De la créativité à l'innovation

Expérience

La classe renversée en 100% distanciel… qu’en ont pensé les étudiants ?

Après plus de trente ans d’enseignement à l’université, je n’aurais jamais imaginé passer un semestre complet à faire cours 100% en ligne à des étudiants que je n’avais jamais vus, que je ne pourrais pas voir et que je ne verrais jamais plus ! Il aura fallu un nouveau confinement en raison de la pandémie de COVID-19 pour que je vive cela. Pour la première et dernière fois de ma carrière je l’espère ! La classe renversée qui s’inverse à distance. L’année dernière à partir de mars 2020, la situation avait été un peu différente car j’avais déjà terminé les deux tiers de mon cours en classe lorsque nous avions dû passer à distance. Je connaissais donc bien tous mes étudiants, 48 au total, et il m’a été assez facile de m’organiser avec eux pour poursuivre le semestre en distanciel. Ma classe « renversée » dans laquelle je leur demande de construire le cours en équipes, s’était ainsi transformée en classe « inversée » à distance. Cela a consisté à leur faire des mises au point sur des notions de génétique, à répondre à leurs questions pour leur apporter un renforcement de connaissances en lien avec leurs chapitres. La classe reversée en 100% distanciel…. Savoir plus >

Quand le lycée renverse sa classe, comme à l’université !

Pour découvrir en détail l’expérience présentée ici, cliquez sur : Classe renversée de Marianne MAUGARD Pensez-vous que la classe renversée ne puisse se faire qu’à l’université ? Croyez-vous qu’elle nécessite tellement de prérequis et d’autonomie que seuls des étudiants de licence puissent la pratiquer ? C’est souvent ce que l’on me dit quand je partage mon expérience en conférence ou lors d’ateliers pédagogique : « Avec des étudiants comme les vôtres et en génétique, je comprends que cela fonctionne, mais je n’imagine pas faire cela au lycée, au collège ou même en primaire« … et pourtant ? La première réaction de bon nombre d’enseignants est souvent de se dire que cela n’est pas reproductible partout et avec tous types d’élèves ou même toutes sortes de matières. En réalité, il ne s’agit pas de reproduire à l’identique (de « copier-coller’) une innovation pédagogique que l’on trouve intéressante, mais seulement de s’en inspirer. Preuve en est que la classe renversée telle qu’elle est pratiquée à l’université peut aussi trouver sa place en CM1 à l’image de « Ma classe décolle » dont je vous avais déjà parlée lors d’un post précédent. Ce témoignage parmi d’autres me semble vraiment utile pour que tout le monde puisse se dire… Savoir plus >

Comment prototyper à distance avec ses élèves dans un cours hybridé ?

Accédez à la vidéo de l’atelier en cliquant sur : Comment hybrider son cours avec du prototypage à distance ?  Amène ton blème épisode #2 ! Dans la suite de l’atelier ayant été organisé le 13 janvier dernier (épisode #1), un nouveau RDV a été proposé le 9 février 2021 par HÉMiSF4iRE Design School à des participants motivés (enseignants et/ou formateurs) que celui de trouver des solutions aux problèmes d’un enseignant ayant essayer d’innover en classe (ou à distance dans le cas de ce nouvel atelier). Le concept des ateliers « Amène ton blème » est toujours celui des « failcamps » qui conduisent au succès par échanges constructifs autour de l’échec. Cette fois-ci, c’est Emilie LEBRUN Designer chez HEMiSF4iRE qui s’est proposée à partager le problème qu’elle a rencontré dans le cadre de son module d’ouverture en « Design thinking et Créativité » avec 35 étudiants de la Faculté de Gestion, Economie et Sciences (FGES) de l’Université Catholique de Lille. Il s’agissait pour elle, en raison des conditions de règles sanitaires strictes qui l’avaient obligée à diviser sa promotion en deux groupes, de mener en synchrone son cours de prototypage avec des étudiants en face à face (présentiel) et d’autre à distance. Pour corser l’affaire,… Savoir plus >

Amène ton blème !

Cliquez sur ce lien pour vivre ou revivre en mode vidéo la discussion d’Amène ton blème #1  Amène ton blème ! Viens donc avec tes échecs, en particulier ceux que tu as eus en tentant d’innover en classe, et parlons-en de manière à trouver une solution. Telle est la proposition de ce nouveau format d’atelier collaboratif, particulièrement original, qui a été imaginé par HÉMiSF4iRE Design School, dès le début de cette année 2021. Le concept est celui des « failcamps » qui conduisent au succès par échanges constructifs autour de l’échec. En deux mots, des acteurs de terrain viennent présenter leurs échecs lors de tentatives d’innovation pédagogique pour une résolution de problèmes qui se fait en équipes et de manière collaborative. Le premier #ATB, reporté ici, a eu lieu le mercredi 13 janvier 2021 de 16h à 17h30. Les inscriptions libres avaient été enregistrées sur une billetterie  https://lnkd.in/dSppvHu de manière à recevoir le lien Zoom. Merci à Carole BLARINGHEM, directrice de l’innovation pédagogique chez HEMiSF4iRE et première « apporteuse de blème », pour avoir accepté d’essuyer les plâtres et à la quarantaine de participants (ils étaient 70 inscrits en ligne) qui ont accepté de jouer le jeu pour challenger ce premier prototype de failcamp. Le… Savoir plus >

La classe renversée en ZIY !

Cette année, la classe renversée va entrer dans sa 8ème année d’existence et ce sera en « Zoom it Yourself » ! Jusqu’alors, elle s’était « contentée » de vivre en présentiel, c’est à dire dans une salle de classe avec 8 équipes de 6 étudiants à qui on a demandé de construire le cours par eux-mêmes et non plus de le suivre de manière classique… c’est à dire dispensé au tableau par le professeur, bien ancré sur son estrade. Bien sûr, l’année dernière avec le confinement de mars-juin 2020, la méthode avait dû s’adapter au confinement et passer à 100% en distanciel. Une classe renversée en continuité pédagogique ! Seulement, c’était après avoir commencer le travail en classe avec des étudiants en présentiel qui avaient eu le temps de construire les chapitres du cours pendant deux mois, puis de continuer à distance en utilisant la plateforme « Big Blue Button » sur Moodle. L’examen, lui-aussi à distance s’était bien déroulé. Ouf… une bonne chose de faite ! Ceci-dit, cette année, les conditions sont vraiment différentes. Tout d’abord, les étudiants sont au nombre de 64 au lieu de 48 et le challenge imposé par les conditions sanitaires dues à la pandémie de COVID-19 est de commencer… Savoir plus >

Ma classe décolle !

Accès à la vidéo : https://youtu.be/CWMM1nbIGyk Y a-t-il un âge pour faire décoller sa classe ? Doit-on attendre les dernières années d’étude pour être enfin capable d’apprendre à travailler ensemble ? Souvent, lorsque je décris ma classe renversée dans laquelle mes étudiants construisent par eux-mêmes le cours de génétique moléculaire, on me dit que cela n’est possible que parce qu’ils sont en licence de biologie et déjà maîtres de beaucoup de connaissances (les prérequis indispensables pour pouvoir résoudre toutes problématiques en lien avec la matière enseignée), voire d’autonomie et de capacité à travailler ensemble. On me dit que cette méthode est intéressante, mais qu’elle ne peut pas être menée avec des élèves n’ayant pas encore eu le baccalauréat ! En effet, comment imaginer que des élèves puissent construire un contenu de cours en équipe et le travailler de manière collaborative alors que l’enseignant ne leur a pas livré la connaissance toute prête à consommer lors du fameux cours magistral ? Cela parait logique…   L’expérience que je relais ici est peut-être une première réponse aux interrogations justifiées qui me sont adressées depuis des années, au fur et à mesure des partages d’expériences que je mène avec de nombreux enseignants « inverseurs »,… Savoir plus >

Un jeu de rôle universitaire pour une résolution à l’ONU !

Cliquez sur ce lien pour accéder à la résolution : Résolution_MUN_20 Des étudiants peuvent-ils rédiger une résolution à l’Assemblée Générale des Nations Unies ? Sont-ils capables de travailler en équipe, dans le cadre d’un jeu de rôle, pour rédiger une résolution qui n’a rien à envier à celles qui sont réellement votées à New-York ? La réponse à cette question est positive, qui vous est apportée par l’expérience, menée de puis 2011 à l’Université Catholique de Lille par Anne-Sophie LOISON, designer pédagogique chez HEMiSF4iRE Design School. La semaine du 10 décembre 2020 sous sa houlette, 120 étudiants du Model United Nations (MUN) ont relevé le défi de réaliser, cette année à 100% en ligne, une simulation de débat à l’Assemblé Générale des Nations Unies. Au terme de 4 séances de préparation, dont une mémorable avec le truculent Bruno Parmentier, les étudiants, regroupés en délégation internationales et devenus diplomates le temps d’une journée, se sont entendus pour livrer au monde des solutions afin de « Nourrir l’humanité durablement ». Qu’est-ce que le MUN ?  Le MUN, acronyme de Model United Nations, ou Modélisation des Nations Unies en français, est un authentique jeu de rôle de diplomatie multilatérale qui consiste à reproduire les… Savoir plus >

Mais comment hybrider ma classe renversée ?

Deux excellentes nouvelles m’attendent en ce début d’année 2021. La première est que mes étudiants de licence de biologie seront très certainement confinés à 100% en janvier et février, ce qui m’empêchera de les voir « in real life » pour mes premiers cours de génétique moléculaire, habituellement organisés en classe renversée, et la deuxième est qu’ils seront « un peu » plus nombreux que les années précédentes, soit une classe de… 70 élèves au lieu de 50 ! Une promotion de plus grande taille pour un enseignement en mode collaboratif à distance, quoi de plus sympa me direz-vous pour un prof qui aime les challenges ? Ceci-dit, un petit coup de main (quelques pistes), à la lecture de ce post, si vous avez des idées pour que je relève ce défi, ne serait pas de refus… Innover nécessite d’être créatif, je le dis souvent lors de mes conférences ou ateliers menés avec HEMiSF4iRE Design School, mais cette fois-ci, il va falloir faire preuve d’imagination pour ne pas être obligé de retourner tout simplement au cours magistral en ligne, tel que je le dispense en première année de médecine avec ma promotion de 600 étudiants. Il parait que la contrainte est source de créativité,… Savoir plus >

Quand les profs attrapent le virus… du partiel confiné !

Quid de la continuité des évaluations en période de confinement ! La situation actuelle, pandémie du coronavirus oblige, qui sépare physiquement les enseignants de leurs élèves, chacun chez eux, pose le problème des cours, mais pas uniquement. La nécessité d’organiser des examens en plus de ces cours à distance plongent en effet bon nombre d’enseignants dans l’embarras. Comment faire pour assurer aussi la continuité des évaluations ? Il est en effet plus difficile de concevoir des devoirs et examens à distance que d’enseigner en ligne. Tout dépend bien sûr de la nature de ces examens, contrôles de connaissances, mobilisation de connaissances, devoirs individuels ou en équipes, mises en situation… A chaque typologie suffit sa peine !Suite à un post récent sur ce blog, dans lequel je présentais ma première expérience de « devoir renversé non surveillé et confiné en équipes » avec mes étudiants de licence de biologie, j’ai été contacté par une collègue, Karine CAYROU, intervenante et formatrice en marketing et communication digitale à l’ISCPA de Toulouse. Devant préparer une épreuve de partiel pour ses étudiants confinés, elle a eu envie de s’inspirer de ce que j’expérimentais en classe renversée. Nous avons échangé sur son projet et elle a construit un… Savoir plus >

Confinnover en pédagogie… ce n’est pas toujours évident !

Mes étudiants et moi-même sommes tous confinés ! Cette situation exceptionnelle que chacun d’entre nous, enseignants ou élèves, vivons depuis un mois et qui va durer encore, pandémie du coronavirus oblige, est-elle de nature à nous rendre plus créatifs? Peut-elle nous inciter à innover davantage… j’allais dire à « confinnover » ? Quelles que soient nos activités professionnelles, cette inattendue « mise sous globe » nous incite à inventer de nouvelles façons de nous organiser, de communiquer et surtout de travailler à distance. La contrainte du confinement, comme toutes les contraintes, se transforme bizarrement en opportunité. Elle nous oblige à faire preuve d’un minimum de créativité pour continuer à interagir à distance, comme nous avions l’habitude de le faire en présentiel, mais cette fois-ci différemment. Mais cela est-il toujours facile ? La pratique sur le terrain montre que non. Quand on est enseignant, indépendamment du domaine scientifique et du niveau « scolaire » dans lequel on exerce, de la maternelle au doctorat, la situation reste la même. Le télé-travail qui est basé sur l’enseignement à distance est la seule façon de conduire la fameuse « continuité pédagogique ». Pas facile de passer de la classe réelle à la classe virtuelle ! Cela reste plus compliqué pour certains que… Savoir plus >