédagogie collaborative en cours non magistral… la classe renversée ? L’année dernière, alors que tout le cours avait été organisé à distance, confinement oblige, ils m’en avait fait un retour plutôt positif. C’était inespéré tant les conditions pour le mettre en place avaient été compliquée. Mais on s’en était bien sortis ! Cette année, tout est rentré dans l’ordre à l’exception de la semaine où le COVID m’a ramené au distanciel. Mais sans réelles conséquences sur le bon déroulé de la classe puisque nous avons appris maintenant à jongler aisément entre le présentiel et le distanciel. Aussi que retenir de cette nouvelle évaluation ? Les étudiants qui ont davantage critiqué la méthode sont ceux, comme les années précédentes, qui m’ont répondu le plus rapidement et avec le plus de détails. Ce sont souvent ceux qui préfèrent les cours magistraux. Cela s’explique parce qu’ils… Savoir plus >

On innove pour, mais surtout aussi… avec ses élèves !

En matière d’innovation, l’usager a toujours raison ! Dit autrement, on s’accorde à penser qu’il est nécessaire, pour ne pas dire obligatoire, de demander régulièrement l’avis des usagers, surtout quand on leur propose une innovation. Cela parait évident puisque ce sont ces usagers qui font usage du produit ou du service que l’on a imaginé pour eux et que leur avis devient alors primordial au fur et à mesure qu’ils avancent dans son utilisation. Comme ferait-on d’ailleurs pour progresser dans l’amélioration d’un service si l’on restait insensible, pour ne pas dire sourd, à leur feed-back ? Impensable ! Dans le monde de l’éducation, par contre, cela n’est pas aussi évident. Lorsque l’on décide d »innover en pédagogie, très souvent pour le « bien » de ses élèves, on n’a pas toujours, loin de là, le réflexe ou l’habitude de leur demander leur avis. Puis que l’on a construit l’innovation pour eux et que l’on est expert dans la matière que l’on enseigne, notre innovation ne peut que leur convenir. Au pire, on leur expliquera que c’est pour leur bien. Qu’ils nous fassent confiance, après tout ! A l’occasion d’un cours en amphi imaginé en mode collaboratif, et dont je vous ai déjà retourné… Savoir plus >

Un « cours brouillon » pour donner du goût à l’amphi !

En novembre dernier, j’avais imaginé de renverser mon amphi pour un nouveau cours de biologie cellulaire en faculté de médecine qui se voulait plus collaboratif. Et bien voilà qui est fait ! De manière humoristique, j’ai retenu que la critique majeure de certains mes étudiants avait été qu’il avaient trouvé le cours « brouillon ». Une perche tendue pour le titre de ce post, car de manière évidente, ils ont été une très grande majorité à me remercier à la fin de la séance pour le niveau d’interactivité obtenu, ce qui est très rare en cours magistral, qui plus est de médecine. Bref, une innovation pédagogique qui leur a donné envie de travailler ensemble et avec le professeur… de quoi  donner un goût nouveau au cours magistral ! Ci-dessous les réactions positives et négatives de mes 130 étudiants, suite à la première séance qui a eu lieu ce mardi 22 février 2022, date facile à retenir car palindromique (22.02.2022) ! La consigne qui leur a été donnée en fin de séance était celle de la note du 10/20, la meilleure façon de suivre la perception d’une innovation par les usagers eux-mêmes ! Impressions positives : J’ai bien aimé la première partie d’interaction… Savoir plus >

Les liaisons dangereuses… pour innover sous forme d’intrigue !

Télécharger ici les défis du jeu des liaisons dangereuses : jeu des liaisons dangereuses Un peu d’intrigue et une certaine dose d’humour en pédagogie, voilà peut-être le secret pour innover dans sa pédagogie ? Qui plus est, quand une innovation plutôt originale et efficace à la fois peut donner envie aux enseignants de s’inspirer, pourquoi ne pas la partager avec vous ? C’est ce que je vous propose ici en vous présentant une innovation pédagogique imaginée dans un cours de chimie, puis mise en place avec ses élèves, par l’une de mes collègues Cécile VATIN enseignante au Lycée Général Technologique et Professionnel Henri DARRAS à Liévin (Hauts-de-France). Dans le cadre de travaux pratiques consacrés à la découverte de la méthode VSEPR, ses étudiants de BTS ABM1 ont été invités à bâtir les étapes de la méthode sous forme d’un jeu intitulé « Les liaisons dangereuses« , tout cela sur le ton de l’humour avec une classe très sérieuse et mâture ! Chaque binôme ou trinôme (au nombre de 5) a reçu un défi à relever bien souvent rédigé sous la forme d’une énigme de quelques lignes, écrite avec un langage à double sens (littéraire et scientifique), le tout sur une carte imprimée… Savoir plus >

Renverser la classe… à chacun sa manière !

Il y a autant de classes renversées que de classes inversées. Cela peut paraître évident, mais il est toujours bon de le rappeler. En effet, plutôt que de vouloir « copier-coller » une nouvelle méthode que l’on trouve pertinente et qui répond aux objectifs que l’on se donne en matière d’innovation pédagogique, il est bien plus efficace de se limiter à s’en inspirer. C’est le contexte de sa classe, ou de son amphi, bien plus que sa matière (même si la nature de celle-ci entre aussi en ligne de compte) qui nécessite de créer soi-même son approche innovante, qu’elle soit renversée ou pas. A titre d’exemple, vous trouverez ci-dessous des descriptions de classes renversées, même si elles n’en portent pas toujours le nom, qui ont été expérimentées dans des contextes différents, que ce soit pour les matières enseignées ou le niveau des élèves concernés. Dans tous les cas, on peut considérer qu’il s’agit de classes renversées, et non uniquement inversées, car le contenu du cours n’est pas livré aux apprenants. Il est conçu par eux-mêmes en totalité ou en partie. L’enseignant va donc endosser une autre posture, tout au moins durant les séances dites « non académiques », qui peut se rapprocher de celle… Savoir plus >