De la créativité à l'innovation

Archives de mots clés: Innovation pédagogique

La pédagogie de la « classe renversée » illustrée lors d’une interview de Pierre Giorgini sur la chaîne Grand Lille TV

Pour visionner le reportage sur Grand Lille TV, cliquez sur ce lien.  Découvrez le principe et l’ambiance des cours en « pédagogie renversée » ou DIY (Do It Yourself) dans ce petit reportage tourné récemment par Grand Lille TV pour sa rubrique « C’est le Nord ». Cela se passe dans le cours de Microbiologie de Jean-Charles CAILLIEZ en première année de master « Food Tech » de l’Institut Supérieur d’Agriculture (ISA) avec des étudiants provenant d’une dizaine de pays différents. Ce petit film a été réalisé à l’occasion d’une interview de Pierre GIORGINI, Président-Recteur de l’Université Catholique de Lille consacrée aux nouvelles pratiques pédagogiques et aux écosystèmes innovants. Le cours en DIY est original. Il va beaucoup plus loin que la classe inversée car il permet aux étudiants de construire eux-mêmes le contenu de leur cours, de le partager et même de l’expliquer au professeur. C’est notamment la technique des « tableaux tournants » qui permet cette communication particulière en incitant les étudiants à écrire sur les murs ou sur des tableaux à roulettes. Plutôt innovant, non ?

Des tableaux qui tournent dans une « classe renversée »… quand les élèves font le cours à leur professeur !

Texte complet sous format PDF avec illustrations à télécharger en cliquant sur : Rolling boards in a learning lab Un professeur est entouré par ses quinze étudiants. Son cours de microbiologie va bientôt commencer. Jusqu’ici, rien d’anormal si ce n’est une petite teinte d’exotisme, car ces élèves en première année de master « Food Tech » de l’Institut Supérieur d’Agriculture (ISA) de l’Université Catholique de Lille sont originaires de dix pays différents, ne se connaissent que depuis quelques semaines et suivent leurs cours en anglais. Mais la véritable originalité de ce cours n’est pas là. Elle va venir de ce qui leur sera demandé, du deal étrange qui leur sera proposé, celui de faire le cours eux-mêmes, de construire le contenu des chapitres en équipe et de l’expliquer au professeur qui deviendra finalement le seul élève de la classe. Et pour ajouter au plaisir, il s’agira de le faire en écrivant sur les murs et en faisant « tourner les tableaux » ! Bienvenue dans le cours de Microbiology de Jean-Charles Cailliez au Learning Lab (Salle de Pédagogie Expérimentale) de l’Institut Catholique de Lille pour une pédagogie innovante en « Do it Yourself » (DIY).

Comment réinventer ses cours ? L’innovation pédagogique par les communautés apprenantes !

Texte complet avec illustrations à télécharger sur : Innovation pédagogique par communautés apprenantes Deux jours pour créer un nouveau cours, pour l’inventer ou le réinventer. Deux jours pour questionner ses pratiques pédagogiques et les partager avec ses collègues,… Quelle drôle d’idée ! Mais après tout, pourquoi pas ? Deux jours pour tenter une expérience plutôt originale dans un espace qui vous oblige à « sortir de la boîte ». Dit comme cela, c’est presque tentant. Enfin, deux jours pour découvrir les « petits secrets » de l’innovation pédagogique et le plaisir de construire ensemble de nouveaux modes d’enseignement,… alors là c’est sûr… on signe ! Pour une première édition, le Laboratoire d’Innovation Pédagogique (LIP) de l’Université Catholique de Lille a lancé une session de formation à usage des enseignants et intitulée : « Communauté apprenante pour l’innovation pédagogique ». Les deux journées ont été co-construites et co-animées par Titoun LAVENIER, Luc PASQUIER, Thierry SOBANSKI, Grégory AIGUIER, Claude ROCHE, Jean-Charles CAILLIEZ et Mélanie KOZAK (Service des Ressources Humaines de l’Institut Catholique de Lille), une équipe pluridisciplinaire de « hackers pédagogiques ». Elles se sont déroulées dans une salle hyper-connectée, spacieuse et conviviale, appelée à devenir un laboratoire de pédagogie expérimentale. Ce Learning Lab des temps modernes, conçu pour permettre d’imaginer de nouvelles façons d’enseigner,… Savoir plus >

Pédagogie inversée en DIY,… une méthode plutôt innovante pour révéler les « talents » !

Lors de la Journée BEEZ&CO Edition 2014 organisée par Caroline VALENT et son équipe à Euratechnologies (Lille le 30 mai 2014) sur le thème : « Talent, facteur X ! », des témoignages se sont succédés pour présenter ce que l’on pouvait penser du « talent » en entreprise et de la définition que l’on pouvait lui donner. Il a été question aussi de l’importance de l’éducation et tout particulièrement de l’innovation pédagogique. Ce fût l’occasion pour l’Université Catholique de Lille de présenter en une dizaine de minutes l’expérience du cours de biologie moléculaire en pédagogie inversée ou « Do it Yourself ». A vous de vous en faire une idée en cliquant sur : Clip de présentation du cours en « Do it Yourself » sur YouTube. Vous pouvez aussi revoir les contenus vidéos des autres interventions et témoins des éditions 2012, 2013 et 2014 sur la chaîne TV de BEEZ&CO. Les présentations Powerpoint des témoignages sont sur le site (slideshare) de BEEZ&CO.

Open Science et Codesign,… vers de nouvelles pratiques pour une recherche mieux partagée !

Texte complet sous PDF avec illustrations à télécharger sur : Open science et codesign au Ouishare Fest A l’occasion du « OUISHARE Fest » organisé à Paris (Parc de la Villette) du 5 au 7 mai 2014 sur la thématique « The Age of Communities », Jean-Charles CAILLIEZ (Ecole des Doctorants) et Célya GRUSON-DANIEL (Hack Your PhD) ont co-animé (in English, isn’t it !) un mini-atelier de codesign lors d’un workshop consacré à l’économie collaborative et ses relations avec la recherche. Officiellement, un Platform Design Workshop : « Building a global collaborative economy research ecosystem relying on open science and codesign methodologies ». Après une succession de témoignages provenant du monde de l’entreprise ou de la recherche (plus ou moins académique), les participants se sont répartis en quatre ateliers de dix à douze personnes, dont celui de HYPhD et ED2. Objectif : formuler une problématique et tenter d’y répondre (rien d’original !). Thématique : les pratiques de recherche et leurs interactions avec l’open science et le codesign (moins évident !). Le décor était alors planté et les hémisphères allaient pouvoir fumer….

Les étudiants ont-ils aimé la pédagogie en « Do it Yourself » ?

  La question leur est posée le dernier cours. Le semestre se termine et nous sommes à quinze jours de l’examen. Qu’ont pensé les étudiants de la pédagogie en « Do it Yourself » ? Comment ont-ils vécu le cours de Génétique moléculaire en DIY ? Quelles ont été leurs principales satisfactions, déceptions,… et ont-ils des propositions d’amélioration pour l’année prochaine ? Voici leurs avis et réactions :

Découvrez la pédagogie originale du « Do it Yourself » avec le clip… « Pédagogiquement modifié ! »

Découvrez le clip du cours du de Génétique moléculaire en « Do it Yourself ». Une réalisation originale de Norbert SEYNHAEVE  et Didier VAN PETEGHEM de la Faculté des Sciences Economiques et Gestion de l’Institut Catholique de Lille. Il vous suffit pour cela de cliquer sur l’illustration ou sur : http://vimeo.com/90760005

La peur de l’examen disparait-elle avec l’innovation pédagogique ? Sans doute pas !!!!

La peur de l’examen, le stress au moment de le passer,… peuvent-ils disparaître lorsque l’on emploie des méthodes pédagogiques innovantes ? Ou bien, est-ce le contraire ? Les innovations pédagogiques n’augmentent-elles pas le risque de stress pour une population d’étudiants tellement habituée à être interrogée de la même manière ? C’est ce que l’on a voulu savoir dans le cadre du cours de Génétique moléculaire en DIY. Comme vous l’avez lu dans les épisodes précédents, les étudiants qui construisent le cours eux-mêmes ne sont plus évalués sur la base de leurs connaissances en contrôle continu, mais sur leurs aptitudes à respecter les délais de livraison d’un chapitre et à se transmettre les chapitres d’un groupe à l’autre pour la phase d’apprentissage. Ils organisent eux-mêmes les QCM, interrogations et même le DS. La seule chose qui ne change pas est l’examen final qui sera individuel, sans document et rédigé de manière anonyme (normal pour un examen universitaire). Aussi, les étudiants commencent à se poser des questions… le stress monte ! Voici ci-dessous leurs satisfactions et leurs appréhensions quant aux méthodes d’évaluation qui leur ont été proposées pour le contrôle continu (évaluation des compétences) et pour l’examen (évaluation de connaissances) :

Le QCM inversé : un outil qui permet d’apprendre et non plus d’interroger !

Il est impossible de construire un questionnaire à choix multiple (QCM) si on ne connaît pas son cours. Même les professeurs les plus expérimentés sont obligés de lire avec précision le contenu de leur cours pour être capables de rédiger un QCM et d’y proposer tout un choix de bonnes et mauvaises réponses. C’est ce que l’on fait dans les cursus contenant des concours (comme la première année commune des études de santé) et pour lesquels il n’est pas nécessaire de corriger les copies. Un simple tableau avec des cases cochées ou pas y suffit. Aussi, la question s’est posée de l’utilisation d’un QCM, non plus pour interroger des étudiants, mais pour les obliger à connaître leur cours. Il suffisait alors de leur demander de construire eux-mêmes ces QCM. Voilà qui a été testé dans la cadre du cours de Génétique moléculaire en DIY. Les étudiants ont été invités à écrire deux QCM avec 5 choix de réponses (un QCM par chapitre qu’ils construisent eux-mêmes). Au moins l’une des réponses proposées devait être bonne. Le barème était le suivant : 5 points pour une réponse 100% exacte, 2 points pour une réponse incomplète et 0 point lorsque l’une des réponses fausses avaient… Savoir plus >

PédagoCh’ti ! Un nouveau regard sur une pédagogie universitaire innovante.

Merci à Antoine TALY (Centre de Recherche Interdisciplinaire, Université de Paris Descartes) pour sa visite à Lille, jeudi 20 mars 2014, dans mon cours de Génétique moléculaire en « Do it Yourself » et à son regard avisé que vous pouvez lire ci-dessous : Texte consultable sur le blog d’Antoine TALY : http://antoinetaly.wordpress.com/2014/03/25/pedagochti/ Aujourd’hui je voudrais rendre compte de la visite que j’ai faite la semaine dernière dans le cours de Jean-Charles Cailliez. Cette visite fait suite à la visite de Jean-Charles dans un de mes cours de biologie en L1 le mois dernier. Elle est destinée à observer ce cours en DIY et tenter d’en déterminer les ressorts pour pouvoir l’importer/adapter. Je dois dire que j’étais déjà enthousiaste avant même mon observation, comme en témoigne le cours de (bio)informatique débuté récemment en L2. Comme je l’avais fait lors de la visite de la classe de Marc Berthou j’avais décidé de baser une partie de mon analyse sur la taxonomie de Bloom (voir par exemple cette image de Claire Marotine). Pour ce faire j’ai utilisé un tableau comme celui ci.