De la créativité à l'innovation

Vidéo

Enseigner, c’est apprendre deux fois !

Enseigner, c’est apprendre deux fois ! Tel était le titre du séminaire organisé le 24 mars 2022 par mon collègue Philippe RUFFIEUX, enseignant-chercheur et PhD en Sciences de l’Éducation, à HEP Lausanne (Haute École Pédagogique du Canton de Vaud, Suisse) et de la conférence renversée que j’ai eu le plaisir d’animer avec lui et Hélène CROCE-SPINELLI, Maître de Conférence à l’Université de Lyon et Monica GATHER THURLER, Professeur émérite à l’Université de Genève. Vous découvrirez dans la vidéo ci-jointe le déroulé complet de cette journée qui nous a permis de faire construire par les participants eux-mêmes le contenu de la conférence. Une méthode de travail collaboratif, inspirée des classes mutuelles et de la classe renversée, comme nous les pratiquons avec nos étudiants à l’université, que ce soit en Suisse comme en France. Une belle manière d’allier le fond à la forme lors de cette conférence renversée, en toute cohérence avec nos pratiques pédagogiques. Quoi de mieux que de faire découvrir nos pédagogies collaboratives qu’en les faisant vivre aux participants d’un séminaire ? Jugez-en par vous-mêmes !

Interview de la classe renversée… une autre façon de la découvrir !

Retrouvez l’interview en cliquant sur : La classe renversée ! Si vous désirez découvrir différemment la classe renversée et comment elle a été imaginée, puis mise en place à la Faculté de Gestion, Économie et Sciences (FGES) de l’Université Catholique de Lille, je vous invite à suivre cette interview que j’ai donnée pour Les Adultes de demain qui est un pod-cast sur l’éducation bienveillante et la parentalité. Merci à Stéphanie d’Esclaibes pour m’avoir sollicité dans cet exercice que j’ai eu beaucoup de plaisir à partager avec elle. Je reviendrai vers vous prochainement avec un autre témoignage sous forme d’interview, celui d’étudiants qui ont suivi cette pédagogie collaborative. En attendant, vous pouvez lire leurs réactions une fois la classe renversée terminée.

Innover en pédagogie… tout d’abord un état d’esprit !

Ci-joint le lien vers la conférence associée à cet article : « Innovation : mythes et réalités » de Jean-Charles Cailliez enregistrée le 30 mars 2022 au Lab MInnov du Ministère de l’Intérieur à Paris à l’occasion du lancement de son cycle de conférences « de l’acculturation à l’innovation ». On réduit souvent l’innovation pédagogique au fait d’enseigner vraiment différemment. Au fait de vouloir tout changer ou presque dans la façon de transmettre ses connaissances, quitte à mettre de côté les bonnes vieilles méthodes académiques. Comme le monde a changé et que nos élèves ne sont plus les mêmes, on arrive assez vite au constat qu’il faut évoluer dans sa pédagogie, n’en déplaise à ceux qui s’arc-boutent au présent et résistent au changement. On pourrait donc s’en tenir là s’il n’était pas nécessaire de définir ce qu’est vraiment innover en pédagogie. Tout d’abord, il convient de rappeler qu’innover n’est pas un but. Si on décide de le faire en pédagogie, c’est pour une raison bien précise. Celle-ci peut être que ses élèves collaborent davantage, qu’ils soient plus motivés en classe, que leurs apprentissages soient facilités, que leurs résultats aux examens soient meilleurs… ou encore pour lutter contre le décrochage. Autant de raisons différentes qui… Savoir plus >

Renverser la classe… à chacun sa manière !

Il y a autant de classes renversées que de classes inversées. Cela peut paraître évident, mais il est toujours bon de le rappeler. En effet, plutôt que de vouloir « copier-coller » une nouvelle méthode que l’on trouve pertinente et qui répond aux objectifs que l’on se donne en matière d’innovation pédagogique, il est bien plus efficace de se limiter à s’en inspirer. C’est le contexte de sa classe, ou de son amphi, bien plus que sa matière (même si la nature de celle-ci entre aussi en ligne de compte) qui nécessite de créer soi-même son approche innovante, qu’elle soit renversée ou pas. A titre d’exemple, vous trouverez ci-dessous des descriptions de classes renversées, même si elles n’en portent pas toujours le nom, qui ont été expérimentées dans des contextes différents, que ce soit pour les matières enseignées ou le niveau des élèves concernés. Dans tous les cas, on peut considérer qu’il s’agit de classes renversées, et non uniquement inversées, car le contenu du cours n’est pas livré aux apprenants. Il est conçu par eux-mêmes en totalité ou en partie. L’enseignant va donc endosser une autre posture, tout au moins durant les séances dites « non académiques », qui peut se rapprocher de celle… Savoir plus >

Ma classe décolle !

Accès à la vidéo : https://youtu.be/CWMM1nbIGyk Y a-t-il un âge pour faire décoller sa classe ? Doit-on attendre les dernières années d’étude pour être enfin capable d’apprendre à travailler ensemble ? Souvent, lorsque je décris ma classe renversée dans laquelle mes étudiants construisent par eux-mêmes le cours de génétique moléculaire, on me dit que cela n’est possible que parce qu’ils sont en licence de biologie et déjà maîtres de beaucoup de connaissances (les prérequis indispensables pour pouvoir résoudre toutes problématiques en lien avec la matière enseignée), voire d’autonomie et de capacité à travailler ensemble. On me dit que cette méthode est intéressante, mais qu’elle ne peut pas être menée avec des élèves n’ayant pas encore eu le baccalauréat ! En effet, comment imaginer que des élèves puissent construire un contenu de cours en équipe et le travailler de manière collaborative alors que l’enseignant ne leur a pas livré la connaissance toute prête à consommer lors du fameux cours magistral ? Cela parait logique…   L’expérience que je relais ici est peut-être une première réponse aux interrogations justifiées qui me sont adressées depuis des années, au fur et à mesure des partages d’expériences que je mène avec de nombreux enseignants « inverseurs »,… Savoir plus >

Innover en formation, mais pour quoi faire ?

Innover en formation, c’est quoi ? Innover en formation, pour quoi faire ? Deux questions interconnectées qui ont été posées à une quarantaine de professionnels, tous impliqués dans la formation continue ou initiale, à l’occasion d’un atelier collaboratif en distanciel proposé le 16 décembre 2020 par les membres du Laboratoire Innovation en Formation (un LAB en mode projet dont le nouveau nom vous sera révélé début 2021). Ce projet de LAB consacré à l’innovation en formation a été impulsé par le Conseil Régional des Hauts-de-France. Il a vu le jour en juillet 2020 sous la forme d’un partenariat entre trois acteurs régionaux qui sont l’Association Régionale pour l’Amélioration des Conditions de Travail en Hauts-de-France (ARACT Haut-de-France), l’Université de Lille avec sa Direction de la Formation Continue et de l’Apprentissage (DFCA), ses laboratoires de recherche Trigone-CIREL  et l’Université Catholique de Lille avec sa design school HEMiSF4iRE. Le LAB s’est fixé plusieurs objectifs, dont celui de répondre aux nécessités de transformation des ingénieries de formation et pédagogiques en phase avec les besoins des publics et des entreprises, de créer les conditions d’émergence, d’accompagnement et d’ancrage des innovations en formation, de susciter la réflexion et les expérimentations, entre autres sur le digital en… Savoir plus >

Le Hang’Art Créatif… une vision entreprenante du design thinking !

Découvrez le Hang’Art Créatif POC de Lille Métropole Capitale Mondiale du Design 2020 en cliquant sur ce lien : HangArt Créatif 2020 Pourquoi les entreprises soutiendraient-elle l’innovation pédagogique ? Et pourquoi s’aventureraient-elle à le faire jusque dans le domaine de l’Art et du Design Thinking ? La question peut vous sembler étrange à première vue, mais pas tant que ça ! Elle ne l’est très certainement pas pour les collaborateurs et collaboratrices d’HEMiSF4iRE Design School et du Campus Créatif de l’Université Catholique de Lille qui viennent d’inaugurer ce vendredi 4 décembre 2020 leur Hang’Art Créatif by Entreprises & Cités en présence de Jean-Pierre LETARTRE (Président d’Entreprises & Cités) et Patrick SCAUFLAIRE (Président-Recteur).  Un projet de l’Université Catholique de Lille soutenu par la Fondation de la Catho de Lille. L’événement, comme bien d’autres, a malheureusement dû être organisé en comité restreint pour cause de restrictions sanitaires, mais ce montage vidéo réalisé par l’équipe du Medialab de la Faculté de Lettres et Sciences Humaines (FLSH) de l’Université Catholique de Lille vous permet de revivre l’évènement à postériori et en quelques minutes. Espérons qu’il vous donne envie de passer par le 13, rue Lavoisier à Lille pour vous permettre de partager avec nous… Savoir plus >

La confiance, ça s’acquiert et c’est contagieux !

Pour être innovant et avoir les capacités d’entreprendre, quelle part d’importance accorder à la confiance ? La question est essentielle en ce sens que personne aujourd’hui ne parle plus d’innovation sans mettre l’accent sur cette attitude à avoir, cette règle de vie à pratiquer. Qu’il s’agisse d’entrepreneurs, de formateurs ou d’enseignants, les profils majeurs accompagnés par HEMiSF4iRE Design School, nous remarquons avec mes collaboratrices et collaborateurs qu’il est vraiment important de travailler sur la confiance pour arriver à innover dans son domaine d’activités. Aussi, à l’occasion de la 19ème édition des JOPPE 2020 organisée par BPI France, c’est sans hésitation nque nous avons accepté de monter une table ronde sur ce thème, de manière à être en capacité à répondre à des questions comme : « Comment être pleinement conscient de son potentiel pour entreprendre ? La confiance nécessite-t-elle d’avoir une certaine estime de soi ? La confiance est-elle innée ou acquise, se construit-elle au fur et à mesure des réalisations ? Faut-il s’entrainer pour avoir confiance ?« . D’importantes questions que nous avons eu le plaisir de travailler en mode interactif avec 4 intervenantes de très grande qualité en l’occurrence de Caroline SOST, Fondatrice de Living School (Paris) école maternelle et… Savoir plus >

J’ai inversé ma classe renversée !

J’ai inversé ma classe renversée ! Comment passer, au deux-tiers d’un semestre, d’une classe collaborative (classe renversée) dans laquelle les étudiants construisent eux-mêmes le contenu du cours (méthode en DIY) à une classe inversée qui reprend les caractéristiques principales des types 1, 2 et 3 de Marcel LEBRUN ? Ci-dessous des éléments de réponse avec la vidéo de mon intervention lors d’un cycle de conférences pédagogiques avec 75 enseignants organisée par Caroline DESOMBRE pour l’Institut National Supérieur du Professorat et de l’Education (INSPE) de l’Académie de Lille HDF le 21 novembre 2020 avec la participation de Marcel LEBRUN, Professeur émérite à l’Université Catholique de Louvain. #classerenversée #classeinversée #innovationpédagogique #H4iRE

La boîte à outils de la classe renversée !

A l’occasion de la 5ème édition du Colloque de la Classe Inversée (CLIC2020) qui s’est déroulée cette année, du 30 octobre au 1er novembre 2020, 100% en ligne pour cause de pandémie virale, j’ai eu l’opportunité d’animer un atelier sur les méthodologies collaboratives que j’utilise depuis 7 ans en « classe renversée ». Ce fût l’occasion pour 75 participants, essentiellement des enseignants de primaires, collèges et lycées, mais pas uniquement, de travailler en équipes dans un premier temps de 40 minutes pour répondre à 6 questions que je leur avais préparées pour faire des propositions de méthodes pédagogiques innovantes permettant de les résoudre. Ce temps de travail en équipe n’est pas retranscrit dans ce post qui vous invite à suivre la deuxième partie de l’atelier, à nouveau 40 minutes pendant lesquelles je tente de répondre aux mêmes 6 questions, mais avec des illustrations tout droit sorties de ma boîte à outils.  Un grand merci à Cassandra, Lossenti (en direct de Côte d’Ivoire ce jour-là) et Catherine, mes trois co-animateurs d’ateliers, bénévoles de l’Association « Inversons la Classe » (ILC) pour leur aide dans la gestion des questions avec les participants tout au long de l’atelier. Un très bel événement que celui du CLIC, dont… Savoir plus >